Enzymes digestives
  • Enzymes digestives
  • Enzymes en gélules
  • Composition et posologie des enzymes
Enzymes digestives
Enzymes digestives Enzymes en gélules Composition et posologie des enzymes

Enzymes & Pissenlit

Lire les avis

Bienfaits des enzymes

Lactase, protéase, lipase, etc. Les enzymes découpent les aliments pour faciliter leur assimilation. Non animal, notre mix est le premier à avoir été développé pour répondre aux deux situations principales nécessitant un apport d’enzymes :

  • 12,000 ALU de lactase pour parer l’intolérance aux produits laitiers,
  • 6 autres enzymes telles la lipase, la papaïne ou encore l’amylase et du pissenlit pour aider à la digestion des repas copieux.

60 gélules • à partir d'1/j

22,90 €
Ajouter au panier


Faites des économies avec les packs :
Lot de 3 Enzymes & Pissenlit Bio
68,70 € 63,00 € Économisez 5,70 € Ajouter au panier
Pack Digestion
47,80 € 44,00 € Économisez 3,80 € Ajouter au panier
100% vegan
100% vegan
sans gluten
sans gluten
sans ogm
sans OGM
sans additifs
sans additifs
sans gélatine
sans gélatine
fabriqué en France
made in France

36% de Français souffriraient d'intolérance au lactose.
NIH Lactose Intolerance; 2014; p. 12. 5

36% de Français souffriraient d'intolérance au lactose.
NIH Lactose Intolerance; 2014; p. 12. 5

EFFICACITÉ

12,000 ALU de lactase : fini les cauchemars avec les produits laitiers !

Si vous êtes intolérants au lactose, vous savez à quel point la lactase est essentielle à la digestion des produits laitiers. Notre mix contient jusqu’à 12,000 ALU de lactase (2 gélules/repas) pour vous permettre de digérer des aliments comme le lait, la crème, certains fromages ou encore certains desserts en toute sérénité.

Un mix tout terrain !

En plus de la lactase, notre formule contient lipase, papaïne, protéase, amylase, cellulase, α-galactosidase et pissenlit pour permettre une  action sur tous types de macro-nutriments : protéine, lipide et glucide. Produits laitiers et repas copieux n’auront qu’à bien se tenir !

Exigez l’activité et non pas la quantité !

L’efficacité d’une enzyme ne se mesure pas à sa quantité mais à son activité. Chacune d’entre elle possède sa propre unité qui doit être présente sur l'étiquette. Cette transparence est le reflet d’un dosage spécifiquement travaillé, à mille lieux des mixs qui énumèrent une longue liste d’enzymes sans garantir leur activité.

Une lactase adaptable à vos besoins

Selon le degré d'intolérance et la quantité de produits laitiers ingérés, il peut être nécessaire de prendre une (6000 ALU) à deux (12000 ALU) gélules par repas*.

*Dans tous les cas, il est important de ne pas dépasser 3 gélules par jour.

BIENFAITS

  • La lactase améliore la digestion du lactose chez les individus ayant des difficultés à le digérer.
  • À consommer avec les produits contenant du lactose (lait,  crème fraîche, dessert lacté, fromage). La tolérance au lactose varie d'une personne à l'autre, veuillez vous renseigner sur le rôle de cette substance dans votre régime alimentaire.
  • Le pissenlit stimule la digestion.

CONSEILS D'UTILISATION

Quand prendre des Enzymes digestives ?

  • Au début du repas.
  • Ne pas prendre en dehors des repas.

Dans le cadre :

  • d'intolérance au lactose.
  • d'un repas trop riche (repas de fêtes, repas difficiles à digérer...).
  • de difficultés habituelles à digérer pendant les repas.

Combien de gélules ?

  • Nous conseillons 1 à 2 gélules au cours du repas.
  • Dans tous les cas, ne pas dépasser 3 gélules par jour.

Comment prendre ses gélules ?

  • A prendre avec un grand verre d’eau, tout simplement.
  • Ne pas ouvrir les gélules.

Durée d'un flacon

  • 30 à 60 jours.

Précautions d'emploi

  • Ne pas dépasser 3 gélules par jour.
  • Ne pas dépasser 1 à 2 gélules par repas.
  • Ne pas ouvrir les gélules.
  • Non destiné aux enfants en bas-âge.
  • Complément alimentaire à base d'enzymes et pissenlit, à utiliser en complément d'une alimentation saine et équilibrée.

Conditions de conservation

  • Conserver dans un endroit sec et à l'abri de la lumière.

COMPOSITION

Pour 2 gélules

Mix de 7 enzymes : 650 mg
  Papaïne : 60 000 PU(1) - 60 mg
  Protéase : 40 000 HUT(2) - 60 mg
  α-Amylase : 3000 DU(3) - 60 mg
  Cellulase : 3000 CU(4) - 60 mg
  Lipase : 3000 FIP(5) - 60 mg
  α-Galactosidase : 600 GalU(6) - 60 mg
  β-Galactosidase (lactase) : 12000 ALU(7) - 60 mg

Poudre de racine de pissenlit : 80 mg

(1)unités papaïne; (2)unités hémoglobine; (3)unités dextrinisation; (4)unités cellulase; (5)unités lipase; (6)unités galactosidase; (7)unités lactase;

Ingrédients : Mix enzymatique Nutri&Co (agent de charge: Gomme d’acacia, Papaïne, Protéase, α-Amylase, Cellulase, Lipase, α-Galactosidase, β-Galactosidase (lactase)); agent d’enrobage : Hydroxypropylméthylcellulose; Poudre de racine de pissenlit (Taraxacum Officinale);

SCIENCE

Protéines, glucides, lipides… Qui sont-ils ?

Nos aliments sont constitués de grosses molécules que l’on appelle les macronutriments et sont représentées par 3 grandes catégories :

  • Protéines : Les protéines sont un assemblage d’unités d’acides aminés (leucine, thréonine, lysine, tryptophane, phénylalanine, valine, méthionine, isoleucine…). Ensemble, ces acides aminés forment des dipeptides, tripeptides… c’est-à-dire des peptides de différentes tailles qui forment ensemble des protéines.

  • Glucides : Les glucides sont un assemblage d’unités d’oses, aussi équivalents aux monosaccharides, dont les principaux sont : le glucose, le galactose, le mannose, le fructose et le ribose (présents naturellement dans notre alimentation). Notre alimentation est principalement composée de polysaccharides comme :
    1. l’amidon (chaînes d’unités de glucose) que l’on retrouve dans les féculents pâtes, riz, pommes de terre, pain…,
    2. la cellulose que l’on retrouve dans végétaux (légumes, fruits et légumineuses) en plus ou moins grandes proportion,
    3. certains glucides retrouvés sous forme de disaccharides comme le saccharose (sucre de table).

  • Lipides : Les lipides (ou graisses) sont un assemblage d’unités d’acide gras. Dans notre alimentation, nous les consommons majoritairement sous forme de triglycérides, molécules qui contiennent 3 acides gras. Le cholestérol fait partie aussi de la catégorie des lipides. Ils arrivent dans notre alimentation via la consommation de graisses de cuisine (beurre ou huile) ou alors d’aliments qui en sont riches tels que les fromages ou encore certaines viandes grasses.

Et le lactose dans tout ça ?

Le lactose est le sucre du lait et fait donc partie de la classe des glucides. Plus précisément, c’est un disaccharide composé d’une unité de glucose et d’une unité de galactose. On le retrouve en plus ou moins grande quantité dans les produits laitiers (lait frais, lait en poudre, yaourt, fromage blanc, crème fraîche...) ou encore dans les desserts (crème dessert, riz au lait…).

Des macronutriments aux micronutriments

Nos aliments sont donc un assemblage de ces 3 grandes catégories de macronutriments mais pas seulement ! C’est par la dégradation de ces macronutriments que l’on obtient les acides aminés, les acides gras et les “oses”, évoqués plus haut, qui font partie des micronutriments. Parmi la catégorie des micronutriments on retrouve aussi les vitamines et les minéraux qui sont directement apportés par nos aliments, toujours en proportions variables en fonction des aliments considérés et de la façon dont nous les consommons (exemple : impact de la cuisson). En conclusion, vous comprenez pourquoi nous sommes encouragés à manger varié !

Et c’est là qu’interviennent les enzymes digestives. Elles vont préparer (découper) les aliments (les macronutriments donc) afin que les micronutriments puissent être assimilés.

Circuit et fonctionnement de la digestion, rôle des enzymes

Pour mieux illustrer la digestion et ses différentes étapes, vous pouvez suivre le schéma ci-après. Les enzymes agissent au niveau des différents compartiments de la digestion (bouche, estomac, intestin grêle, côlon) et spécifiquement pour certains macronutriments. Ces derniers ne sont pas tous digérés en même temps, au même endroit et au même rythme, c’est pourquoi la digestion s'étale sur plusieurs heures. L’objectif de la digestion est de transformer nos aliments en nutriments afin qu’ils passent dans la circulation sanguine pour rejoindre les organes cibles du métabolisme (cerveau, foie, muscle, tissu adipeux…) où ils sont utilisés comme source d’énergie, réserve, composés de structure ou comme catalyseur métabolique. Chaque macronutriment possède son propre circuit de digestion [1,2] :

  • Protéines : Les protéines subissent une première hydrolyse au niveau de l’estomac, qui devient acide à l’arrivée du bol alimentaire, par l’action d’une protéase acide : la pepsine. Ensuite, elles passent au niveau de l’intestin grêle, milieu neutre (non acide), pour être hydrolysées par des protéases sécrétées par le pancréas puis par des peptidases intestinales pour la phase terminale de dégradation.  Les acides aminés et les petits peptides peuvent alors passer la barrière intestinale (intestin grêle) pour rejoindre la circulation sanguine.

  • Glucides digestibles : Les polysaccharides et disaccharides ont également besoin d’être découpés par nos enzymes digestives. En effet, seuls les monosaccharides peuvent être directement assimilés au niveau intestinal. Une première hydrolyse a donc lieu dans la bouche grâce à la salive qui contient de l’amylase, et aussi grâce au temps de mastication qui est exercé : les polyosaccharides deviennent des oligosaccharides (plus petits glucides). Mais c’est surtout au niveau de l’intestin grêle que les polysaccharides et olisaccharides sont hydrolysés en monosaccharides par des osidases (amylase pancréatique, lactase (=β-galactosidase) intestinale, sucrase intestinale) pour être absorbés et rejoindre la circulation sanguine. A noter que la lactase peut être un véritable problème chez certaines personnes. Les activités enzymatiques s’entretiennent et notre consommation de lait pouvant diminuer de façon très importante au cours de notre vie, il est possible de développer une malabsorption du lactose voire une intolérance.

  • Glucides indigestibles : En revanche notre organisme ne possède pas les systèmes enzymatiques pour digérer certains polysaccharides dont la structure est essentiellement composée de liaisons-β (hémicellulose, pectine, gommes, inuline etc.), par contraste avec les structures composées de liaisons-α (comme l’amidon). C’est surtout notre microbiote (flore bactérienne intestinale) qui prend en charge certaines fibres par des mécanismes de fermentation ou de transformation. Pour d’autres types de fibres qui ne peuvent pas être fermentées, l’Homme ne possède pas de cellulase pour digérer la cellulose ou encore d’α-galactosidase pour digérer les α-galactosides (principaux oligosaccharides des légumineuses). Cette catégorie de fibres est principalement là pour augmenter le volume du bol alimentaire et assurer un transit optimal.

  • Lipides : La digestion des graisses, principalement des triglycérides, se produit après une phase d’émulsion, qui a lieu majoritairement au début de l’intestin grêle. Elle est ensuite le résultat de l’action de multiples lipases (estérases) pancréatiques, qui libèrent des acides gras, des monoglycérides et du cholestérol qui sont absorbés à partir des micelles (agrégats sphériques avec une partie polaire et une partie apolaire) de sels biliaires (sécrétions provenant de la bile). Cette phase est immédiatement suivie d’une re-synthèse de triglycérides car les acides gras et le cholestérol sont des nutriments insolubles qui sont ensuite transportés dans la circulation par des grosses molécules sphériques appelées chylomicrons.

Problèmes de digestion : comment est-ce que les enzymes peuvent aider ?

Les troubles de digestion sont fréquents : ballonnements, constipation, crampes... C’est dans ce cadre que l’utilisation de “compléments alimentaires” a été testée. On vous parle souvent de probiotiques dans une démarche d’équilibre et de redynamisation de la flore intestinale. Mais il n’y a pas que le microbiote ! Certains désagréments peuvent aussi être directement liés à l'efficacité ou à la surcharge de nos enzymes digestives. C’est pourquoi, la notion d’enzymes s’intègre à la nutraceutique aujourd'hui. L’amélioration des désordres digestifs pourrait être envisagée grâce à la prise d’un supplément en enzymes ayant été considérée comme prometteuse et sans risque [3–5]. Plusieurs manifestations pourraient suggérer cette prise :

  • Une dyspepsie caractérisée par une douleur persistante ou récurrente dans la partie haute de l’abdomen associée à des ballonnements, des brûlures d’estomac, des gaz… Ces manifestations génèrent un inconfort complexifiant le quotidien et peuvent même susciter de l’appréhension quant à la prise de certains repas. Des études cliniques chez des sujets dyspeptiques ont montré que la prise d’un mix enzymatique composé classiquement d’amylase, protéase, lipase et lactase permettrait d’améliorer significativement les symptômes d’inconfort digestif. Ces données supposent alors que cette prise présenterait une efficacité dans l’optimisation du processus de digestion [6,7].
  • Des périodes de stress, fatigue ou encore de répétitions de repas exceptionnels par exemple.
  • Une situation physiologique particulière telle que le vieillissement. Au cours du temps, les fonctions enzymatiques y compris celles de la digestion deviennent de moins en moins efficaces.
  • Un syndrome de l’intestin irritable (affectant surtout le côlon).

Un bon mix enzymatique digestif qu’est-ce-que c’est ?

Tout comme vous, nous nous sommes posés la question de ce qu’était un bon mix enzymatique ciblant la digestion. Si vous vous êtes penchés sur le sujet, vous avez donc dû remarquer que tout n’était pas clair et que bons nombres de mix proposent une liste allongée d’enzymes. Chez Nutri&Co, nous avons dégagé plusieurs critères qui nous semblaient être les plus pertinents dans la réflexion et la formulation du mix :

  • Se concentrer sur l’essentiel en construisant une formulation à partir des enzymes principales de la digestion :
    1. Digestion des protéines :
      - Protéase : activité reproduisant celle de la protéase acide (la pepsine),
      - Papaïne : activité reproduisant celle des protéases pancréatiques.
    2. Digestion des glucides (hors fibres) :
      - α-Amylase : activité reproduisant celle de l’amylase pancréatique.
    3. Digestion des lipides :
      - Lipase : activité reproduisant celle de la lipase pancréatique.
    4. Digestion des fibres :
      - Cellulase et α-galactosidase.

  • Ajouter des enzymes que l’Homme de ne peut pas produire contribuant à la digestion des glucides indigestibles principaux (fibres) : cellulase et α-galactosidase.

  • Penser à tous les modes alimentaires et de vie en s’adaptant au plus grand nombre.

  • Avoir une origine non animale de façon à donner accès au mix enzymatique ciblant la digestion à tout type de régime (végétariens et vegans).

  • Enfin, ajouter un extrait en quantité efficace et actif sur la digestion en sélectionnant l’extrait de pissenlit bien documenté quant à ses liens bénéfiques sur la sphère digestive [8].

Et bien sûr : la lactase !

Un mix enzymatique visant l’essentiel de la digestion ne peut s’affranchir de lactase (ou β-Galactosidase), et les compléments alimentaires de lactase sont bien connus des personnes qui ont une intolérance au lactose.  En effet, certains désordres physiologiques de digestion peuvent avoir lieu en cas de malabsorption du lactose voire d’intolérance complète. Ces problématiques apparaissent généralement au cours du temps car l’organisme se “déshabitue” au lactose (moins de lactase) entraînant une moins bonne digestion. Ce qui génère par ailleurs des symptômes digestifs plus ou moins sévères. Notre mix contient ainsi une quantité de lactase suffisante venant reproduire efficacement l’activité de la lactase intestinale. A ce niveau, elle vient comme un support notable de la digestion lactose [9].

Publications

  1. Goodman, B.E. Insights into digestion and absorption of major nutrients in humans. Adv. Physiol. Educ. 2010, 34, 44–53, doi:10.1152/advan.00094.2009.
  2. Dainese-Plichon, R.; Hébuterne, X. Digestion et absorption des nutriments dans l’intestin grêle. EMC - Gastro-Entérologie 2012, 7, 1–14, doi:10.1016/S1155-1968(12)53630-8.
  3. Roxas, M. The Role of Enzyme Supplementation in Digestive Disorders. 2008, 13, 8.
  4. Edakkanambeth Varayil, J.; Bauer, B.A.; Hurt, R.T. Over-the-Counter Enzyme Supplements: What a Clinician Needs to Know. Mayo Clin. Proc. 2014, 89, 1307–1312, doi:10.1016/j.mayocp.2014.05.015.
  5. Swami, O.C.; Shah, N.J. Functional dyspepsia and the role of digestive enzymes supplement in its therapy. Int. J. Basic Clin. Pharmacol. 2017, 6, 1035, doi:10.18203/2319-2003.ijbcp20171653.
  6. Khandke, D.A.; Jain, S.K.; Shirsath, P.A.; Manager, A. Post-Marketing Surveillance Study to Assess the Efficacy and Tolerability of Al5zyme — A Multienzyme Preparation in Patients with Functional Dyspepsia. Indian Med. Gaz. 2013, 11.
  7. Majeed, M.; Majeed, S.; Nagabhushanam, K.; Arumugam, S.; Pande, A.; Paschapur, M.; Ali, F. Evaluation of the Safety and Efficacy of a Multienzyme Complex in Patients with Functional Dyspepsia: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Study. J. Med. Food 2018, 21, 1120–1128, doi:10.1089/jmf.2017.4172.
  8. González-Castejón, M.; Visioli, F.; Rodriguez-Casado, A. Diverse biological activities of dandelion. Nutr. Rev. 2012, 70, 534–547, doi:10.1111/j.1753-4887.2012.00509.x.
  9. NIH Lactose Intolerance; 2014; p. 12.

ANALYSES

Notre promesse de transparence passe aussi par la publication des analyses qualité :

EFFICACITÉ
BIENFAITS
CONSEILS D'UTILISATION
COMPOSITION
SCIENCE
ANALYSES

12,000 ALU de lactase : fini les cauchemars avec les produits laitiers !
Si vous êtes intolérants au lactose, vous savez à quel point la lactase est essentielle à la digestion des produits laitiers. Notre mix contient jusqu’à 12,000 ALU de lactase (2 gélules/repas) pour vous permettre de digérer des aliments comme le lait, la crème, certains fromages ou encore certains desserts en toute sérénité.

Un mix tout terrain !
En plus de la lactase, notre formule contient lipase, papaïne, protéase, amylase, cellulase, α-galactosidase et pissenlit pour permettre une  action sur tous types de macro-nutriments : protéine, lipide et glucide. Produits laitiers et repas copieux n’auront qu’à bien se tenir !

Exigez l’activité et non pas la quantité !
L’efficacité d’une enzyme ne se mesure pas à sa quantité mais à son activité. Chacune d’entre elle possède sa propre unité qui doit être présente sur l'étiquette. Cette transparence est le reflet d’un dosage spécifiquement travaillé, à mille lieux des mixs qui énumèrent une longue liste d’enzymes sans garantir leur activité.

Une lactase adaptable à vos besoins
Selon le degré d'intolérance et la quantité de produits laitiers ingérés, il peut être nécessaire de prendre une (6000 ALU) à deux (12000 ALU) gélules par repas*.

*Dans tous les cas, il est important de ne pas dépasser 3 gélules par jour.

  • La lactase améliore la digestion du lactose chez les individus ayant des difficultés à le digérer.
  • À consommer avec les produits contenant du lactose (lait,  crème fraîche, dessert lacté, fromage). La tolérance au lactose varie d'une personne à l'autre, veuillez vous renseigner sur le rôle de cette substance dans votre régime alimentaire.
  • Le pissenlit stimule la digestion.

Quand prendre des Enzymes digestives ?

  • Au début du repas.
  • Ne pas prendre en dehors des repas.

Dans le cadre :

  • d'intolérance au lactose.
  • d'un repas trop riche (repas de fêtes, repas difficiles à digérer...).
  • de difficultés habituelles à digérer pendant les repas.

Combien de gélules ?

  • Nous conseillons 1 à 2 gélules au cours du repas.
  • Dans tous les cas, ne pas dépasser 3 gélules par jour.

Comment prendre ses gélules ?

  • A prendre avec un grand verre d’eau, tout simplement.
  • Ne pas ouvrir les gélules.

Durée d'un flacon

  • 30 à 60 jours.

Précautions d'emploi

  • Ne pas dépasser 3 gélules par jour.
  • Ne pas dépasser 1 à 2 gélules par repas.
  • Ne pas ouvrir les gélules.
  • Non destiné aux enfants en bas-âge.
  • Complément alimentaire à base d'enzymes et pissenlit, à utiliser en complément d'une alimentation saine et équilibrée.

Conditions de conservation

  • Conserver dans un endroit sec et à l'abri de la lumière.

ComposéPour 1 gélulePour 2 gélules
Mix de 7 enzymes325 mg650 mg
• Papaïne30 000 PU(1) - 30 mg60 000 PU - 60 mg
• Protéase20 000 HUT(2) - 30 mg40 000 HUT - 60 mg
• α-Amylase1500 DU(3) - 30 mg3000 DU - 60 mg
• Cellulase1500 CU(4) - 30 mg3000 CU - 60 mg
• Lipase1500 FIP(5) - 30 mg3000 FIP - 60 mg
• α-Galactosidase300 GalU(6) - 30 mg600 GalU - 60 mg
• β-Galactosidase (lactase)6000 ALU(7) - 30 mg12000 ALU - 60 mg
Poudre de racine de pissenlit40 mg80 mg

(1)unités papaïne; (2)unités hémoglobine; (3)unités dextrinisation; (4)unités cellulase; (5)unités lipase; (6)unités galactosidase; (7)unités lactase;

Ingrédients : Mix enzymatique Nutri&Co (agent de charge: Gomme d’acacia, Papaïne, Protéase, α-Amylase, Cellulase, Lipase, α-Galactosidase, β-Galactosidase (lactase)); agent d’enrobage : Hydroxypropylméthylcellulose; Poudre de racine de pissenlit (Taraxacum Officinale);

Protéines, glucides, lipides… Qui sont-ils ?
Nos aliments sont constitués de grosses molécules que l’on appelle les macronutriments et sont représentées par 3 grandes catégories :

  • Protéines : Les protéines sont un assemblage d’unités d’acides aminés (leucine, thréonine, lysine, tryptophane, phénylalanine, valine, méthionine, isoleucine…). Ensemble, ces acides aminés forment des dipeptides, tripeptides… c’est-à-dire des peptides de différentes tailles qui forment ensemble des protéines.

  • Glucides : Les glucides sont un assemblage d’unités d’oses, aussi équivalents aux monosaccharides, dont les principaux sont : le glucose, le galactose, le mannose, le fructose et le ribose (présents naturellement dans notre alimentation). Notre alimentation est principalement composée de polysaccharides comme :
    1. l’amidon (chaînes d’unités de glucose) que l’on retrouve dans les féculents pâtes, riz, pommes de terre, pain…,
    2. la cellulose que l’on retrouve dans végétaux (légumes, fruits et légumineuses) en plus ou moins grandes proportion,
    3. certains glucides retrouvés sous forme de disaccharides comme le saccharose (sucre de table).

  • Lipides : Les lipides (ou graisses) sont un assemblage d’unités d’acide gras. Dans notre alimentation, nous les consommons majoritairement sous forme de triglycérides, molécules qui contiennent 3 acides gras. Le cholestérol fait partie aussi de la catégorie des lipides. Ils arrivent dans notre alimentation via la consommation de graisses de cuisine (beurre ou huile) ou alors d’aliments qui en sont riches tels que les fromages ou encore certaines viandes grasses.

Et le lactose dans tout ça ?
Le lactose est le sucre du lait et fait donc partie de la classe des glucides. Plus précisément, c’est un disaccharide composé d’une unité de glucose et d’une unité de galactose. On le retrouve en plus ou moins grande quantité dans les produits laitiers (lait frais, lait en poudre, yaourt, fromage blanc, crème fraîche...) ou encore dans les desserts (crème dessert, riz au lait…).

Des macronutriments aux micronutriments
Nos aliments sont donc un assemblage de ces 3 grandes catégories de macronutriments mais pas seulement ! C’est par la dégradation de ces macronutriments que l’on obtient les acides aminés, les acides gras et les “oses”, évoqués plus haut, qui font partie des micronutriments. Parmi la catégorie des micronutriments on retrouve aussi les vitamines et les minéraux qui sont directement apportés par nos aliments, toujours en proportions variables en fonction des aliments considérés et de la façon dont nous les consommons (exemple : impact de la cuisson). En conclusion, vous comprenez pourquoi nous sommes encouragés à manger varié !

Et c’est là qu’interviennent les enzymes digestives. Elles vont préparer (découper) les aliments (les macronutriments donc) afin que les micronutriments puissent être assimilés.

Circuit et fonctionnement de la digestion, rôle des enzymes
Pour mieux illustrer la digestion et ses différentes étapes, vous pouvez suivre le schéma ci-après. Les enzymes agissent au niveau des différents compartiments de la digestion (bouche, estomac, intestin grêle, côlon) et spécifiquement pour certains macronutriments. Ces derniers ne sont pas tous digérés en même temps, au même endroit et au même rythme, c’est pourquoi la digestion s'étale sur plusieurs heures. L’objectif de la digestion est de transformer nos aliments en nutriments afin qu’ils passent dans la circulation sanguine pour rejoindre les organes cibles du métabolisme (cerveau, foie, muscle, tissu adipeux…) où ils sont utilisés comme source d’énergie, réserve, composés de structure ou comme catalyseur métabolique. Chaque macronutriment possède son propre circuit de digestion [1,2] :

  • Protéines : Les protéines subissent une première hydrolyse au niveau de l’estomac, qui devient acide à l’arrivée du bol alimentaire, par l’action d’une protéase acide : la pepsine. Ensuite, elles passent au niveau de l’intestin grêle, milieu neutre (non acide), pour être hydrolysées par des protéases sécrétées par le pancréas puis par des peptidases intestinales pour la phase terminale de dégradation.  Les acides aminés et les petits peptides peuvent alors passer la barrière intestinale (intestin grêle) pour rejoindre la circulation sanguine.

  • Glucides digestibles : Les polysaccharides et disaccharides ont également besoin d’être découpés par nos enzymes digestives. En effet, seuls les monosaccharides peuvent être directement assimilés au niveau intestinal. Une première hydrolyse a donc lieu dans la bouche grâce à la salive qui contient de l’amylase, et aussi grâce au temps de mastication qui est exercé : les polyosaccharides deviennent des oligosaccharides (plus petits glucides). Mais c’est surtout au niveau de l’intestin grêle que les polysaccharides et olisaccharides sont hydrolysés en monosaccharides par des osidases (amylase pancréatique, lactase (=β-galactosidase) intestinale, sucrase intestinale) pour être absorbés et rejoindre la circulation sanguine. A noter que la lactase peut être un véritable problème chez certaines personnes. Les activités enzymatiques s’entretiennent et notre consommation de lait pouvant diminuer de façon très importante au cours de notre vie, il est possible de développer une malabsorption du lactose voire une intolérance.

  • Glucides indigestibles : En revanche notre organisme ne possède pas les systèmes enzymatiques pour digérer certains polysaccharides dont la structure est essentiellement composée de liaisons-β (hémicellulose, pectine, gommes, inuline etc.), par contraste avec les structures composées de liaisons-α (comme l’amidon). C’est surtout notre microbiote (flore bactérienne intestinale) qui prend en charge certaines fibres par des mécanismes de fermentation ou de transformation. Pour d’autres types de fibres qui ne peuvent pas être fermentées, l’Homme ne possède pas de cellulase pour digérer la cellulose ou encore d’α-galactosidase pour digérer les α-galactosides (principaux oligosaccharides des légumineuses). Cette catégorie de fibres est principalement là pour augmenter le volume du bol alimentaire et assurer un transit optimal.

  • Lipides : La digestion des graisses, principalement des triglycérides, se produit après une phase d’émulsion, qui a lieu majoritairement au début de l’intestin grêle. Elle est ensuite le résultat de l’action de multiples lipases (estérases) pancréatiques, qui libèrent des acides gras, des monoglycérides et du cholestérol qui sont absorbés à partir des micelles (agrégats sphériques avec une partie polaire et une partie apolaire) de sels biliaires (sécrétions provenant de la bile). Cette phase est immédiatement suivie d’une re-synthèse de triglycérides car les acides gras et le cholestérol sont des nutriments insolubles qui sont ensuite transportés dans la circulation par des grosses molécules sphériques appelées chylomicrons.

Schéma récapitulatif de la digestion enzymatique dans notre organisme

Digestion enzymatique

Problèmes de digestion : comment est-ce que les enzymes peuvent aider ?
Les troubles de digestion sont fréquents : ballonnements, constipation, crampes... C’est dans ce cadre que l’utilisation de “compléments alimentaires” a été testée. On vous parle souvent de probiotiques dans une démarche d’équilibre et de redynamisation de la flore intestinale. Mais il n’y a pas que le microbiote ! Certains désagréments peuvent aussi être directement liés à l'efficacité ou à la surcharge de nos enzymes digestives. C’est pourquoi, la notion d’enzymes s’intègre à la nutraceutique aujourd'hui. L’amélioration des désordres digestifs pourrait être envisagée grâce à la prise d’un supplément en enzymes ayant été considérée comme prometteuse et sans risque [3–5]. Plusieurs manifestations pourraient suggérer cette prise :

  • Une dyspepsie caractérisée par une douleur persistante ou récurrente dans la partie haute de l’abdomen associée à des ballonnements, des brûlures d’estomac, des gaz… Ces manifestations génèrent un inconfort complexifiant le quotidien et peuvent même susciter de l’appréhension quant à la prise de certains repas. Des études cliniques chez des sujets dyspeptiques ont montré que la prise d’un mix enzymatique composé classiquement d’amylase, protéase, lipase et lactase permettrait d’améliorer significativement les symptômes d’inconfort digestif. Ces données supposent alors que cette prise présenterait une efficacité dans l’optimisation du processus de digestion [6,7].
  • Des périodes de stress, fatigue ou encore de répétitions de repas exceptionnels par exemple.
  • Une situation physiologique particulière telle que le vieillissement. Au cours du temps, les fonctions enzymatiques y compris celles de la digestion deviennent de moins en moins efficaces.
  • Un syndrome de l’intestin irritable (affectant surtout le côlon).

Un bon mix enzymatique digestif qu’est-ce-que c’est ?
Tout comme vous, nous nous sommes posés la question de ce qu’était un bon mix enzymatique ciblant la digestion. Si vous vous êtes penchés sur le sujet, vous avez donc dû remarquer que tout n’était pas clair et que bons nombres de mix proposent une liste allongée d’enzymes. Chez Nutri&Co, nous avons dégagé plusieurs critères qui nous semblaient être les plus pertinents dans la réflexion et la formulation du mix :

  • Se concentrer sur l’essentiel en construisant une formulation à partir des enzymes principales de la digestion :
    1. Digestion des protéines :
      - Protéase : activité reproduisant celle de la protéase acide (la pepsine),
      - Papaïne : activité reproduisant celle des protéases pancréatiques.
    2. Digestion des glucides (hors fibres) :
      - α-Amylase : activité reproduisant celle de l’amylase pancréatique.
    3. Digestion des lipides :
      - Lipase : activité reproduisant celle de la lipase pancréatique.
    4. Digestion des fibres :
      - Cellulase et α-galactosidase.

  • Ajouter des enzymes que l’Homme de ne peut pas produire contribuant à la digestion des glucides indigestibles principaux (fibres) : cellulase et α-galactosidase.

  • Penser à tous les modes alimentaires et de vie en s’adaptant au plus grand nombre.

  • Avoir une origine non animale de façon à donner accès au mix enzymatique ciblant la digestion à tout type de régime (végétariens et vegans).

  • Enfin, ajouter un extrait en quantité efficace et actif sur la digestion en sélectionnant l’extrait de pissenlit bien documenté quant à ses liens bénéfiques sur la sphère digestive [8].

Et bien sûr : la lactase !
Un mix enzymatique visant l’essentiel de la digestion ne peut s’affranchir de lactase (ou β-Galactosidase), et les compléments alimentaires de lactase sont bien connus des personnes qui ont une intolérance au lactose.  En effet, certains désordres physiologiques de digestion peuvent avoir lieu en cas de malabsorption du lactose voire d’intolérance complète. Ces problématiques apparaissent généralement au cours du temps car l’organisme se “déshabitue” au lactose (moins de lactase) entraînant une moins bonne digestion. Ce qui génère par ailleurs des symptômes digestifs plus ou moins sévères. Notre mix contient ainsi une quantité de lactase suffisante venant reproduire efficacement l’activité de la lactase intestinale. A ce niveau, elle vient comme un support notable de la digestion lactose [9].

Publications

  1. Goodman, B.E. Insights into digestion and absorption of major nutrients in humans. Adv. Physiol. Educ. 2010, 34, 44–53, doi:10.1152/advan.00094.2009.
  2. Dainese-Plichon, R.; Hébuterne, X. Digestion et absorption des nutriments dans l’intestin grêle. EMC - Gastro-Entérologie 2012, 7, 1–14, doi:10.1016/S1155-1968(12)53630-8.
  3. Roxas, M. The Role of Enzyme Supplementation in Digestive Disorders. 2008, 13, 8.
  4. Edakkanambeth Varayil, J.; Bauer, B.A.; Hurt, R.T. Over-the-Counter Enzyme Supplements: What a Clinician Needs to Know. Mayo Clin. Proc. 2014, 89, 1307–1312, doi:10.1016/j.mayocp.2014.05.015.
  5. Swami, O.C.; Shah, N.J. Functional dyspepsia and the role of digestive enzymes supplement in its therapy. Int. J. Basic Clin. Pharmacol. 2017, 6, 1035, doi:10.18203/2319-2003.ijbcp20171653.
  6. Khandke, D.A.; Jain, S.K.; Shirsath, P.A.; Manager, A. Post-Marketing Surveillance Study to Assess the Efficacy and Tolerability of Al5zyme — A Multienzyme Preparation in Patients with Functional Dyspepsia. Indian Med. Gaz. 2013, 11.
  7. Majeed, M.; Majeed, S.; Nagabhushanam, K.; Arumugam, S.; Pande, A.; Paschapur, M.; Ali, F. Evaluation of the Safety and Efficacy of a Multienzyme Complex in Patients with Functional Dyspepsia: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Study. J. Med. Food 2018, 21, 1120–1128, doi:10.1089/jmf.2017.4172.
  8. González-Castejón, M.; Visioli, F.; Rodriguez-Casado, A. Diverse biological activities of dandelion. Nutr. Rev. 2012, 70, 534–547, doi:10.1111/j.1753-4887.2012.00509.x.
  9. NIH Lactose Intolerance; 2014; p. 12.

Notre promesse de transparence passe aussi par la publication des analyses qualité :

D'où viennent nos ingrédients ?

Origine des ingrédients de la Mélatonine
Mix Enzymatique Nutri&Co - Axyar

Lieu de culture des enzymes : Japon (Tokyo) - Etat-Unis (Virginie) - Belgique (Liège) - Bulgarie (Sofia). Constitution du mix enzymatique : Gembloux, Belgique
Axyar est une société spécialisée dans les compléments alimentaires à base d’enzymes. Ce mix digestif a été conçu et produit sur-mesure pour Nutri&Co.

Poudre de Pissenlit - L’Herbier Du Diois

Origine des racines de pissenlit : Eurasie - Fabrication : Châtillon-en-Diois, France
Implanté dans la Drôme, l’Herbier du Diois bénéficie d’une expérience de plus de 40 ans dans la fabrication d’extraits et de poudres de plantes aromatiques biologiques.

Fabrication des gélules - Novapharm

Vendargues, France
Novapharm bénéficie de plus de 25 ans d'expérience dans la fabrication de gélules nutraceutiques.

Mix Enzymatique Nutri&Co - Axyar

Lieu de culture des enzymes : Japon (Tokyo) - Etat-Unis (Virginie) - Belgique (Liège) - Bulgarie (Sofia). Constitution du mix enzymatique : Gembloux, Belgique
Axyar est une société spécialisée dans les compléments alimentaires à base d’enzymes. Ce mix digestif a été conçu et produit sur-mesure pour Nutri&Co.

Poudre de Pissenlit - L’Herbier Du Diois

Origine des racines de pissenlit : Eurasie - Fabrication : Châtillon en Diois, France
Implanté dans la Drôme, l’Herbier du Diois bénéficie d’une expérience de plus de 40 ans dans la fabrication d’extraits et de poudres de plantes aromatiques biologiques.

Fabrication des gélules - Novapharm

Vendargues, France
Novapharm bénéficie de plus de 25 ans d'expérience dans la fabrication de gélules nutraceutiques.

Produits associés

Questions - Réponses

Quelle est la différence avec les probiotiques ?

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui digèrent certaines fibres. Les enzymes sont des protéines (grandes molécules) généralement produites par notre organisme. Leur rôle est de découper les macronutriments (glucides, protéines, lipides) pour les transformer en micronutriments et permettre leur absorption dans le sang.

Pourquoi votre mix ne contient pas de pancréatine ?

La pancréatine est obtenue à partir de suc pancréatique animal, généralement du porc. Elle contient naturellement un mélange d’enzymes digestives : amylase, trypsine,protéase (notamment chymotrypsine) et lipase.
Parce que nous souhaitions un mix non-animal, il a été conçu pour inclure plusieurs protéases (dont la papaïne), une lipase et amylase toutes issues de fermentation. Ainsi, ce mix remplit une fonction comparable à la pancréatine tout en convenant aux végétariens et vegans.

Pourquoi votre mix ne contient pas de bromélaïne ?

La bromélaïne (Broméline, complexe protéolytique, extrait d’ananas) jouit d’une certaine notoriété pour ses bénéfices digestifs. Son activité dans le cadre digestif est cependant conditionnée à de fortes doses et à une concentration élevée, qu’on retrouve assez rarement dans les produits nutraceutiques. Nous avons donc décidé de la remplacer par une sélection d’enzymes plus ciblées et efficaces sur la sphère digestive en plus faible quantité, dont la papaïne.

Est-ce que ça marche si je suis intolérant au gluten ?

Malheureusement, non. L'intolérance au gluten est liée à d’autres mécanismes (réaction auto-immune) et il n’est pas possible de les résoudre par une approche enzymatique, même si certaines recherches très préliminaires sont en cours.

Est-ce que ce mix convient aux régimes vegan ?

Oui, ce mix convient aux régimes vegans, puisque l'ensemble des enzymes provient de procédés fermentaires, et ne sont en aucun cas d’origine animale.

La prise quotidienne de votre mix ne risque-t-elle pas de dérégler ma digestion ?

Notre mix peut être pris régulièrement sans aucun problème. Cependant, si les difficultés digestives persistent, nous vous recommandons d’adapter votre alimentation ou de consulter un professionnel de santé pour vous accompagner, et vous aider à déterminer la cause racine de ces troubles. Dans tous les cas, ne dépassez pas 3 gélules par jour.

Qu’entendez-vous par “repas trop riche” exactement ?

Par repas riches on entend surtout des repas trop copieux : trop de viande (protéines), trop gras (lipides), un dessert trop sucré (glucides). Un repas trop riche est souvent un repas festif, copieux et pas forcément équilibré.

Ai-je besoin de ce mix si je ne suis pas intolérant au lactose ?

Notre mix contient effectivement de la lactase pour aider à la digestion du lactose. Il contient d’autres enzymes qui participent à la digestion des protéines et des lipides, ainsi que du pissenlit. Il vous aidera ainsi à digérer le lactose, mais aussi tout type de repas copieux !

Pourquoi pas de gélules gastro-résistante ?

Vous connaissez bien les DR-Caps, gélules gastro-résistantes utilisées pour notre probiotique. Ces gélules protègent les ferments lactiques de l’acidité de l’estomac pour les emmener jusqu’à vos intestins. Mais la situation est totalement différente pour les enzymes. Certaines d’entre elles comme la protéase commencent leur travail dès l’estomac et elles doivent donc être libérées rapidement. Il n’y a donc pas besoin de gélules gastro-résistantes pour notre mix enzymatique.

Est-ce que ce mix enzymatique aide à la digestion des protéines ?

Pour les consommateurs de protéines, un mix enzymatique peut être utile à deux niveaux :

- faciliter la digestion du lactose présent dans la protéine de lait (whey, et qui cause des troubles digestifs chez les intolérants au lactose),
- certaines personnes l’utilisent pour optimiser l’hydrolyse et l’assimilation des protéines animales ou végétales.

Avis