Vitamine D végétale
  • Vitamine D végétale
  • Vitamine D en gouttes
  • Flacon de vitamine D3
  • Composition et posologie de la vitamine D
  • Complément alimentaire de vitamine D3
Vitamine D végétale
Vitamine D végétale Vitamine D en gouttes Flacon de vitamine D3 Composition et posologie de la vitamine D Complément alimentaire de vitamine D3

Vitamine D végétale

Lire les avis

Bienfaits de la vitamine D

La vitamine D est une des pierres angulaires de notre système immunitaire et de notre santé osseuse. Pourtant, c’est la première carence en Occident avec 6 Français sur 10 qui présentent des apports insuffisants.

Extraite de Lichen Boréal, notre vitamine D3 végétale est intégrée à une huile de Colza extra-vierge pour une absorption optimale. Avec son dosage de 1000 UI par goutte, elle est idéale pour un usage familial quotidien.

330 gouttes • à partir d'1/j

17,90 €
Ajouter au panier


Faites des économies avec les packs :
Lot de 3 Vitamine D végétale
53,70 € 50,00 € Économisez 3,70 € Ajouter au panier
Pack Immunité
65,70 € 62,00 € Économisez 3,70 € Ajouter au panier
100% vegan
100% vegan
sans gluten
sans gluten
sans ogm
sans OGM
sans additifs
sans additifs
sans gélatine
sans gélatine
fabriqué en France
made in France

La vitamine D représente la carence la plus courante en Occident, avec le magnésium.

La vitamine D représente la carence la plus courante en Occident, avec le magnésium.

EFFICACITÉ

Vitamine D bio-identique et végétale

Sous forme de D3 (cholécalciférol), la vitamine D est largement plus efficace que la forme D2 (ergocalciférol). Si elle est essentiellement présente dans le règne animal et souvent extraite de laine de mouton, le Lichen Boréal est une des rares exceptions à la règle et nous permet de vous proposer une vitamine 100% végétale.

Forme hautement assimilable

En tant que vitamine liposoluble, notre D3 est intégrée à une huile de colza biologique pour une absorption optimale.

Un dosage pour petits et grands

La vitamine D3 est un acteur plébiscité pour son rôle dans la santé immunitaire et croissance osseuse. Un dosage adaptable à 1000 UI/goutte permet d’adapter notre flacon à toute la famille, à partir de 4 ans !

BIENFAITS

Les bienfaits de la vitamine D sont nombreux.

Celle-ci :

  • Contribue au fonctionnement normal du système immunitaire des enfants,
  • Contribue au maintien d'une ossature normale,
  • Joue un rôle dans le processus de division cellulaire,
  • Contribue au maintien d'une dentition normale,
  • Contribue à l'absorption et à l'utilisation normales du calcium et du phosphore,
  • Contribue au maintien d'une fonction musculaire normale,
  • Contribue au fonctionnement normal du système immunitaire,
  • Est nécessaire à une croissance et un développement osseux normaux des enfants.

CONSEILS D'UTILISATION

Quand prendre la Vitamine D3 ?

  • La vitamine D3 doit être prise pendant le petit déjeuner.

Combien de gouttes ?

  • Pour les adultes (à partir de 15 ans) : 2 gouttes par jour.
  • Pour les enfants (4 à 15 ans) : 1 goutte par jour.

Comment prendre ses gouttes ?

  • Les gouttes sont à prendre directement sur la langue ou dans une cuillère, ou ajoutées à une boisson froide.

Durée d'un flacon

  • Environ 5 mois.

Précautions d'emploi

  • Complément alimentaire à base de vitamine D, à utiliser en complément d'une alimentation saine et équilibrée.
  • Ne pas dépasser les doses journalières recommandées.
  • À partir de 4 ans.
  • Les femmes enceintes et allaitantes doivent prendre l'avis d'un médecin avant toute supplémentation.

Conditions de conservation

  • Conserver dans un endroit sec et à l'abri de la chaleur et de la lumière.
  • À garder hors de portée des enfants.

COMPOSITION

Pour 1 goutte (40,5 mg)

Vitamine D3 (Cholécalciférol) issue de Lichen : 1000 UI soit 25 μg - 500% des VNR*

Huile vierge de Colza bio (Brassica napus L) : 39,2 mg

*Valeurs Nutritionnelles de Référence

Ingrédients : Huile vierge de colza*, Vitamine D3 végétale issue du lichen, antioxydant : Vitamine E. *ingrédients issus de l’agriculture biologique. Contient 96% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, FR-BIO-01

SCIENCE

La vitamine D, qui est-elle ?

Le tout premier rôle établi de la vitamine D concerne l’absorption du calcium au niveau intestinal et par conséquent la minéralisation et le remodelage de l’os. Mais la recherche des dernières décennies a mis en évidence un rôle bien plus étendu de la vitamine D : régulation du métabolisme, prolifération et différenciation cellulaires. Cette vitamine fait partie de la classe dite liposoluble et possède une action hormonale. Il existe deux formes de vitamine D : la vitamine D2 ou ergocalciférol et la vitamine D3 ou cholécalciférol. La synthèse de vitamine D3 a lieu dans la peau après exposition au soleil et peut être consommée via des sources alimentaires animales (essentiellement) tandis que la forme D2 est la forme synthétique souvent trouvée dans les produits alimentaires fortifiés en vitamine D et qui est dérivée des végétaux [1,2]. En résumé :

  • La vitamine D2 naturelle d’origine végétale est synthétisée à partir de l’ergostérol (provitamine D) : l’ergocalciférol est donc d’origine exogène uniquement,
  • La vitamine D3 naturelle majoritairement d’origine animale est synthétisée dans l’épiderme et le derme sous l’action du soleil : le cholécalciférol est donc d’origine endogène et exogène.

On retrouve les plus grandes quantités de vitamine D dans les aliments d’origine animale et spécifiquement dans les produits marins (voir tableau quantité de vitamine D (μg) pour 100g d’aliment consommé ; la composition nutritionnelle des aliments est consultable sur le site de l’ANSES - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, l’environnement et du travail).

AlimentQuantité de vitamine D (μg/100g)
Huile de foie de morue250
Foie de morue en conserve54
Hareng fumé≈20
Maquereau et Sardine grillés12
Saumon à la vapeur ou cru≈9
Matière grasse végétale type margarine≈7,5
Champignons séchés (type shiitaké)4


Il existe une offre pléthorique de vitamine D disponible à l’achat : capsules huileuses, gouttes, gélules, gummies… La D3, qui est la forme la plus convoitée, est très souvent extraite à partir de la lanoline : une graisse (parfois appelée “cire”) issue de la laine de mouton. Toutefois, il existe aujourd’hui des sources alternatives d’origine végétales et notamment à base de lichen boréal.

Pourquoi la vitamine D est essentielle à notre santé ?

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la vitamine D est primordiale pour assurer la santé osseuse. Mais ses rôles vont au-delà [3–6] :

  • Implication dans l’expression de nombreux gènes de notre métabolisme,
  • Participation à l’activité de notre système immunitaire,
  • Primordiale à la croissance et au développement pendant la vie in utero et l’enfance,
  • Protection contre le risque de développement de maladies chroniques (obésité, diabète de type II, cancer…). Une méta-analyse a notamment rapporté que la supplémentation en vitamine D permettait de diminuer le risque de mortalité [7],
  • Implication dans les performances physiques. Des données récentes montrent que la supplémentation en vitamine D permettant d’assurer la couverture des besoins pourrait être bénéfique pour l’amélioration des performances physiques [8,9].

Les publications relatives à la supplémentation n’ont d’ailleurs cessé d’augmenter depuis les 10 dernières années. C’est d’ailleurs grâce à ces travaux que la vitamine D et la couverture de ses besoins dans les populations a montré toute son importance et notamment sur ses rôles bénéfiques sur la santé extra-osseuse [10].

Si la supplémentation s’impose comme une stratégie de prévention santé globale pour la population générale, pour certaines populations plus sensibles à la déficience elle semble être absolument primordiale. Elle préviendrait par exemple significativement le risque de chute et de fracture chez des sujets atteints d’ostéoporose [11]. Enfin, elle assure la croissance optimale de l’enfant pendant la grossesse et l’enfance permettant de lutter contre les retards et les perturbations du développement [12].

Où trouver la vitamine D ?

Comme énoncé précédemment, la vitamine D chez l’Homme provient principalement de l’exposition au soleil. Après cette dernière, les rayonnements UVB photolysent (décomposition par la lumière) le « 7–déhydrocholestérol « (7–DHC) stocké dans l’épiderme en pré-vitamine D3. Une fois cette dernière formée, elle subit une transformation thermique pour former la vitamine D3 qui rejoint la circulation sanguine. En revanche, lorsque l’exposition aux rayonnements du soleil est trop importante, la pré-vitamine D3 se transforme en produits de vitamine D inactifs. Lorsque nous consommons de la vitamine D, sous forme de D2 ou D3, elle arrive jusqu’au tractus intestinal pour rejoindre la circulation sanguine. Ces deux formes de vitamine D, D3 (provenant de l’ensoleillement et de l’alimentation) et D2 (provenant de l’alimentation) sont transformées au niveau du foie en une forme de vitamine D3 : le calcidiol (25(OH)D). Et c’est sous cette forme que l’on parle alors de vitamine D comme d’une prohormone (qui est une forme hormonale inactive). C’est ensuite au niveau des reins que le calcidiol est transformé en 1,25-dihydroxycholécalciférol (1,25(OH)2D). C’est sous cette forme que la vitamine D devient une hormone active, que l’on qualifie d’hormone stéroïdienne. Sous cette forme, elle exerce son rôle le plus connu sur le métabolisme osseux. Elle possède ce que l’on appelle une activité hypercalcémiante et hyperphosphatémiante. C’est-à-dire qu’elle stimule l’absorption du calcium et du phosphore au niveau intestinal contribuant au mécanisme de minéralisation osseuse (synthèse des composés de l’os notamment du collagène). Le 1,25-dihydroxycholécalciférol agit de concert avec une hormone possédant la même activité que vous connaissez peut-être qui est la parathormone [6,13,14].

La vitamine D dans l'organisme

(Adaptée de [1])
Image anatomie digestive : banque “Servier medical art”

Pourquoi se supplémenter en vitamine D ?

Malgré l’origine solaire et alimentaire de la vitamine D, nombreuses sont les populations à présenter un statut de déficience. Chez les femmes, le statut osseux étant très engagé au cours du temps suite aux variations hormonales qui ont lieu, le statut en vitamine D via un dosage plasmatique du calcidiol (25(OH)D) est réalisé de façon plus automatique. La déficience en vitamine D peut en effet être mesurée par une prise de sang. Les valeurs de références varient entre les différentes autorités de santé des pays pour déterminer un statut de carence ou d’insuffisance [15]. Les valeurs de références rapportées concernant le statut plasmatique en vitamine D sont les suivantes [8,16] :

StatutTaux plasmatique (nnmol/l)Taux plasmatique (ng/ml)
Sévère déficience<25-30<10-12
Déficience/insuffisance30-5012-25
Taux adéquat5020
Taux pour limiter le risque de fracture7530
Toxicité>125>50


Les raisons de la déficience en vitamine D sont diverses et additionnelles [5,13] :

  • Comme nous l’avons vu, très peu d’aliments contiennent naturellement des quantités significatives de vitamine D,
  • L’ensoleillement varie selon les saisons de façon très significative (la saison hivernale représenterait une période de synthèse nulle de vitamine D via la voie de l’épiderme) qui implique aussi des variations en fonction de la zone géographique,
  • Bien que la vitamine D puisse être stockée dans le tissu adipeux (++) et le muscle (+), les stocks ne pourraient être que limités et ne permettraient pas d’assurer les besoins lors de périodes de non-ensoleillement,
  • Nos modes de vie (sédentarité, absence totale de consommation de produits contenant de la vitamine D, protection immédiate contre les rayons du soleil…), statut de santé (présence d’un surpoids important, vieillissement, …), ethnie…

C’est pour ces raisons que nous comprenons pourquoi la déficience en vitamine D est courante dans la population générale et que par conséquent plusieurs raisons fondent la prise d’un complément alimentaire de vitamine D.

Par ailleurs, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a statué sur les Valeurs Nutritionnelles de références (VNR) pour la vitamine D en fonction des différentes tranches d’âge évaluées à 15μg/jour soit 600UI/jour pour un adulte [17]. En revanche, l’analyse de plusieurs études rapporte que ces VNR ne permettraient pas de couvrir la totalité des besoins et surtout qu’elles ne tiendraient pas compte des variabilités qui existent en fonction du mode de vie et de l’état de santé d’un individu. Les conclusions de cette analyse sur 8 études cliniques sur des sujets de plus de 40 ans, a montré que la couverture des besoins pourrait être équivalente à environ 50 μg par jour soit 2000 UI par jour [18,19]. Des travaux ont par ailleurs rapporté que la bio-efficacité de la vitamine D3 était bien supérieure à la forme D2 justifiant que cette supplémentation ne devrait être proposée que sous forme D3 [20].

Publications

  1. Zhang, R.; Naughton, D.P. Vitamin D in health and disease: Current perspectives. Nutr. J. 2010, 9, 65, doi:10.1186/1475-2891-9-65.
  2. Souberbielle, J.-C.; Maruani, G.; Courbebaisse, M. Vitamine D : métabolisme et évaluation des réserves. Presse Médicale 2013, 42, 1343–1350, doi:10.1016/j.lpm.2013.07.010.
  3. Wang, S. Epidemiology of vitamin D in health and disease. Nutr. Res. Rev. 2009, 22, 188–203, doi:10.1017/S0954422409990151.
  4. Hossein-nezhad, A.; Holick, M.F. Vitamin D for Health: A Global Perspective. Mayo Clin. Proc. 2013, 88, 720–755, doi:10.1016/j.mayocp.2013.05.011.
  5. Meehan, M.; Penckofer, S. The Role of Vitamin D in the Aging Adult. J. Aging Gerontol. 2014, 2, 60–71, doi:10.12974/2309-6128.2014.02.02.1.
  6. Jorge, C. Vitamin D – new insights into an old molecule. Port. J. Nephrol. Hypertens. 2019, 33, doi:10.32932/pjnh.2019.10.033.
  7. Autier, P.; Gandini, S. Vitamin D Supplementation and Total Mortality. ARCH INTERN MED 2007, 167, 8.
  8. de la Puente Yagüe, M.; Collado Yurrita, L.; Ciudad Cabañas, M.J.; Cuadrado Cenzual, M.A. Role of Vitamin D in Athletes and Their Performance: Current Concepts and New Trends. Nutrients 2020, 12, 579, doi:10.3390/nu12020579.
  9. Wiciński, M.; Adamkiewicz, D.; Adamkiewicz, M.; Śniegocki, M.; Podhorecka, M.; Szychta, P.; Malinowski, B. Impact of Vitamin D on Physical Efficiency and Exercise Performance—A Review. Nutrients 2019, 11, 2826, doi:10.3390/nu11112826.
  10. Scragg, R. Emerging Evidence of Thresholds for Beneficial Effects from Vitamin D Supplementation. Nutrients 2018, 10, 561, doi:10.3390/nu10050561.
  11. van den Bergh, J.P.W.; Bours, S.P.G.; van Geel, T.A.C.M.; Geusens, P.P. Optimal Use of Vitamin D When Treating Osteoporosis. Curr. Osteoporos. Rep. 2011, 9, 36–42, doi:10.1007/s11914-010-0041-0.
  12. Hollis, B.W.; Wagner, C.L. New insights into the vitamin D requirements during pregnancy. Bone Res. 2017, 5, 17030, doi:10.1038/boneres.2017.30.
  13. Holick, M.F. Vitamin D Deficiency. N ENG J MED 2007, 357, 266–277.
  14. Landrier, J.-F. Vitamine D : sources, métabolisme et mécanismes d’action. Cah. Nutr. Diététique 2014, 49, 245–251, doi:10.1016/j.cnd.2014.07.008.
  15. HAS Vitamine D_Note de cadrage_Utilité clinique du dosage de la vitamine D; 2013; p. 42;.
  16. Basit, S. Vitamin D in health and disease: a literature review. Br. J. Biomed. Sci. 2013, 70, 161–172, doi:10.1080/09674845.2013.11669951.
  17. EFSA Dietary reference values for vitamin D; 2016; p. 145;.
  18. Heaney, R.P.; Armas, L.A.G.; French, C. All-Source Basal Vitamin D Inputs Are Greater Than Previously Thought and Cutaneous Inputs Are Smaller. J. Nutr. 2013, 143, 571–575, doi:10.3945/jn.112.168641.
  19. Holick, M.F.; Binkley, N.C.; Bischoff-Ferrari, H.A.; Gordon, C.M.; Hanley, D.A.; Heaney, R.P.; Murad, M.H.; Weaver, C.M. Evaluation, Treatment, and Prevention of Vitamin D Deficiency: an Endocrine Society Clinical Practice Guideline. J. Clin. Endocrinol. Metab. 2011, 96, 1911–1930, doi:10.1210/jc.2011-0385.
  20. Mistretta, V.I.; Delanaye, P.; Chapelle, J.-P.; Souberbielle, J.-C.; Cavalier, É. Vitamine D2 ou vitamine D3 ? Rev. Médecine Interne 2008, 29, 815–820, doi:10.1016/j.revmed.2008.03.003.
EFFICACITÉ
BIENFAITS
CONSEILS D'UTILISATION
COMPOSITION
SCIENCE

Vitamine D bio-identique et végétale
Sous forme de D3 (cholécalciférol), la vitamine D est largement plus efficace que la forme D2 (ergocalciférol). Si elle est essentiellement présente dans le règne animal et souvent extraite de laine de mouton, le Lichen Boréal est une des rares exceptions à la règle et nous permet de vous proposer une vitamine 100% végétale.

Forme hautement assimilable
En tant que vitamine liposoluble, notre D3 est intégrée à une huile de colza biologique pour une absorption optimale.

Un dosage pour petits et grands
La vitamine D3 est un acteur plébiscité pour son rôle dans la santé immunitaire et croissance osseuse. Un dosage adaptable à 1000 UI/goutte permet d’adapter notre flacon à toute la famille, à partir de 4 ans !

Les bienfaits de la vitamine D sont nombreux.

Celle-ci :

    • Contribue au fonctionnement normal du système immunitaire des enfants,
    • Contribue au maintien d'une ossature normale,
    • Joue un rôle dans le processus de division cellulaire,
    • Contribue au maintien d'une dentition normale,
    • Contribue à l'absorption et à l'utilisation normales du calcium et du phosphore,
    • Contribue au maintien d'une fonction musculaire normale,
    • Contribue au fonctionnement normal du système immunitaire,
    • Est nécessaire à une croissance et un développement osseux normaux des enfants.

    Quand prendre la Vitamine D3 ?

    • La vitamine D3 doit être prise pendant le petit déjeuner.

    Combien de gouttes ?

    • Pour les adultes (à partir de 15 ans) : 2 gouttes par jour.
    • Pour les enfants (4 à 15 ans) : 1 goutte par jour.

    Comment prendre ses gouttes ?

    • Les gouttes sont à prendre directement sur la langue ou dans une cuillère, ou ajoutées à une boisson froide.

    Durée d'un flacon

    • Environ 5 mois.

    Précautions d'emploi

    • Complément alimentaire à base de vitamine D, à utiliser en complément d'une alimentation saine et équilibrée.
    • Ne pas dépasser les doses journalières recommandées.
    • À partir de 4 ans.
    • Les femmes enceintes et allaitantes doivent prendre l'avis d'un médecin avant toute supplémentation.

    Conditions de conservation

    • Conserver dans un endroit sec et à l'abri de la chaleur et de la lumière.
    • À garder hors de portée des enfants.
    IngrédientsPour 1 goutteVNR*
    Vitamine D3 (Cholécalciférol) issue de Lichen1000 UI soit 25 μg500%
    Huile vierge de Colza bio (Brassica napus L)39,2 mg


    *Valeurs Nutritionnelles de Référence

    Ingrédients : Huile vierge de colza*, Vitamine D3 végétale issue du lichen, antioxydant : Vitamine E. *ingrédients issus de l’agriculture biologique. Contient 96% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, FR-BIO-01

    La vitamine D, qui est-elle ?
    Le tout premier rôle établi de la vitamine D concerne l’absorption du calcium au niveau intestinal et par conséquent la minéralisation et le remodelage de l’os. Mais la recherche des dernières décennies a mis en évidence un rôle bien plus étendu de la vitamine D : régulation du métabolisme, prolifération et différenciation cellulaires. Cette vitamine fait partie de la classe dite liposoluble et possède une action hormonale. Il existe deux formes de vitamine D : la vitamine D2 ou ergocalciférol et la vitamine D3 ou cholécalciférol. La synthèse de vitamine D3 a lieu dans la peau après exposition au soleil et peut être consommée via des sources alimentaires animales (essentiellement) tandis que la forme D2 est la forme synthétique souvent trouvée dans les produits alimentaires fortifiés en vitamine D et qui est dérivée des végétaux [1,2]. En résumé :

    • La vitamine D2 naturelle d’origine végétale est synthétisée à partir de l’ergostérol (provitamine D) : l’ergocalciférol est donc d’origine exogène uniquement,
    • La vitamine D3 naturelle majoritairement d’origine animale est synthétisée dans l’épiderme et le derme sous l’action du soleil : le cholécalciférol est donc d’origine endogène et exogène.

    On retrouve les plus grandes quantités de vitamine D dans les aliments d’origine animale et spécifiquement dans les produits marins (voir tableau quantité de vitamine D (μg) pour 100g d’aliment consommé ; la composition nutritionnelle des aliments est consultable sur le site de l’ANSES - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, l’environnement et du travail).

    AlimentQuantité de vitamine D (μg/100g)
    Huile de foie de morue250
    Foie de morue en conserve54
    Hareng fumé≈20
    Maquereau et Sardine grillés12
    Saumon à la vapeur ou cru≈9
    Matière grasse végétale type margarine≈7,5
    Champignons séchés (type shiitaké)4


    Il existe une offre pléthorique de vitamine D disponible à l’achat : capsules huileuses, gouttes, gélules, gummies… La D3, qui est la forme la plus convoitée, est très souvent extraite à partir de la lanoline : une graisse (parfois appelée “cire”) issue de la laine de mouton. Toutefois, il existe aujourd’hui des sources alternatives d’origine végétales et notamment à base de lichen boréal.

    Pourquoi la vitamine D est essentielle à notre santé ?
    Comme nous l’avons évoqué plus haut, la vitamine D est primordiale pour assurer la santé osseuse. Mais ses rôles vont au-delà [3–6] :

    • Implication dans l’expression de nombreux gènes de notre métabolisme,
    • Participation à l’activité de notre système immunitaire,
    • Primordiale à la croissance et au développement pendant la vie in utero et l’enfance,
    • Protection contre le risque de développement de maladies chroniques (obésité, diabète de type II, cancer…). Une méta-analyse a notamment rapporté que la supplémentation en vitamine D permettait de diminuer le risque de mortalité [7],
    • Implication dans les performances physiques. Des données récentes montrent que la supplémentation en vitamine D permettant d’assurer la couverture des besoins pourrait être bénéfique pour l’amélioration des performances physiques [8,9].

    Les publications relatives à la supplémentation n’ont d’ailleurs cessé d’augmenter depuis les 10 dernières années. C’est d’ailleurs grâce à ces travaux que la vitamine D et la couverture de ses besoins dans les populations a montré toute son importance et notamment sur ses rôles bénéfiques sur la santé extra-osseuse [10].

    Si la supplémentation s’impose comme une stratégie de prévention santé globale pour la population générale, pour certaines populations plus sensibles à la déficience elle semble être absolument primordiale. Elle préviendrait par exemple significativement le risque de chute et de fracture chez des sujets atteints d’ostéoporose [11]. Enfin, elle assure la croissance optimale de l’enfant pendant la grossesse et l’enfance permettant de lutter contre les retards et les perturbations du développement [12].

    Où trouver la vitamine D ?
    Comme énoncé précédemment, la vitamine D chez l’Homme provient principalement de l’exposition au soleil. Après cette dernière, les rayonnements UVB photolysent (décomposition par la lumière) le « 7–déhydrocholestérol « (7–DHC) stocké dans l’épiderme en pré-vitamine D3. Une fois cette dernière formée, elle subit une transformation thermique pour former la vitamine D3 qui rejoint la circulation sanguine. En revanche, lorsque l’exposition aux rayonnements du soleil est trop importante, la pré-vitamine D3 se transforme en produits de vitamine D inactifs. Lorsque nous consommons de la vitamine D, sous forme de D2 ou D3, elle arrive jusqu’au tractus intestinal pour rejoindre la circulation sanguine. Ces deux formes de vitamine D, D3 (provenant de l’ensoleillement et de l’alimentation) et D2 (provenant de l’alimentation) sont transformées au niveau du foie en une forme de vitamine D3 : le calcidiol (25(OH)D). Et c’est sous cette forme que l’on parle alors de vitamine D comme d’une prohormone (qui est une forme hormonale inactive). C’est ensuite au niveau des reins que le calcidiol est transformé en 1,25-dihydroxycholécalciférol (1,25(OH)2D). C’est sous cette forme que la vitamine D devient une hormone active, que l’on qualifie d’hormone stéroïdienne. Sous cette forme, elle exerce son rôle le plus connu sur le métabolisme osseux. Elle possède ce que l’on appelle une activité hypercalcémiante et hyperphosphatémiante. C’est-à-dire qu’elle stimule l’absorption du calcium et du phosphore au niveau intestinal contribuant au mécanisme de minéralisation osseuse (synthèse des composés de l’os notamment du collagène). Le 1,25-dihydroxycholécalciférol agit de concert avec une hormone possédant la même activité que vous connaissez peut-être qui est la parathormone [6,13,14].

    La vitamine D dans l'organisme

    (Adaptée de [1])
    Image anatomie digestive : banque “Servier medical art”

    Pourquoi se supplémenter en vitamine D ?
    Malgré l’origine solaire et alimentaire de la vitamine D, nombreuses sont les populations à présenter un statut de déficience. Chez les femmes, le statut osseux étant très engagé au cours du temps suite aux variations hormonales qui ont lieu, le statut en vitamine D via un dosage plasmatique du calcidiol (25(OH)D) est réalisé de façon plus automatique. La déficience en vitamine D peut en effet être mesurée par une prise de sang. Les valeurs de références varient entre les différentes autorités de santé des pays pour déterminer un statut de carence ou d’insuffisance [15]. Les valeurs de références rapportées concernant le statut plasmatique en vitamine D sont les suivantes [8,16] :

    StatutTaux plasmatique (nnmol/l)Taux plasmatique (ng/ml)
    Sévère déficience<25-30<10-12
    Déficience/insuffisance30-5012-25
    Taux adéquat5020
    Taux pour limiter le risque de fracture7530
    Toxicité>125>50


    Les raisons de la déficience en vitamine D sont diverses et additionnelles [5,13] :

    • Comme nous l’avons vu, très peu d’aliments contiennent naturellement des quantités significatives de vitamine D,
    • L’ensoleillement varie selon les saisons de façon très significative (la saison hivernale représenterait une période de synthèse nulle de vitamine D via la voie de l’épiderme) qui implique aussi des variations en fonction de la zone géographique,
    • Bien que la vitamine D puisse être stockée dans le tissu adipeux (++) et le muscle (+), les stocks ne pourraient être que limités et ne permettraient pas d’assurer les besoins lors de périodes de non-ensoleillement,
    • Nos modes de vie (sédentarité, absence totale de consommation de produits contenant de la vitamine D, protection immédiate contre les rayons du soleil…), statut de santé (présence d’un surpoids important, vieillissement, …), ethnie…

    C’est pour ces raisons que nous comprenons pourquoi la déficience en vitamine D est courante dans la population générale et que par conséquent plusieurs raisons fondent la prise d’un complément alimentaire de vitamine D.

    Par ailleurs, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a statué sur les Valeurs Nutritionnelles de références (VNR) pour la vitamine D en fonction des différentes tranches d’âge évaluées à 15μg/jour soit 600UI/jour pour un adulte [17]. En revanche, l’analyse de plusieurs études rapporte que ces VNR ne permettraient pas de couvrir la totalité des besoins et surtout qu’elles ne tiendraient pas compte des variabilités qui existent en fonction du mode de vie et de l’état de santé d’un individu. Les conclusions de cette analyse sur 8 études cliniques sur des sujets de plus de 40 ans, a montré que la couverture des besoins pourrait être équivalente à environ 50 μg par jour soit 2000 UI par jour [18,19]. Des travaux ont par ailleurs rapporté que la bio-efficacité de la vitamine D3 était bien supérieure à la forme D2 justifiant que cette supplémentation ne devrait être proposée que sous forme D3 [20].

