Antioxydant naturel
  • Antioxydant naturel
  • Antioxydant en gélules
  • Complément alimentaire Antioxydant
  • Boite d'Antioxydant
  • Composition et posologie de l'Antioxydant
Antioxydant naturel
Antioxydant naturel Antioxydant en gélules Complément alimentaire Antioxydant Boite d'Antioxydant Composition et posologie de l'Antioxydant

L'Antioxydant

Lire les avis

Bienfaits de l'antioxydant

Au cours du vieillissement, l’organisme, et notamment la peau, se défend moins bien contre les agressions environnementales (UV, pollution, stress, alimentation…). En cause : des mécanismes de défense cellulaire moins efficaces face aux radicaux libres.

En se basant sur les 9 causes identifiées du vieillissement et avec des actifs biodisponibles à action ciblée, il devient possible d’agir à la racine en allant jusqu’à protéger notre patrimoine génétique.

60 gélules • 2 gélules par jour

24,90 €


Faites des économies avec les packs :
Lot de 3 Antioxydant
74,70 € 70,00 € Économisez 4,70 € Ajouter au panier
Pack Beauté
48,80 € 47,00 € Économisez 1,80 € Ajouter au panier
100% vegan
100% vegan
sans gluten
sans gluten
sans ogm
sans OGM
sans additifs
sans additifs
sans gélatine
sans gélatine
fabriqué en France
made in France

Une combinaison de 3 antioxydants qui a pour objectif de cibler le vieillissement cellulaire

Une combinaison de 3 antioxydants qui a pour objectif de cibler le vieillissement cellulaire

EFFICACITÉ

Jamais notre promesse  “vivre mieux, plus intensément” n’aura eu autant de sens...

Un extrait de brocoli aux propriétés épigénétiques

Le Sulforaphane est une molécule qui passionne les chercheurs notamment pour sa capacité à protéger l’expression de notre génome. Après 20 années de recherche qui ont abouti au dépôt de  2 brevets, il est enfin possible de l’obtenir sous une forme stable et dans sa matrice naturelle : le brocoli. 2 gélules de L’Antioxydant apportent autant de Sulforaphane que 190g de brocoli cru.

Les meilleurs OPC de raisins Made in France

Notre extrait de raisin est standardisé en polyphénols, dont 50% d’OPC (Oligomères ProCyanidoliques). Il contient surtout 20% de formes dites “monomères”, dont la biodisponibilité est supérieure à tout autre polyphénol, y compris les EGCg (Epicatéchines) de thé vert. Les OPC ont beaucoup de vertus, dont la protection des télomères, eux-même garants de l’intégrité de notre ADN.

Une coenzyme Q10 à la biodisponibilité augmentée

La coenzyme Q10 est connue pour son rôle cellulaire majeur dans la production d’énergie, or avec le vieillissement, notre production de Q10 diminue. Notre forme brevetée apporte l’équivalent de 360mg de CoQ10 standard en 2 gélules.

BIENFAITS

Les bienfaits des antioxydants sont nombreux, tant à l’échelle cellulaire, qu’à une échelle plus visible :

  • Les polyphénols extraits de pépins de raisin soutiennent les membranes cellulaires contre les actions destructives des radicaux libres (280 mg par jour sur 30 jours)
  • La vitamine C protège les cellules contre le stress oxydatif (12 mg par jour)
  • Une consommation régulière de polyphénols extraits de pépins de raisin aide à améliorer la santé et l’aspect de la peau (150 mg par jour)
  • La vitamine C contribue à la formation normale de collagène pour assurer la fonction normale de la peau (12 mg par jour)
  • L’extrait de graines de brocoli (Sulforaphane) a fait l’objet de plus de 800 études publiées quant à son rôle sur la sphère antioxydante.

CONSEILS D'UTILISATION

Quand prendre L'Antioxydant ?

  • L'Antioxydant doit être pris au petit déjeuner.

Combien de gélules ?

  • 2 gélules par jour.

Comment prendre ses gélules ?

  • À prendre avec un grand verre d'eau, tout simplement.

Précautions d'emploi

  • Complément alimentaire à base d'extraits végétaux, de vitamine C et de coenzyme Q10, à utiliser en complément d'une alimentation saine et équilibrée.
  • Ne pas dépasser les doses journalières indiquées.
  • Les personnes ayant une hypothyroïdie ou un traitement de la thyroïde doivent prendre l'avis d'un médecin avant toute supplémentation.
  • Les femmes enceintes ou allaitantes doivent prendre l'avis d'un médecin avant toute supplémentation.

Conditions de conservation

  • À conserver au frigo : les tests de stabilité entrepris sur Sulfodyne (extrait de sulforaphane stabilisé) ont montré que les conditions de stockage optimales étaient à 4°C.
  • Tenir hors de portée des enfants.

Complément alimentaire à base d'extraits végétaux, de vitamine C et de coenzyme Q10.

COMPOSITION

Pour 2 gélules

Extrait de pépin de raisin (GRAP'INSIDE®) (Vitis vinifera L.) : 360 mg
  dont OPC : 180 mg
  dont épicatechines / Monomères : 72 mg

Sulfodyne® (Brassica oleracea italica) : 120 mg
  dont extrait de brocoli : 18 mg
  dont sulforaphane stabilisé : 5 mg

CavaQ10 : 100 mg
  dont Q10 : 20 mg

Vitamine C : 12 mg

Ingrédients : Extrait de pépins de raisin (Vitis vinifera L., Vitaceae), gélule d’origine végétale: hydroxypropylméthylcellulose, Sulfodyne® [Maltodextrine, Extrait de graines de brocoli (Brassica oleracea var. italica), gomme d'acacia], CAVAQ10® (gammacyclodex- trine, Coenzyme Q10), acide ascorbique. CAVAQ10® est une marque de WACKER.

SCIENCE

Antioxydants et Vieillissement

On entend parler des bienfaits des antioxydants tous les jours. Mais qui sont-ils au juste ? Et pourquoi sont-ils si essentiels à notre santé ?

Les antioxydants sont avant tout des agents de prévention. Ils protègent l’organisme à l’échelle cellulaire, essentiellement contre les dégâts des radicaux libres, libérés par les cellules lors du fonctionnement normal de notre corps.

Jusqu’ici, tout va bien : un organisme sain et fonctionnel émet des entités potentiellement nocives, mais celles-ci sont détectées et neutralisées par nos cellules. Ces dernières sont donc notre première ligne de défense et assurent la protection et la réparation de nos systèmes biologiques [1]. Ces mécanismes de défense sont extrêmement complexes et impliquent beaucoup de molécules, qu’on qualifie d’Antioxydantes, car elles luttent contre le pouvoir oxydant (destructeur) des radicaux libres. Elles sont notamment impliquées dans une multitude de cycles “Redox” (une cascade de réactions d’oxydo-réductions). Notre organisme produit directement beaucoup d’antioxydants naturels, comme la superoxyde dismutase (SOD), la glutathione peroxydase, le coenzyme Q10...

Malheureusement, avec le temps et à cause des facteurs externes comme la pollution, les UV, l’alimentation… ces radicaux libres nocifs peuvent devenir trop nombreux et débordent les mécanismes antioxydants des cellules. Surtout qu’en parallèle, notre production de ces molécules antioxydantes décline, les cycles Redox sont perturbés, nos défenses deviennent moins efficaces… C’est précisément ce qu’on appelle le « vieillissement ». [2,3].

Neuf marques ont ainsi été proposées comme empreintes du vieillissement. Ces dernières peuvent toucher directement notre matériel génétique, c’est-à-dire notre ADN (instabilité génomique, réduction des sites à la base de nos chromosomes - les fameux télomères - altérations épigénétiques), notre équilibre protéique (propriétés fonctionnelles des protéines), nos mécanismes de sensibilité aux nutriments, nos fonctions mitochondriales, nos processus de renouvellement cellulaire et de régénération cellulaire, et enfin, nos mécanismes de communication cellulaire [4].

Focus sur une marque de vieillissement : la peau

Au cours du vieillissement physiologique, l’apparence et la structure de notre peau sont particulièrement affectées (notamment moins de collagène : apparition de rides et perte d’élasticité). Sous la surface, au niveau cellulaire, notre peau devient aussi plus sensible aux « agressions » environnementales (UV, toxines, pollution…), et moins efficace pour lutter contre le stress oxydant (émission des fameux radicaux libres). Les marques visibles du vieillissement sont alors susceptibles de devenir plus apparentes et plus nombreuses, voire induire des changements de composition, de structure, d’élasticité et de pigmentation [5,6]. C’est ce qui explique pourquoi la peau est un haut-lieu de l’activité antioxydante du corps humain.

Si l’organisme n’assure plus suffisamment la gestion des radicaux libres pour protéger les cellules, et afin de limiter les phénomènes de vieillissement, il convient donc de le soutenir via un apport externe d’antioxydants alimentaires ou Nutraceutiques. Et c’est donc particulièrement important pour la peau [7,8].

Mais quels Antioxydants Nutraceutiques choisir ?

Jusqu’à aujourd’hui l’approche des produits “antioxydants” a toujours été la même : apporter par voie orale une molécule qui va “capter” des radicaux libres. L’idée étant qu’avec le vieillissement, on produit moins de capteurs de radicaux libres, on peut donc en fournir directement. Vous imaginez donc la course à l'échalote, avec pour but de trouver l’antioxydant le plus puissant, celui qui va capter le maximum de radicaux libres. Le tout mesuré bien-sûr par un test en laboratoire dans des conditions totalement artificielles (test ORAC et indice ORAC). Si cette stratégie semble intuitivement intéressante, elle présente deux défauts majeurs :

  1. On ne s’attaque pas à la cause mais aux conséquences. En effet, le déclin de la production d’antioxydants découle directement du vieillissement cellulaire, à l’échelle génomique avant tout.
  2. On ne tient pas compte de la complexité des mécanismes antioxydants du corps. Chacun de ces antioxydants agit au sein d'un collectif, dans des cycles Redox (une cascade de réactions d’oxydations et de réductions). Apporter un seul élément parmi tant de molécules impliquées est au mieux inutile, au pire délétère (car il peut perturber l’équilibre de ces cycles Redox).

Et on ne mentionne même pas tous ces antioxydants soi-disant surpuissants et dont la stabilité ou la biodisponibilité laisse à désirer (avez-vous déjà entendu parlé du Glutathion?). On vous vend un antioxydant avec un indice ORAC qui crève le plafond ? Posez-vous une question simple : OK il marche très bien en labo, sur une sonde, mais ce qu’il se passe dans le corps c’est une toute autre histoire, bien plus complexe : alors où sont les données cliniques ?

En ciblant des causes du vieillissement plutôt que des conséquences, une nouvelle approche est possible. Cette approche permet au corps de maintenir ses propres systèmes de défense, et l’équilibre de ses mécanismes antioxydants. Cette ambition nécessite des molécules qui agissent à l’échelle génomique, en protégeant les télomères et l’expression génétique (épigénétique).

Et afin de concevoir un antioxydant réellement efficace en gélules, il est aussi nécessaire de maîtriser ces paramètres :

  • Compréhension du mécanisme d’action,
  • Biodisponibilité et stabilité garanties,
  • Efficacité démontrée par des études cliniques.

Alors comment avons-nous fait ?

Le Sulforaphane - antioxydant « star » de la communauté scientifique

Si le brocoli n’est pas le plus connu des aliments antioxydants, les chercheurs étudient depuis de très nombreuses années les effets d’une petite molécule fascinante qui en est extraite : le Sulforaphane. L’intérêt de la communauté scientifique pour les effets bénéfiques du sulforaphane s’est particulièrement intensifié depuis les 10 dernières années. Son effet protecteur contre les processus du vieillissement est à ce jour plutôt bien établi grâce à son rôle antioxydant puissant aux propriétés nutrigénomiques, à la racine du problème donc (action sur l’expression des gènes) [9]. Le Sulforaphane est capable - d’activer les enzymes de phase II responsables de la réponse antioxydante et du métabolisme des xénobiotiques (composés toxiques tels que les espèces réactives de l’oxygène) : « voie de détoxification » et - d’inhiber les enzymes de phase I, enzymes responsables de l’activation des xénobiotiques. Il est aussi capable d’inhiber les processus impliqués dans la réponse pro-inflammatoire (voie NF-κB). Enfin, le Sulforaphane serait capable d’inhiber des processus épigénétiques par lesquels l’expression de nos gènes est modifiée et de protéger notre système protéique en protégeant ses activités et ses fonctions [10,11]. Une des dernières publications sur l’ensemble des travaux scientifiques réalisés sur le Sulforaphane rapporte que ses effets bénéfiques seraient observables dès 1,8 mg de Sulforaphane pur par jour [12].

L’efficacité clinique ainsi que le mécanisme d’action sont donc validés. Qu’en est-il de la biodisponibilité ?

Lors de la consommation d’aliments riches en précurseurs du Sulforaphane (les crucifères, choux, brocolis) et après une action enzymatique de la myrosinase, le précurseur appelé glucoraphanine est hydrolysé en Sulforaphane à partir du microbiote de l’intestin grêle.

Le Sulforaphane peut ensuite passer la barrière intestinale grâce à son faible poids moléculaire et sa lipophilie élevée, puis traverser les membranes cellulaires, lui permettant d’atteindre ses cibles et agir [11]. Or, lors de cette première étape, la transformation de la glucoraphanine en Sulforaphane est très peu efficace, et dépend beaucoup de personne en personne. Autrement dit, les extraits standards de brocoli sont une source de Sulforaphane très peu biodisponible et peu efficace. Pour résoudre ce problème, certains fabricants se sont aventurés à proposer du Sulforaphane purifié, mais ils se sont trouvés confrontés à un problème de taille : l’instabilité très importante de cette molécule.

Aujourd’hui et après une durée de développement nécessaire de plus de 20 ans (!!!), l’utilisation directe de Sulforaphane est enfin possible et dans les conditions optimales garantissant sa biodisponibilité ET sa stabilité, à travers l’introduction de Sulfodyne® (issu du brocoli) dans notre Antioxydant en gélules. Cette innovation unique et Made In France a abouti au dépôt de 2 brevets. Donc pour la première fois un extrait de brocoli, standardisé en Sulforaphane coche l’ensemble des cases de l’efficacité nutraceutique :

  • Mécanisme d’action ☑︎
  • Biodisponibilité ☑︎
  • Efficacité clinique ☑︎

Pour vous donner quelques repères de comparaison :

  • 2 gélules de notre Antioxydant apportent autant de Sulforaphane que 190 g de brocoli cru quotidiennement.
  • De nombreux extraits de brocoli sont proposés et vantent les mérites de son pouvoir antioxydant. Or ces extraits ne contiennent au mieux que des précurseurs du Sulforaphane, avec une conversion extrêmement faible, voire nulle selon les personnes. Si on vous promet des glucoraphanines – et bien comptez 25 mg de ce précurseur pour avoir 1 mg de Sulforaphane dans le meilleur des cas…

Des polyphénols extraits de pépins de raisin

Les extraits de raisin sont naturellement riches en polyphénols incluant les anthocyanes, les flavonols, les stilbènes (dont le resvératrol) et des acides phénoliques. Différents profils de polyphénols existent en fonction de la partie du raisin utilisée. Au sein des pépins se trouve le pourcentage le plus élevé de polyphénols actifs : flavonols et anthocyanines [13], conférant à ces extraits riches en polyphénols un potentiel antioxydant élevé [14]. Bien que les mécanismes d’action soient difficiles à élucider, les polyphénols de raisin pourraient avoir une influence positive sur la longueur des télomères et ceux présents dans les pépins pourraient protéger l’intégrité de l’ADN (luttant contre des lésions de l’ADN) en participant efficacement à l’élimination des radicaux libres [15,16]. La structure des polyphénols doit être considérée pour obtenir une efficacité optimale. En effet, 82% des monomères de flavonols seraient absorbés, contre seulement 1% pour les polymères, assurant une meilleure distribution aux tissus de l’organisme. L’épicatéchine (monomère de flavonol), dont la biodisponibilité est élevée, est notamment présente en quantité importante (≥ 20%) dans l’extrait sélectionné : GRAP’INSIDE. Vous comprenez donc pourquoi nous avons sélectionné cet extrait en particulier.

  • Mécanisme d’action ☑︎
  • Biodisponibilité ☑︎
  • Efficacité clinique ☑︎

De la Coenzyme Q10 (Q10)

La CoQ10, également appelée ubiquinone ou coenzyme Q10, est un composé central impliqué dans le transport des électrons au niveau mitochondrial et donc dans la production d’énergie ainsi que dans l’activité des membranes [17]. Au cours du processus de vieillissement, la biosynthèse de CoQ10 par l’organisme diminue. L’apport supplémentaire en CoQ10 pourrait donc influencer les dommages oxydatifs sur les molécules centrales de nos cellules et de nos fonctions : lipides, protéines et ADN [18,19]. Les doses « idéales » de CoQ10 applicables pour une cure « anti-âge » seraient difficiles à définir mais des travaux rapportent que dès 100 mg par jour, les effets seraient notables [18,20]. Par ailleurs, ces effets bénéfiques sont souvent bloqués par les difficultés du CoQ10 à atteindre la circulation sanguine lors d’une prise par voie orale. C’est pourquoi, une complexation avec des cyclodextrines permet au CoQ10 de devenir soluble et donc biodisponible [21,22]. Grâce au complexe CavaQ10, processus d’encapsulation du CoQ10 (ubiquinone, forme stable) dans des cyclodextrines, la biodisponibilité devient 18 fois supérieure à celle du composé seul. Considérant que le CavaQ10 contient 20% de CoQ10 et que sa biodisponibilité est 18 fois plus élevée, notre Antioxydant apporte par conséquent l’équivalent de 360 mg de CoQ10 pour 2 gélules. Là aussi :

  • Mécanisme d’action ☑︎
  • Biodisponibilité ☑︎
  • Efficacité clinique ☑︎

Publications

  1. Liguori, I.; Russo, G.; Curcio, F.; Bulli, G.; Aran, L.; Della-Morte, D.; Gargiulo, G.; Testa, G.; Cacciatore, F.; Bonaduce, D.; et al. Oxidative stress, aging, and diseases. Clin. Interv. Aging 2018, Volume 13, 757–772, doi:10.2147/CIA.S158513.
  2. Barouki, R. Stress oxydant et vieillissement. médecine/sciences 2006, 22, 266–272, doi:10.1051/medsci/2006223266.
  3. Bonnefont-Rousselot, D. Stress oxydant et vieillissement. 2007, 4.
  4. López-Otín, C.; Blasco, M.A.; Partridge, L.; Serrano, M.; Kroemer, G. The Hallmarks of Aging. Cell 2013, 153, 1194–1217, doi:10.1016/j.cell.2013.05.039.
  5. Rinnerthaler, M.; Bischof, J.; Streubel, M.; Trost, A.; Richter, K. Oxidative Stress in Aging Human Skin. Biomolecules 2015, 5, 545–589, doi:10.3390/biom5020545.
  6. Dunaway, S.; Odin, R.; Zhou, L.; Ji, L.; Zhang, Y.; Kadekaro, A.L. Natural Antioxidants: Multiple Mechanisms to Protect Skin From Solar Radiation. Front. Pharmacol. 2018, 9, 392, doi:10.3389/fphar.2018.00392.
  7. Addor, F.A.S. Antioxidants in dermatology. An. Bras. Dermatol. 2017, 92, 356–362, doi:10.1590/abd1806-4841.20175697.
  8. Petruk, G.; Del Giudice, R.; Rigano, M.M.; Monti, D.M. Antioxidants from Plants Protect against Skin Photoaging. Oxid. Med. Cell. Longev. 2018, 11, doi:https://doi.org/10.1155/2018/1454936.
  9. Houghton, C.A. Sulforaphane: Its “Coming of Age” as a Clinically Relevant Nutraceutical in the Prevention and Treatment of Chronic Disease. Oxid. Med. Cell. Longev. 2019, 2019, 1–27, doi:10.1155/2019/2716870.
  10. Juge, N.; Mithen, R.F.; Traka, M. Molecular basis for chemoprevention by sulforaphane: a comprehensive review. Cell. Mol. Life Sci. 2007, 64, 1105–1127, doi:10.1007/s00018-007-6484-5.
  11. Santín-Márquez, R.; Alarcón-Aguilar, A.; López-Diazguerrero, N.E.; Chondrogianni, N.; Königsberg, M. Sulforaphane - role in aging and neurodegeneration. GeroScience 2019, 41, 655–670, doi:10.1007/s11357-019-00061-7.
  12. Yagishita, Y.; Fahey, J.W.; Dinkova-Kostova, A.T.; Kensler, T.W. Broccoli or Sulforaphane: Is It the Source or Dose That Matters? Molecules 2019, 24, 3593, doi:10.3390/molecules24193593.
  13. Xia, E.-Q.; Deng, G.-F.; Guo, Y.-J.; Li, H.-B. Biological Activities of Polyphenols from Grapes. Int. J. Mol. Sci. 2010, 11, 622–646, doi:10.3390/ijms11020622.
  14. Ma, Z.; Zhang, H. Phytochemical Constituents, Health Benefits, and Industrial Applications of Grape Seeds: A Mini-Review. Antioxidants 2017, 6, 71, doi:10.3390/antiox6030071.
  15. Yen, C.-Y.; Hou, M.-F.; Yang, Z.-W.; Tang, J.-Y.; Li, K.-T.; Huang, H.-W.; Huang, Y.-H.; Lee, S.-Y.; Fu, T.-F.; Hsieh, C.-Y.; et al. Concentration effects of grape seed extracts in anti-oral cancer cells involving differential apoptosis, oxidative stress, and DNA damage. BMC Complement. Altern. Med. 2015, 15, 94, doi:10.1186/s12906-015-0621-8.
  16. Vidaček, N.Š.; Nanić, L.; Ravlić, S.; Sopta, M.; Gerić, M.; Gajski, G.; Garaj-Vrhovac, V.; Rubelj, I. Telomeres, Nutrition, and Longevity: Can We Really Navigate Our Aging? J. Gerontol. Ser. A 2018, 73, 39–47, doi:10.1093/gerona/glx082.
  17. Hernández-Camacho, J.D.; Bernier, M.; López-Lluch, G.; Navas, P. Coenzyme Q10 Supplementation in Aging and Disease. Front. Physiol. 2018, 9, 44, doi:10.3389/fphys.2018.00044.
  18. Varela-López, A.; Giampieri, F.; Battino, M.; Quiles, J. Coenzyme Q and Its Role in the Dietary Therapy against Aging. Molecules 2016, 21, 373, doi:10.3390/molecules21030373.
  19. Barcelos, I.P. de; Haas, R.H. CoQ10 and Aging. Biology 2019, 8, 28, doi:10.3390/biology8020028.
  20. Casagrande, D.; Waib, P.H.; Jordão Júnior, A.A. Mechanisms of action and effects of the administration of Coenzyme Q10 on metabolic syndrome. J. Nutr. Intermed. Metab. 2018, 13, 26–32, doi:10.1016/j.jnim.2018.08.002.
  21. Terao, K.; Nakata, D.; Fukumi, H.; Schmid, G.; Arima, H.; Hirayama, F.; Uekama, K. Enhancement of oral bioavailability of coenzyme Q10 by complexation with γ-cyclodextrin in healthy adults. Nutr. Res. 2006, 26, 503–508, doi:10.1016/j.nutres.2006.08.004.
  22. Bank, G.; Kagan, D.; Madhavi, D. Coenzyme Q 10 : Clinical Update and Bioavailability. J. Evid.-Based Complement. Altern. Med. 2011, 16, 129–137, doi:10.1177/2156587211399438.

ANALYSE

EFFICACITÉ
BIENFAITS
CONSEILS D'UTILISATION
COMPOSITION
SCIENCE
ANALYSE

Jamais notre promesse “vivre mieux, plus intensément” n’aura eu autant de sens...

Un extrait de brocoli aux propriétés épigénétiques
Le Sulforaphane est une molécule qui passionne les chercheurs notamment pour sa capacité à protéger l’expression de notre génome. Après 20 années de recherche qui ont abouti au dépôt de 2 brevets, il est enfin possible de l’obtenir sous une forme stable et dans sa matrice naturelle : le brocoli. 2 gélules de L’Antioxydant apportent autant de Sulforaphane que 190g de brocoli cru.

Les meilleurs OPC de raisins Made in France
Notre extrait de raisin est standardisé en polyphénols, dont 50% d’OPC (Oligomères ProCyanidoliques). Il contient surtout 20% de formes dites “monomères”, dont la biodisponibilité est supérieure à tout autre polyphénol, y compris les EGCg (Epicatéchines) de thé vert. Les OPC ont beaucoup de vertus, dont la protection des télomères, eux-même garants de l’intégrité de notre ADN.

Une coenzyme Q10 à la biodisponibilité augmentée
La coenzyme Q10 est connue pour son rôle cellulaire majeur dans la production d’énergie, or avec le vieillissement, notre production de Q10 diminue. Notre forme brevetée apporte l’équivalent de 360mg de CoQ10 standard en 2 gélules.

Les bienfaits des antioxydants sont nombreux, tant à l’échelle cellulaire, qu’à une échelle plus visible :

  • Les polyphénols extraits de pépins de raisin soutiennent les membranes cellulaires contre les actions destructives des radicaux libres (280 mg / jour sur 30 j.)
  • La vitamine C protège les cellules contre les stress oxydatif (12 mg / jour)
  • Une consommation régulière de polyphénols extraits de pépins de raisin aide à améliorer la santé et l’aspect de la peau (150 mg par jour)
  • La vitamine C contribue à la formation normale de collagène pour assurer la fonction normale de la peau (12 mg / jour)
  • L’extrait de graines de brocoli (Sulforaphane) a fait l’objet de plus de 800 études publiées quant à son rôle sur la sphère antioxydante.

Quand prendre L'Antioxydant ?

  • L'Antioxydant doit être pris au petit déjeuner.

Combien de gélules ?

  • 2 gélules par jour.

Comment prendre ses gélules ?

  • À prendre avec un grand verre d'eau, tout simplement.

Précautions d'emploi

  • Complément alimentaire à base d'extraits végétaux, de vitamine C et de coenzyme Q10, à utiliser en complément d'une alimentation saine et équilibrée.
  • Ne pas dépasser les doses journalières indiquées.
  • Les personnes ayant une hypothyroïdie ou un traitement de la thyroïde doivent prendre l'avis d'un médecin avant toute supplémentation.
  • Les femmes enceintes ou allaitantes doivent prendre l'avis d'un médecin avant toute supplémentation.

Conditions de conservation

  • À conserver au frigo : les tests de stabilité entrepris sur Sulfodyne (extrait de sulforaphane stabilisé) ont montré que les conditions de stockage optimales étaient à 4°C.
  • Tenir hors de portée des enfants.
IngrédientsPour 1 gélulePour 2 gélules
Extrait de pépins de raisin (GRAP’INSIDE®) (Vitis vinifera L.)180 mg360 mg
• dont OPC90 mg180 mg
• dont épicatechines / Monomères36 mg72 mg
Sulfodyne® (Brassica oleracea italica)60 mg120 mg
• dont extrait de brocoli9 mg18 mg
• dont sulforaphane stabilisé2,5 mg5 mg
CavaQ1050 mg100 mg
• dont Q1010 mg20 mg
Vitamine C6 mg12 mg

Ingrédients : Extrait de pépins de raisin (Vitis vinifera L., Vitaceae), gélule d’origine végétale: hydroxypropylméthylcellulose, Sulfodyne® [Maltodextrine, Extrait de graines de brocoli (Brassica oleracea var. italica), gomme d'acacia], CAVAQ10® (gammacyclodex- trine, Coenzyme Q10), acide ascorbique. CAVAQ10® est une marque de WACKER.

Antioxydants et Vieillissement
On entend parler des bienfaits des antioxydants tous les jours. Mais qui sont-ils au juste ? Et pourquoi sont-ils si essentiels à notre santé ?

Les antioxydants sont avant tout des agents de prévention. Ils protègent l’organisme à l’échelle cellulaire, essentiellement contre les dégâts des radicaux libres, libérés par les cellules lors du fonctionnement normal de notre corps.

Jusqu’ici, tout va bien : un organisme sain et fonctionnel émet des entités potentiellement nocives, mais celles-ci sont détectées et neutralisées par nos cellules. Ces dernières sont donc notre première ligne de défense et assurent la protection et la réparation de nos systèmes biologiques [1]. Ces mécanismes de défense sont extrêmement complexes et impliquent beaucoup de molécules, qu’on qualifie d’Antioxydantes, car elles luttent contre le pouvoir oxydant (destructeur) des radicaux libres. Elles sont notamment impliquées dans une multitude de cycles “Redox” (une cascade de réactions d’oxydo-réductions). Notre organisme produit directement beaucoup d’antioxydants naturels, comme la superoxyde dismutase (SOD), la glutathione peroxydase, le coenzyme Q10...

Malheureusement, avec le temps et à cause des facteurs externes comme la pollution, les UV, l’alimentation… ces radicaux libres nocifs peuvent devenir trop nombreux et débordent les mécanismes antioxydants des cellules. Surtout qu’en parallèle, notre production de ces molécules antioxydantes décline, les cycles Redox sont perturbés, nos défenses deviennent moins efficaces… C’est précisément ce qu’on appelle le « vieillissement ». [2,3].

Neuf marques ont ainsi été proposées comme empreintes du vieillissement. Ces dernières peuvent toucher directement notre matériel génétique, c’est-à-dire notre ADN (instabilité génomique, réduction des sites à la base de nos chromosomes - les fameux télomères - altérations épigénétiques), notre équilibre protéique (propriétés fonctionnelles des protéines), nos mécanismes de sensibilité aux nutriments, nos fonctions mitochondriales, nos processus de renouvellement cellulaire et de régénération cellulaire, et enfin, nos mécanismes de communication cellulaire [4].

Focus sur une marque de vieillissement : la peau
Au cours du vieillissement physiologique, l’apparence et la structure de notre peau sont particulièrement affectées (notamment moins de collagène : apparition de rides et perte d’élasticité). Sous la surface, au niveau cellulaire, notre peau devient aussi plus sensible aux « agressions » environnementales (UV, toxines, pollution…), et moins efficace pour lutter contre le stress oxydant (émission des fameux radicaux libres). Les marques visibles du vieillissement sont alors susceptibles de devenir plus apparentes et plus nombreuses, voire induire des changements de composition, de structure, d’élasticité et de pigmentation [5,6]. C’est ce qui explique pourquoi la peau est un haut-lieu de l’activité antioxydante du corps humain.

Si l’organisme n’assure plus suffisamment la gestion des radicaux libres pour protéger les cellules, et afin de limiter les phénomènes de vieillissement, il convient donc de le soutenir via un apport externe d’antioxydants alimentaires ou Nutraceutiques. Et c’est donc particulièrement important pour la peau [7,8].

Mais quels Antioxydants Nutraceutiques choisir ?
Jusqu’à aujourd’hui l’approche des produits “antioxydants” a toujours été la même : apporter par voie orale une molécule qui va “capter” des radicaux libres. L’idée étant qu’avec le vieillissement, on produit moins de capteurs de radicaux libres, on peut donc en fournir directement. Vous imaginez donc la course à l'échalote, avec pour but de trouver l’antioxydant le plus puissant, celui qui va capter le maximum de radicaux libres. Le tout mesuré bien-sûr par un test en laboratoire dans des conditions totalement artificielles (test ORAC et indice ORAC). Si cette stratégie semble intuitivement intéressante, elle présente deux défauts majeurs :

  1. On ne s’attaque pas à la cause mais aux conséquences. En effet, le déclin de la production d’antioxydants découle directement du vieillissement cellulaire, à l’échelle génomique avant tout.
  2. On ne tient pas compte de la complexité des mécanismes antioxydants du corps. Chacun de ces antioxydants agit au sein d'un collectif, dans des cycles Redox (une cascade de réactions d’oxydations et de réductions). Apporter un seul élément parmi tant de molécules impliquées est au mieux inutile, au pire délétère (car il peut perturber l’équilibre de ces cycles Redox).

Et on ne mentionne même pas tous ces antioxydants soi-disant surpuissants et dont la stabilité ou la biodisponibilité laisse à désirer (avez-vous déjà entendu parlé du Glutathion?). On vous vend un antioxydant avec un indice ORAC qui crève le plafond ? Posez-vous une question simple : OK il marche très bien en labo, sur une sonde, mais ce qu’il se passe dans le corps c’est une toute autre histoire, bien plus complexe : alors où sont les données cliniques ?

En ciblant des causes du vieillissement plutôt que des conséquences, une nouvelle approche est possible. Cette approche permet au corps de maintenir ses propres systèmes de défense, et l’équilibre de ses mécanismes antioxydants. Cette ambition nécessite des molécules qui agissent à l’échelle génomique, en protégeant les télomères et l’expression génétique (épigénétique).

Et afin de concevoir un antioxydant réellement efficace en gélules, il est aussi nécessaire de maîtriser ces paramètres :

  • Compréhension du mécanisme d’action,
  • Biodisponibilité et stabilité garanties,
  • Efficacité démontrée par des études cliniques.

Alors comment avons-nous fait ?

Le Sulforaphane - antioxydant « star » de la communauté scientifique
Si le brocoli n’est pas le plus connu des aliments antioxydants, les chercheurs étudient depuis de très nombreuses années les effets d’une petite molécule fascinante qui en est extraite : le Sulforaphane. L’intérêt de la communauté scientifique pour les effets bénéfiques du sulforaphane s’est particulièrement intensifié depuis les 10 dernières années. Son effet protecteur contre les processus du vieillissement est à ce jour plutôt bien établi grâce à son rôle antioxydant puissant aux propriétés nutrigénomiques, à la racine du problème donc (action sur l’expression des gènes) [9]. Le Sulforaphane est capable - d’activer les enzymes de phase II responsables de la réponse antioxydante et du métabolisme des xénobiotiques (composés toxiques tels que les espèces réactives de l’oxygène) : « voie de détoxification » et - d’inhiber les enzymes de phase I, enzymes responsables de l’activation des xénobiotiques. Il est aussi capable d’inhiber les processus impliqués dans la réponse pro-inflammatoire (voie NF-κB). Enfin, le Sulforaphane serait capable d’inhiber des processus épigénétiques par lesquels l’expression de nos gènes est modifiée et de protéger notre système protéique en protégeant ses activités et ses fonctions [10,11]. Une des dernières publications sur l’ensemble des travaux scientifiques réalisés sur le Sulforaphane rapporte que ses effets bénéfiques seraient observables dès 1,8 mg de Sulforaphane pur par jour [12].

L’efficacité clinique ainsi que le mécanisme d’action sont donc validés. Qu’en est-il de la biodisponibilité ?

Lors de la consommation d’aliments riches en précurseurs du Sulforaphane (les crucifères, choux, brocolis) et après une action enzymatique de la myrosinase, le précurseur appelé glucoraphanine est hydrolysé en Sulforaphane à partir du microbiote de l’intestin grêle.

Le Sulforaphane peut ensuite passer la barrière intestinale grâce à son faible poids moléculaire et sa lipophilie élevée, puis traverser les membranes cellulaires, lui permettant d’atteindre ses cibles et agir [11]. Or, lors de cette première étape, la transformation de la glucoraphanine en Sulforaphane est très peu efficace, et dépend beaucoup de personne en personne. Autrement dit, les extraits standards de brocoli sont une source de Sulforaphane très peu biodisponible et peu efficace. Pour résoudre ce problème, certains fabricants se sont aventurés à proposer du Sulforaphane purifié, mais ils se sont trouvés confrontés à un problème de taille : l’instabilité très importante de cette molécule.

Aujourd’hui et après une durée de développement nécessaire de plus de 20 ans (!!!), l’utilisation directe de Sulforaphane est enfin possible et dans les conditions optimales garantissant sa biodisponibilité ET sa stabilité, à travers l’introduction de Sulfodyne® (issu du brocoli) dans notre Antioxydant en gélules. Cette innovation unique et Made In France a abouti au dépôt de 2 brevets. Donc pour la première fois un extrait de brocoli, standardisé en Sulforaphane coche l’ensemble des cases de l’efficacité nutraceutique :

  • Mécanisme d’action ☑︎
  • Biodisponibilité ☑︎
  • Efficacité clinique ☑︎

Pour vous donner quelques repères de comparaison :

  • 2 gélules de notre Antioxydant apportent autant de Sulforaphane que 190 g de brocoli cru quotidiennement.
  • De nombreux extraits de brocoli sont proposés et vantent les mérites de son pouvoir antioxydant. Or ces extraits ne contiennent au mieux que des précurseurs du Sulforaphane, avec une conversion extrêmement faible, voire nulle selon les personnes. Si on vous promet des glucoraphanines – et bien comptez 25 mg de ce précurseur pour avoir 1 mg de Sulforaphane dans le meilleur des cas…

Des polyphénols extraits de pépins de raisin
Les extraits de raisin sont naturellement riches en polyphénols incluant les anthocyanes, les flavonols, les stilbènes (dont le resvératrol) et des acides phénoliques. Différents profils de polyphénols existent en fonction de la partie du raisin utilisée. Au sein des pépins se trouve le pourcentage le plus élevé de polyphénols actifs : flavonols et anthocyanines [13], conférant à ces extraits riches en polyphénols un potentiel antioxydant élevé [14]. Bien que les mécanismes d’action soient difficiles à élucider, les polyphénols de raisin pourraient avoir une influence positive sur la longueur des télomères et ceux présents dans les pépins pourraient protéger l’intégrité de l’ADN (luttant contre des lésions de l’ADN) en participant efficacement à l’élimination des radicaux libres [15,16]. La structure des polyphénols doit être considérée pour obtenir une efficacité optimale. En effet, 82% des monomères de flavonols seraient absorbés, contre seulement 1% pour les polymères, assurant une meilleure distribution aux tissus de l’organisme. L’épicatéchine (monomère de flavonol), dont la biodisponibilité est élevée, est notamment présente en quantité importante (≥ 20%) dans l’extrait sélectionné : GRAP’INSIDE. Vous comprenez donc pourquoi nous avons sélectionné cet extrait en particulier.

  • Mécanisme d’action ☑︎
  • Biodisponibilité ☑︎
  • Efficacité clinique ☑︎

De la Coenzyme Q10 (Q10)
La CoQ10, également appelée ubiquinone ou coenzyme Q10, est un composé central impliqué dans le transport des électrons au niveau mitochondrial et donc dans la production d’énergie ainsi que dans l’activité des membranes [17]. Au cours du processus de vieillissement, la biosynthèse de CoQ10 par l’organisme diminue. L’apport supplémentaire en CoQ10 pourrait donc influencer les dommages oxydatifs sur les molécules centrales de nos cellules et de nos fonctions : lipides, protéines et ADN [18,19]. Les doses « idéales » de CoQ10 applicables pour une cure « anti-âge » seraient difficiles à définir mais des travaux rapportent que dès 100 mg par jour, les effets seraient notables [18,20]. Par ailleurs, ces effets bénéfiques sont souvent bloqués par les difficultés du CoQ10 à atteindre la circulation sanguine lors d’une prise par voie orale. C’est pourquoi, une complexation avec des cyclodextrines permet au CoQ10 de devenir soluble et donc biodisponible [21,22]. Grâce au complexe CavaQ10, processus d’encapsulation du CoQ10 (ubiquinone, forme stable) dans des cyclodextrines, la biodisponibilité devient 18 fois supérieure à celle du composé seul. Considérant que le CavaQ10 contient 20% de CoQ10 et que sa biodisponibilité est 18 fois plus élevée, notre Antioxydant apporte par conséquent l’équivalent de 360 mg de CoQ10 pour 2 gélules. Là aussi :

  • Mécanisme d’action ☑︎
  • Biodisponibilité ☑︎
  • Efficacité clinique ☑︎

Publications

  1. Liguori, I.; Russo, G.; Curcio, F.; Bulli, G.; Aran, L.; Della-Morte, D.; Gargiulo, G.; Testa, G.; Cacciatore, F.; Bonaduce, D.; et al. Oxidative stress, aging, and diseases. Clin. Interv. Aging 2018, Volume 13, 757–772, doi:10.2147/CIA.S158513.
  2. Barouki, R. Stress oxydant et vieillissement. médecine/sciences 2006, 22, 266–272, doi:10.1051/medsci/2006223266.
  3. Bonnefont-Rousselot, D. Stress oxydant et vieillissement. 2007, 4.
  4. López-Otín, C.; Blasco, M.A.; Partridge, L.; Serrano, M.; Kroemer, G. The Hallmarks of Aging. Cell 2013, 153, 1194–1217, doi:10.1016/j.cell.2013.05.039.
  5. Rinnerthaler, M.; Bischof, J.; Streubel, M.; Trost, A.; Richter, K. Oxidative Stress in Aging Human Skin. Biomolecules 2015, 5, 545–589, doi:10.3390/biom5020545.
  6. Dunaway, S.; Odin, R.; Zhou, L.; Ji, L.; Zhang, Y.; Kadekaro, A.L. Natural Antioxidants: Multiple Mechanisms to Protect Skin From Solar Radiation. Front. Pharmacol. 2018, 9, 392, doi:10.3389/fphar.2018.00392.
  7. Addor, F.A.S. Antioxidants in dermatology. An. Bras. Dermatol. 2017, 92, 356–362, doi:10.1590/abd1806-4841.20175697.
  8. Petruk, G.; Del Giudice, R.; Rigano, M.M.; Monti, D.M. Antioxidants from Plants Protect against Skin Photoaging. Oxid. Med. Cell. Longev. 2018, 11, doi:https://doi.org/10.1155/2018/1454936.
  9. Houghton, C.A. Sulforaphane: Its “Coming of Age” as a Clinically Relevant Nutraceutical in the Prevention and Treatment of Chronic Disease. Oxid. Med. Cell. Longev. 2019, 2019, 1–27, doi:10.1155/2019/2716870.
  10. Juge, N.; Mithen, R.F.; Traka, M. Molecular basis for chemoprevention by sulforaphane: a comprehensive review. Cell. Mol. Life Sci. 2007, 64, 1105–1127, doi:10.1007/s00018-007-6484-5.
  11. Santín-Márquez, R.; Alarcón-Aguilar, A.; López-Diazguerrero, N.E.; Chondrogianni, N.; Königsberg, M. Sulforaphane - role in aging and neurodegeneration. GeroScience 2019, 41, 655–670, doi:10.1007/s11357-019-00061-7.
  12. Yagishita, Y.; Fahey, J.W.; Dinkova-Kostova, A.T.; Kensler, T.W. Broccoli or Sulforaphane: Is It the Source or Dose That Matters? Molecules 2019, 24, 3593, doi:10.3390/molecules24193593.
  13. Xia, E.-Q.; Deng, G.-F.; Guo, Y.-J.; Li, H.-B. Biological Activities of Polyphenols from Grapes. Int. J. Mol. Sci. 2010, 11, 622–646, doi:10.3390/ijms11020622.
  14. Ma, Z.; Zhang, H. Phytochemical Constituents, Health Benefits, and Industrial Applications of Grape Seeds: A Mini-Review. Antioxidants 2017, 6, 71, doi:10.3390/antiox6030071.
  15. Yen, C.-Y.; Hou, M.-F.; Yang, Z.-W.; Tang, J.-Y.; Li, K.-T.; Huang, H.-W.; Huang, Y.-H.; Lee, S.-Y.; Fu, T.-F.; Hsieh, C.-Y.; et al. Concentration effects of grape seed extracts in anti-oral cancer cells involving differential apoptosis, oxidative stress, and DNA damage. BMC Complement. Altern. Med. 2015, 15, 94, doi:10.1186/s12906-015-0621-8.
  16. Vidaček, N.Š.; Nanić, L.; Ravlić, S.; Sopta, M.; Gerić, M.; Gajski, G.; Garaj-Vrhovac, V.; Rubelj, I. Telomeres, Nutrition, and Longevity: Can We Really Navigate Our Aging? J. Gerontol. Ser. A 2018, 73, 39–47, doi:10.1093/gerona/glx082.
  17. Hernández-Camacho, J.D.; Bernier, M.; López-Lluch, G.; Navas, P. Coenzyme Q10 Supplementation in Aging and Disease. Front. Physiol. 2018, 9, 44, doi:10.3389/fphys.2018.00044.
  18. Varela-López, A.; Giampieri, F.; Battino, M.; Quiles, J. Coenzyme Q and Its Role in the Dietary Therapy against Aging. Molecules 2016, 21, 373, doi:10.3390/molecules21030373.
  19. Barcelos, I.P. de; Haas, R.H. CoQ10 and Aging. Biology 2019, 8, 28, doi:10.3390/biology8020028.
  20. Casagrande, D.; Waib, P.H.; Jordão Júnior, A.A. Mechanisms of action and effects of the administration of Coenzyme Q10 on metabolic syndrome. J. Nutr. Intermed. Metab. 2018, 13, 26–32, doi:10.1016/j.jnim.2018.08.002.
  21. Terao, K.; Nakata, D.; Fukumi, H.; Schmid, G.; Arima, H.; Hirayama, F.; Uekama, K. Enhancement of oral bioavailability of coenzyme Q10 by complexation with γ-cyclodextrin in healthy adults. Nutr. Res. 2006, 26, 503–508, doi:10.1016/j.nutres.2006.08.004.
  22. Bank, G.; Kagan, D.; Madhavi, D. Coenzyme Q 10 : Clinical Update and Bioavailability. J. Evid.-Based Complement. Altern. Med. 2011, 16, 129–137, doi:10.1177/2156587211399438.

D'où viennent nos ingrédients ?

