Les compléments alimentaires peuvent-ils être remboursés ?

Complément alimentaire sans ordonnance

Aujourd’hui en France, du fait même de notre hygiène de vie, de notre alimentation et même du vieillissement de la population, de plus en plus d’individus ont recours à la prise de compléments alimentaires. Ces produits permettent de compléter son alimentation et possèdent de véritables bienfaits et vertus sur notre état de santé et notre bien-être général.

La prise de certains compléments alimentaires est même prescrite par les médecins dans certains cas de figure. Une question revient alors souvent : les compléments alimentaires peuvent-ils être remboursés par la sécurité sociale ou les mutuelles ? Et dans quel cas de figure ?

Définition et statut du complément alimentaire

Selon les définitions officielles et les législations en vigueur en France, le complément alimentaire n’est pas considéré comme un médicament. Il se définit alors comme une denrée alimentaire permettant de compléter un régime normal et se présente sous la forme d’un concentré de nutriments ayant un effet nutritionnel ou physiologique.

Le complément alimentaire se présente alors sous forme de doses (gélules, comprimés, sachets, ampoules, etc.) renfermant des vitamines, des minéraux, des oligo-éléments ou des nutriments. Leur prise permet alors de combler des carences nutritionnelles et alimentaires et d’atténuer ou même d’éliminer certains inconforts ou gênes du quotidien.

À la différence du médicament, qui prévient l’apparition d’une maladie ou la soigne et qui possède un effet thérapeutique, le complément alimentaire permet de préserver un état physiologique normal et de limiter les facteurs de risque d’une maladie. À ce titre, le complément alimentaire est donc considéré comme une denrée alimentaire et non comme un médicament.

Cependant, à l’image du médicament, leur prise peut parfaitement être prescrite par un médecin si celui-ci considère que son patient le nécessite comme c’est régulièrement le cas avec le fer, le magnésium ou la vitamine D.

Les compléments alimentaires sont-ils remboursés par la sécurité sociale ou les mutuelles ?

C’est une question que se posent de nombreuses personnes souhaitant prendre soin de leur santé et s’apprêtant à suivre une cure de compléments alimentaires : peuvent-ils être remboursés par la sécurité sociale ? Le complément alimentaire agissant positivement sur notre bien-être et sur notre santé, la question est tout à fait légitime.

Pourtant, la réponse n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Le complément alimentaire est situé entre l’aliment et le médicament. Son objectif n’est ni de nourrir ni de soigner la personne qui le prend. C’est ce positionnement qui rend la réponse compliquée.

En réalité, la grande majorité des compléments alimentaires ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. Le fait qu’ils ne soient pas considérés comme des médicaments justifie le fait qu’ils ne soient pas remboursés par la sécurité sociale.

Cependant, dans certains cas de figure, la prise de certains compléments alimentaires peut être remboursée par la sécurité sociale, voire même par une mutuelle, si le contrat le stipule. Le complément alimentaire devra alors être prescrit par un médecin et répondre à un besoin thérapeutique bien particulier.

Quels sont les compléments alimentaires remboursés par la sécurité sociale ? Et comment ?

Certains types de compléments alimentaires sont effectivement remboursés par la sécurité sociale, et ce, à hauteur de 65%. Il s’agit principalement des aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales pour nutrition orale. Il s’agit des « compléments nutritionnels oraux » qui permettent de corriger un état de dénutrition. On retrouve uniquement ce type de complément alimentaire en pharmacie et demande impérativement une prescription médicale d’un médecin.

Dans certains cas de figure bien spécifiques (et exceptionnels), les compléments alimentaires peuvent être remboursés par la sécurité sociale. Par exemple, la prise de fer ou d’acide folique peut être prescrite et remboursée pour une femme enceinte en situation de carence. Il en est de même pour les personnes ayant subi une intervention chirurgicale et nécessitant une nutrition spécifique. C’est notamment le cas des interventions chirurgicales liées à un état d’obésité, comme la chirurgie bariatrique.

Pour bénéficier d’un remboursement de la part de la sécurité sociale, ces suppléments doivent avoir été prescrits par un médecin et doivent avoir été délivrés en pharmacie. Autrement, le remboursement n’aura pas lieu. Le mieux à faire est alors de se renseigner auprès d’un spécialiste.




Rédigé par l'équipe Nutri&Co

Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe.