Complément alimentaire : sur prescription ou sans ordonnance ?

Complément alimentaire sur prescription

Le complément alimentaire est devenu, en l’espace de quelques années, une denrée alimentaire incontournable pour compléter son alimentation. Ces comprimés et ces gélules permettent alors de prendre soin de son bien-être et de sa santé et de faire face à plusieurs inconforts du quotidien. Même si on retrouve le plus souvent les compléments alimentaires au sein des pharmacies, ils ne sont pas considérés comme des médicaments. De nombreux consommateurs se demandent alors, en toute pertinence, si l’achat et la prise d’un complément alimentaire se font sur prescription médicale ou s’il est possible d’y avoir recours sans ordonnance. On fait le point.

Un complément alimentaire, c’est quoi ? Définition, statut et législation

Selon sa définition officielle, un complément alimentaire désigne une denrée alimentaire dont le but est de compléter un régime alimentaire normal. Le complément alimentaire prend alors la forme d’une source concentrée de nutriments, tels que des vitamines, des minéraux, des oligo-éléments ou d’autres substances, qui ont un effet nutritionnel ou physiologique. Il est alors commercialisé sous forme de dose.

En France, les compléments alimentaires ne sont pas considérés, à proprement parler, comme un médicament. Ils disposent en effet du statut de denrée alimentaire. Pour cette raison, ils peuvent être commercialisés hors pharmacie et leur achat ne demande, à aucun moment, la possession d’une prescription ou d’une ordonnance médicale. À ce titre, les compléments alimentaires mis sur le marché sont, au préalable, examinés par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), ce qui permet de vérifier leur innocuité et leur qualité.

En d’autres termes, le complément alimentaire se positionne à mi-chemin entre un aliment, qui sert à couvrir les besoins énergétiques et nutritionnels d’un individu, et un médicament qui prévient et guérit une maladie. Le complément alimentaire permet alors de maintenir et de préserver la santé d’un individu en réduisant les facteurs de risque d’une maladie. C’est là la principale différence entre un médicament et un complément alimentaire.

Un complément alimentaire peut-il être prescrit par un médecin ?

Même si les compléments alimentaires ne sont pas considérés comme des médicaments, un médecin pourra parfaitement prescrire la prise d’un complément alimentaire s’il estime que la santé de son patient le nécessite.

En effet, même si le complément alimentaire n’a pas pour vocation de guérir, il permet bien souvent d’accompagner une alimentation saine et de pallier certaines carences alimentaires. De ce fait, ses effets sur le bien-être général du patient peuvent motiver sa prescription.

C’est notamment le cas chez les femmes enceintes ou chez les personnes présentant plusieurs carences alimentaires. Un médecin pourra alors prescrire des compléments à base de fer ou de calcium à une femme enceinte ou plusieurs vitamines à une personne en situation de carence alimentaire.

Certains compléments alimentaires nécessitent impérativement une prescription médicale. Il s’agit notamment des « compléments nutritionnels oraux » qui permettent de prévenir ou corriger un état de dénutrition. Ces compléments nutritionnels ne sont disponibles qu’en pharmacie et doivent être utilisés sous le contrôle d’un médecin.

Les compléments alimentaires sont-ils remboursés ?

Qu’un complément alimentaire soit prescrit par une médecin ne signifie pas qu’il est automatiquement remboursé par la sécurité sociale. En réalité, la plupart des compléments alimentaires ne sont pas remboursés par la sécurité sociale, au motif qu’ils ne sont pas considérés comme des solutions médicamenteuses.

Seuls certains compléments alimentaires sont remboursés par la sécurité sociale sous des formes bien précises, et ce, dans des cas de figure bien établis. Il s’agit notamment du fer ou de l’acide folique qui sont fréquemment prescrits aux femmes enceintes. D’autres compléments alimentaires sont également remboursés lorsqu’ils sont pris après certaines interventions chirurgicales, notamment celles visant à corriger des problèmes d’obésité.

Cependant, de plus en plus de mutuelles se mettent à rembourser certains compléments alimentaires lorsqu’ils ont été prescrits par un médecin. Il convient alors d’examiner son contrat ou de s’adresser à sa mutuelle pour en savoir davantage.




Rédigé par l'équipe Nutri&Co

Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe.