Nutrition

C’est quoi le mannose au juste ?

PARTAGE
4 minutes

Ce qu'il faut retenir :

  • Le mannose est un sucre non-utilisé par l’organisme et excrété intact par les voies urinaires. 
  • Il est capable de « piéger » les bactéries responsables de l’inconfort urinaire. 
  • C’est une alternative naturelle dans la prise en charge des infections urinaires.

Dans un contexte où la prise en charge de l’inconfort urinaire passe largement par les antibiotiques, l’étude d’alternatives possibles à ces traitements aux multiples conséquences secondaires paraît une priorité. La canneberge (ou cranberry en anglais) est d’ailleurs la solution naturelle la plus souvent citée. Associée à des plantes diurétiques, elle se retrouve dans de nombreuses formules qui ciblent la santé des voies urinaires. Néanmoins, un ingrédient un peu moins connu mais particulièrement prometteur se glisse aussi dans de plus en plus de solutions : le D-mannose. On trouve ce composé naturel en petites quantités dans certains fruits comme la pêche, la pomme ou encore la cranberry. Mais alors pour quelles raisons la communauté scientifique porte particulièrement son attention sur ce petit sucre ?

Qu’est-ce que le D-mannose ?

Le D-mannose est un sucre simple qui, structurellement, ressemble étroitement au glucose (1). Il est naturellement produit par l’organisme et il est d’ailleurs 100 fois plus abondant dans le sang que le glucose (2) ! En effet, contrairement au glucose qui est stocké, le D-mannose ne fait que passer et ne peut donc pas être utilisé comme source d’énergie par l’organisme. Lorsqu’il est ingéré, le D-mannose est rapidement absorbé et ne met que 30 minutes pour atteindre les organes périphériques (1,3). En bref, le D-mannose n’est pas métabolisé par l’organisme (celui-ci n’en fait rien), ne subit aucune transformation tout au long de son parcours et se retrouve rapidement excrété par les reins dans les urines sous sa forme initiale intacte. En somme, dans des conditions physiologiques normales, il n’a pas de grand rôle à jouer. Mais il se peut que le rôle de sa vie soit ailleurs…

L’inconfort urinaire

Dans 75% à 95% des cas, l’infection urinaire est causée par la bien vilaine bactérie appelée Escherichia coli (E. coli) (4). Cette dernière s’incruste et colonise le système urinaire dans lequel elle n’a rien à faire et ne devrait pas se retrouver. Pour éviter que cela ne dégénère, il faut réagir, et vite ! Les premiers signes sont très caractéristiques et gênants : sensation de brûlure au moment d’uriner, envie fréquente d’uriner, ... Pour vous donner une idée de l’incidence, 50% des femmes sont et seront touchées par une infection urinaire au cours de leur vie. Le problème réside surtout dans le fait que l’inconfort urinaire ne disparaîtra jamais une fois survenu : eh oui, les récidives sont particulièrement fréquentes. Dans ce contexte, un traitement antibiotique est le plus souvent prescrit mais, compte tenu des effets secondaires potentiels d’une prise à répétition, les alternatives naturelles se sont développées. Et la Nutra s’en est emparée. Mais croyez-nous, assurer une telle promesse est un vrai challenge !

A quoi sert le D-mannose ?

D’un point de vue « mécanique », E. coli (celle par qui le malheur arrive) fait tout pour adhérer à la paroi de la vessie (l’urothélium) et l’envahir. Pour cela, elle déploie des sortes de bras qui ne demandent qu’à s'agripper à des récepteurs bien précis de la paroi (5). Et c’est là que le D-Mannose devient intéressant : il va occuper les récepteurs d’ E. coli, l’empêchant d’adhérer à l’urothélium et facilitant ainsi son élimination par les flux urinaires (6). Pour être efficace, compter 2 à 3g, la dose journalière référencée dans la littérature (6, 7) démontrant tolérance et efficacité. Et pour maximiser les chances de venir à bout d’E. coli, il est aussi intéressant d’associer ensemble plusieurs alternatives naturelles reconnues : D-mannose, cranberry, hibiscus… Là, vous aurez un combo qui ne laissera aucune chance à E. Coli !

L’approche de Nutri&Co : plus forts à plusieurs

Pour cibler un maximum d’efficacité, nous avons développé une formule qui associe les meilleurs ingrédients. D-mannose et extrait de cranberry mais aussi des extraits d’hibiscus et de grenade, le tout proposé au plus juste dosage clinique. La formule se présente en poudre à diluer (2 sticks de poudre quotidiens) pour augmenter la prise hydrique, ce qui est particulièrement recommandé. On a même pensé à son goût pour avoir envie de le boire. Vous voyez, rien ne nous échappe ! C’est E. coli qui va fuir…

Références

(1) Domenici L, Monti M, Bracchi C, and al. D-mannose: a promising support for acute urinary tract infections in women. A pilot study. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2016 Jul;20(13):2920-5. PMID: 27424995.
(2) Torretta S, Scagliola A, Ricci L, and al. D-mannose suppresses macrophage IL-1β production. Nat Commun. 2020 Dec 11;11(1):6343. doi: 10.1038/s41467-020-20164-6. PMID: 33311467; PMCID: PMC7733482.
(3) Alton G, Hasilik M, Niehues R, and al. Direct utilization of mannose for mammalian glycoprotein biosynthesis. Glycobiology. 1998 Mar;8(3):285-95. doi: 10.1093/glycob/8.3.285. PMID: 9451038.
(4) Jean Piero CODASTEFANO RANGEL. Fosfomycine pour le traitement de l’infection urinaire simple : Revue systématique de la littérature et méta-analyse. Université de Picardie Jules Verne. UFR de médecine d’Amiens. 2016. Url :
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01324049/document
(5) Lenger SM, Bradley MS, Thomas DA, and al. D-mannose vs other agents for recurrent urinary tract infection prevention in adult women: a systematic review and meta-analysis. Am J Obstet Gynecol. 2020 Aug;223(2):265.e1-265.e13. doi: 10.1016/j.ajog.2020.05.048. Epub 2020 Jun 1. PMID: 32497610; PMCID: PMC7395894.
(6) A. Julien. Cystites récidivantes : des moyens de prévention non médicamenteux. Progrès en Urologie, Volume 27, Issue 14, 2017, Pages 823-830, https://doi.org/10.1016/j.purol.2017.09.006.
(7) De Nunzio C, Bartoletti R, Tubaro A, Simonato A, Ficarra V. Role of D-Mannose in the Prevention of Recurrent Uncomplicated Cystitis: State of the Art and Future Perspectives. Antibiotics (Basel). 2021 Apr 1;10(4):373. doi: 10.3390/antibiotics10040373. PMID: 33915821; PMCID: PMC8066587.

Rester informé des sorties d’articles
Le Cranberry Mannose
Ajouter au panier
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Articles en relation