    Publications

    1. Zhang, R.; Naughton, D.P. Vitamin D in health and disease: Current perspectives. Nutr. J. 2010, 9, 65, doi:10.1186/1475-2891-9-65.
    2. Souberbielle, J.-C.; Maruani, G.; Courbebaisse, M. Vitamine D : métabolisme et évaluation des réserves. Presse Médicale 2013, 42, 1343–1350, doi:10.1016/j.lpm.2013.07.010.
    3. Wang, S. Epidemiology of vitamin D in health and disease. Nutr. Res. Rev. 2009, 22, 188–203, doi:10.1017/S0954422409990151.
    4. Hossein-nezhad, A.; Holick, M.F. Vitamin D for Health: A Global Perspective. Mayo Clin. Proc. 2013, 88, 720–755, doi:10.1016/j.mayocp.2013.05.011.
    5. Meehan, M.; Penckofer, S. The Role of Vitamin D in the Aging Adult. J. Aging Gerontol. 2014, 2, 60–71, doi:10.12974/2309-6128.2014.02.02.1.
    6. Jorge, C. Vitamin D – new insights into an old molecule. Port. J. Nephrol. Hypertens. 2019, 33, doi:10.32932/pjnh.2019.10.033.
    7. Autier, P.; Gandini, S. Vitamin D Supplementation and Total Mortality. ARCH INTERN MED 2007, 167, 8.
    8. de la Puente Yagüe, M.; Collado Yurrita, L.; Ciudad Cabañas, M.J.; Cuadrado Cenzual, M.A. Role of Vitamin D in Athletes and Their Performance: Current Concepts and New Trends. Nutrients 2020, 12, 579, doi:10.3390/nu12020579.
    9. Wiciński, M.; Adamkiewicz, D.; Adamkiewicz, M.; Śniegocki, M.; Podhorecka, M.; Szychta, P.; Malinowski, B. Impact of Vitamin D on Physical Efficiency and Exercise Performance—A Review. Nutrients 2019, 11, 2826, doi:10.3390/nu11112826.
    10. Scragg, R. Emerging Evidence of Thresholds for Beneficial Effects from Vitamin D Supplementation. Nutrients 2018, 10, 561, doi:10.3390/nu10050561.
    11. van den Bergh, J.P.W.; Bours, S.P.G.; van Geel, T.A.C.M.; Geusens, P.P. Optimal Use of Vitamin D When Treating Osteoporosis. Curr. Osteoporos. Rep. 2011, 9, 36–42, doi:10.1007/s11914-010-0041-0.
    12. Hollis, B.W.; Wagner, C.L. New insights into the vitamin D requirements during pregnancy. Bone Res. 2017, 5, 17030, doi:10.1038/boneres.2017.30.
    13. Holick, M.F. Vitamin D Deficiency. N ENG J MED 2007, 357, 266–277.
    14. Landrier, J.-F. Vitamine D : sources, métabolisme et mécanismes d’action. Cah. Nutr. Diététique 2014, 49, 245–251, doi:10.1016/j.cnd.2014.07.008.
    15. HAS Vitamine D_Note de cadrage_Utilité clinique du dosage de la vitamine D; 2013; p. 42;.
    16. Basit, S. Vitamin D in health and disease: a literature review. Br. J. Biomed. Sci. 2013, 70, 161–172, doi:10.1080/09674845.2013.11669951.
    17. EFSA Dietary reference values for vitamin D; 2016; p. 145;.
    18. Heaney, R.P.; Armas, L.A.G.; French, C. All-Source Basal Vitamin D Inputs Are Greater Than Previously Thought and Cutaneous Inputs Are Smaller. J. Nutr. 2013, 143, 571–575, doi:10.3945/jn.112.168641.
    19. Holick, M.F.; Binkley, N.C.; Bischoff-Ferrari, H.A.; Gordon, C.M.; Hanley, D.A.; Heaney, R.P.; Murad, M.H.; Weaver, C.M. Evaluation, Treatment, and Prevention of Vitamin D Deficiency: an Endocrine Society Clinical Practice Guideline. J. Clin. Endocrinol. Metab. 2011, 96, 1911–1930, doi:10.1210/jc.2011-0385.
    20. Mistretta, V.I.; Delanaye, P.; Chapelle, J.-P.; Souberbielle, J.-C.; Cavalier, É. Vitamine D2 ou vitamine D3 ? Rev. Médecine Interne 2008, 29, 815–820, doi:10.1016/j.revmed.2008.03.003.

    D'où viennent nos ingrédients ?