Origine des ingrédients de L'Antioxydant
Sulfodyne® - Triballat

Lieu d’extraction : France, Rennes - Lieu de culture : Italie
PME bretonne, Triballat est le pionnier français des protéines végétales. Elle a investi 20 ans dans la recherche sur le Sulforaphane.

Extrait de pépins de raisin GRAP’INSIDE® - Activ’Inside

Lieu d’extraction : France, Bordeaux - Lieu de culture : France, Champagne Activ’Inside est le spécialiste français des actifs végétaux, notamment les polyphénols.

CavaQ10® - Wacker

Lieu de fermentation : Japon - Microencapsulation : USA, Mineapolis Wacker est le spécialiste de la vectorisation d'actifs par les cyclodextrines fermentées.

Fabrication des gélules

B-Pharma - France, Chambéry
B-Pharma est un façonnier reconnu dans les formes sèches.

Sulfodyne® - Triballat

Lieu d’extraction : France, Rennes - Lieu de culture : Italie
PME bretonne, Triballat est le pionnier français des protéines végétales. Elle a investi 20 ans dans la recherche sur le Sulforaphane.

Extrait de pépins de raisin GRAP’INSIDE® - Activ’Inside

Lieu d’extraction : France, Bordeaux - Lieu de culture : France, Champagne
Activ’Inside est le spécialiste français des actifs végétaux, notamment les polyphénols.

CavaQ10® - Wacker

Lieu de fermentation : Japon - Microencapsulation : USA, Mineapolis
Wacker est le spécialiste de la vectorisation d'actifs par les cyclodextrines fermentées.

Fabrication des gélules

B-Pharma - France, Chambéry
B-Pharma est un façonnier reconnu dans les formes sèches.

Produits associés

Millet & Biotine
24,90€
Spiruline bio
25,40€
lot de 3 antioxydant
70,00€
pack beauté
47,00€

Questions - Réponses

Au bout de combien de temps peut-on constater les premiers effets ?

Le vieillissement cellulaire se joue au fin fond de nos cellules, et c’est un combat sur le long, voire le très long terme. Cependant, la peau est un haut-lieu de l’activité antioxydante du corps humain, et c’est là où les premiers “signes de vieillesse” apparaissent. L’Antioxydant peut ainsi être utilisé en prévention des périodes d’exposition importante au soleil. Il contribuera ainsi à protéger la peau contre une production excessive de radicaux-libres, et à préserver son aspect.

Pourquoi les matières premières ne sont-elles pas disponibles en BIO ?

  • Brocoli : À ce jour, la filière Agriculture Biologique européenne est peu développée sur le brocoli, ce qui ne permet pas la réalisation d’un extrait BIO. Pour des raisons écologiques, de traçabilité, et de qualité de matières premières (graines), le choix a été fait de travailler pour le moment avec la filière locale (France et Italie) et donc conventionnelle. Il faut noter aussi que le Brocoli fait partie des légumes où l’usage des pesticides est parmi les plus faibles.
  • Extrait de pépins de raisin : A ce jour, la filière française mélange les pépins de raisin conventionnels et bio. Il n’est donc pas possible de proposer un extrait de pépin de raisin bio de Champagne. Encore une fois, nous avons fait le choix du local pour maîtriser la traçabilité et la qualité de notre matière première.
  • CoQ10 : La CoQ10 étant produite par fermentation, elle ne peut par définition pas être labellisée agriculture biologique.

Pourquoi n’utilisez-vous pas la coenzyme Q10 sous forme d’ubiquinol ?

L’ubiquinol est une forme alternative de coenzyme Q10. Elle a un effet strictement identique à celui de l’ubiquinone, mais possède une meilleure biodisponibilité, c’est-à-dire qu’il faut en prendre moins pour avoir le même effet. Cette molécule est néanmoins très instable, difficile à formuler en poudre et très coûteuse. Et nous avons par ailleurs résolu le problème de biodisponibilité de l’ubiquinone en utilisant la forme CAVAQ10®, stable, et 18 fois plus biodisponible que la CoQ10 “standard”.

Pourquoi pas de glutathion dans votre formule ?

Les cycles Redox de protection de nos cellules sont complexes et impliquent beaucoup de molécules dont le glutathion. En apportant artificiellement une seule de ces molécules, on ne s’attaque pas aux causes du problème mais à ses conséquences, avec le risque d’un déséquilibre potentiel.

Notre approche consiste à agir directement en amont de ces cycles, à l’origine du problème, pour aider les cellules à maintenir naturellement l’efficacité de leurs mécanismes de défense parmi lesquels on compte les fameux cycles REDOX.

Notre Antioxydant convient-il au personnes Vegan ?

Oui, il convient aux personnes vegan (végétaliennes). L’antioxydant est composé d’extraits à 100% d’origine végétale et d’une Q10 ubiquinone issue de levure.

Pourquoi doit-on conserver son flacon au réfrigérateur ?

Les tests de stabilité entrepris sur l’extrait de brocoli stabilisé (Sufodyne®) ont montré que les conditions de stockage optimales étaient à des températures réfrigérées de 4 à 8°C. En gage de sécurité, l’Antioxydant est dosé à 120% des quantités ayant démontré une efficacité en études cliniques.

Et si je mange du brocoli et du raisin ?

Excellente idée ! Par contre, il faudra manger 190 g de brocoli pour avoir autant de sulforaphane que dans 2 gélules de notre Antioxydant. Ce brocoli doit être aussi cru, car la cuisson altère fortement cette molécule précieuse.

Tous les extraits de brocolis se valent-ils ?

À l’instar de la CoQ10 et des extraits de raisin, il existe une large gamme d’extraits de brocoli. Cependant, à notre connaissance aucun extrait de brocolis ne contient du Sulforaphane en dehors du Sulfodyne®.

Par ailleurs, vous trouverez d’autres extraits de brocolis standardisés en Sulforaphane Glucosinolate ou encore en Glucoraphanine. Il s’agit de précurseurs que votre corps doit convertir en plusieurs étapes pour obtenir le Sulforaphane. Il faut au mieux 25 mg de ces précurseurs pour avoir seulement 1 mg de Sulforaphane, et encore, cela est très dépendant des individus, notamment de leur microbiote.

Pourquoi cette légère odeur de souffre à l’ouverture du flacon ?

Cette odeur est tout à fait normale ! En fait, vous devriez même vous poser des questions s’il n’y a pas d’odeur. En effet, le sulforaphane contient un atome de soufre, et notamment une fonction thioisocyanate. Cette fonction est à la base de son action, mais explique aussi sa sensibilité et l’odeur caractéristique. Comme souvent il suffit de très peu de cette molécule pour générer une odeur importante. C’est un excellent rappel qu’il faut conserver le flacon au frigo pour préserver au mieux le sulforaphane.

Avis