    Origine des ingrédients de la Mélatonine
    Vitamine D3 Végétale - Vitashine, Nottingham, Royaume-Uni

    Origine du Lichen Boréal : Irlande, Canada, Scandinavie - Extraction : Nottingham, Royaume-Uni
    Vitashine est le producteur de référence de la vitamine D3 végétale grâce à son procédé breveté et unique.

    Huile de Colza bio - Huile Cauvin, Saint-Gilles, France

    Origine du Colza : Italie et Roumanie - Extraction : Saint-Gilles, France
    Huile Cauvin est une entreprise familiale implantée dans la région de Nîmes depuis plus de 60 ans. Elle est reconnue pour son expertise unique en huiles végétales biologiques.

    Mélange et conditionnement - Phytéo, Aouste-sur-Sye, France

    Phytéo fait partie du groupe Herbarom, un des façonniers nutraceutiques les plus reconnus en France, notamment pour son savoir faire spécifique dans les formes liquides.

    Vitamine D3 Végétale - Vitashine, Nottingham, Royaume-Uni

    Origine du Lichen Boréal : Irlande, Canada, Scandinavie - Extraction : Nottingham, Royaume-Uni
    Vitashine est le producteur de référence de la vitamine D3 végétale grâce à son procédé breveté et unique.

    Huile de Colza bio - Huile Cauvin, Saint-Gilles, France

    Origine du Colza : Italie et Roumanie - Extraction : Saint-Gilles, France
    Huile Cauvin est une entreprise familiale implantée dans la région de Nîmes depuis plus de 60 ans. Elle est reconnue pour son expertise unique en huiles végétales biologiques.

    Mélange et conditionnement - Phytéo, Aouste-sur-Sye, France

    Phytéo fait partie du groupe Herbarom, un des façonniers nutraceutiques les plus reconnus en France, notamment pour son savoir faire spécifique dans les formes liquides.

    Produits associés

    Questions - Réponses

    Est-ce que votre mélange contient de la lanoline de mouton ?

    Non ! La lanoline est extraite de laine de mouton et c’est une source de choix pour la vitamine D3. Cependant, nous souhaitions avoir un produit Végan, et nous nous sommes donc tournés vers le Lichen Boréal, un champignon dont on peut extraire la vitamine D3.

    Et si je prends plus que 2 gouttes ?

    Nous vous recommandons de respecter strictement le dosage conseillé. Une ou deux gouttes peuvent être prises directement ou dans une cuillère (ou dans un yaourt ou verre d’eau). Si toutefois vous prenez accidentellement plus que la dose recommandée, pas de panique ! La Vitamine D est stockée par le corps, et vous pouvez par exemple faire une pause de quelques jours dans vos prises avant de reprendre.

    Pourquoi 500% des VNR ?

    L'analyse de plusieurs études a montré que les VNR européennes ne seraient pas suffisantes pour couvrir les besoins en vitamine D car elles ne prendraient pas en compte les différences liées au mode de vie et de l’état de santé d’un individu. Le bilan basé sur 8 études cliniques est en faveur de besoins équivalents à 2000 UI par jour.

    Puis-je combiner ce produit avec votre Multi ?

    Tout à fait ! 3 gélules de Multi apportent 1000 UI, en combinant avec une goutte de vitamine D3 par jour vous arrivez ainsi à 2000 UI - soit la dose quotidienne recommandée.

    Comment doser mon statut en vitamine D ?

    Le rapport de la Haute Autorité de Santé ennonce que le statut en vitamine D ne peut être valable que lorsque le dosage réalisé est celui de la forme 25(OH)D ( = 25 OH hydrocholécalciférol, forme monohydroxylée de la vitamine D3). Le dosage de cette forme est le seul permettant d’apprécier les stocks de l’organisme et de ce fait, le statut en vitamine D. Ce dosage est réalisé simplement par une prise de sang.

    La vitamine D est-elle un médicament ?

    Oui, mais pas que ! La vitamine D sans ordonnance existe aussi sous le statut réglementaire de complément alimentaire, avec un dosage adapté à une prise quotidienne.

    Calcium et vitamine K doivent-ils être pris avec la vitamine D ?

    Plusieurs travaux scientifiques ont montré un effet une synergie entre vitamine D et vitamine K sur l’augmentation de la densité minérale osseuse totale et la diminution de la calcification au niveau des vaisseaux. En revanche, la supplémentation en vitamine K n’est pas recommandée dans certains cadres (personnes sous anticoagulants, enfants…), or notre vitamine D a été conçue pour être universelle et familiale. Elle peut cependant être associée au Multi qui contient de la vitamine K2.Pour ce qui est du calcium, il est très rare de souffrir d’une carence tant les diètes occidentales en sont abreuvées. Jusqu'à ce jour, sa supplémentation n’a pas prouvé son efficacité et à haute dose pourrait même avoir un impact négatif sur la sphère cardiovasculaire. Vous l’aurez compris, il est donc plus intéressant de se supplémenter en cofacteurs du calcium (vitamine D3 et K2) qu’en calcium lui-même.

    Avis