Quels compléments alimentaires sont interdits aux personnes anticoagulants ?

Compléments alimentaires interdits sous anticoagulants

Aujourd’hui, plus de 50% de la population française reconnaît avoir déjà pris un complément alimentaire au cours de sa vie (source Synadiet). Leur prise permet de préserver un bon état de santé général et de limiter ou d’éliminer les petits maux et certains inconforts du quotidien.

Pourtant, et malgré leurs nombreux bienfaits et vertus, la prise de compléments alimentaires demande certaines précautions. C’est le cas des personnes suivant un traitement médical de longue durée et notamment chez ceux qui suivent un traitement anticoagulant. Et pour cause : certaines interactions médicamenteuses peuvent apparaître. Mais quels sont les compléments alimentaires interdits aux personnes sous traitements anticoagulants ? On fait le point.

Qu’est-ce qu’un traitement anticoagulant ?

Comme son nom l’indique, un traitement anticoagulant a pour vocation d’empêcher la coagulation sanguine. Son principal objectif est d’éviter toute formation de caillots sanguins dans les veines et les artères.

En d’autres termes, un traitement anticoagulant permet de fluidifier le sang de la personne qui le prend. L’on retrouve d’ailleurs très souvent le terme « fluidifiant sanguin » pour désigner ce traitement. Il permet alors d’éviter une thrombose (la migration d’un caillot sanguin qui vient boucher une artère ou une veine) ainsi que certaines maladies d’origine cardiovasculaire, comme l’embolie pulmonaire, l’embolie cérébrale et certains infarctus (celui du myocarde par exemple).

L’on retrouve deux types de traitements anticoagulants : ceux injectables et ceux oraux. Les anticoagulants injectables les plus courants sont la calciparine, l’énoxaparine, la fragmine ou la fraxiparine. Ceux par voie orale sont les antivitamines K ou AVK, qui permettent de bloquer l’action de la vitamine K, responsable de la coagulation. À noter que l’aspirine possède également un effet anticoagulant.

Qui sont les personnes qui suivent un traitement anticoagulant ?

L’on considère que près de quatre millions de personnes suivent un traitement coagulant en France. La prise de ce traitement fait, le plus souvent, l’objet d’un suivi médical attentif. Tout surdosage peut mener à un risque d’hémorragie parfois fatale.

Dans la plupart des cas, les médicaments anticoagulants sont prescrits aux personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou ayant des antécédents cardiaques. Les personnes ayant déjà souffert d’un AVC (lié à un thrombus, un caillot) ou d’un infarctus du myocarde sont souvent sous traitement anticoagulant. Il en va de même pour les personnes souffrant de phlébite (l’inflammation d’une veine avec formation de caillots).

Dans certains cas, les personnes possédant une valve cardiaque artificielle (pour fluidifier le sang) ou les individus temporairement immobilisés (pour éviter toute formation de caillot) peuvent suivre un traitement anticoagulant temporaire.

Quels compléments alimentaires sont contre-indiqués avec un traitement anticoagulant ?

On ne le répétera jamais assez, les personnes suivant n’importe quel traitement médicamenteux ne doivent pas consommer de compléments alimentaires sans l’avis d’un médecin ou les conseils d’un pharmacien. Solliciter l’avis d’un professionnel permet de s’assurer qu’il n’existe aucune contre-indication ou possible interaction médicamenteuse. Cela permet également de s’assurer de l’innocuité de toute association. Il en va de même pour les personnes suivant un traitement anticoagulant. Certains compléments alimentaires sont déconseillés, voire interdits.

Le millepertuis

Les compléments alimentaires à base de millepertuis sont contre-indiqués. En effet, cette plante réduit l’efficacité des anticoagulants, ce qui peut exposer le patient à un risque de thrombose en cas d’association.

Le ginseng de Corée et le gingembre

Le gingembre, le ginseng de Corée font partie des plantes capables de modifier l’effet de certains médicaments et notamment ceux qui possèdent des propriétés anticoagulantes. À cela s’ajoute le fait que le gingembre possède naturellement des propriétés anticoagulantes. Or, ces deux plantes se retrouvent souvent au sein de certains compléments alimentaires. Pour toutes ces raisons, il est interdit de consommer ces deux plantes lorsque l’on suit un traitement médicamenteux.

Les oméga-3

Malgré leurs nombreux bienfaits, les compléments alimentaires possédant des oméga-3 et les traitements anticoagulants ne font pas bon ménage et augmentent sensiblement le risque d’hémorragie du patient.

Le curcuma et le ginkgo biloba

La curcumine (issue du curcuma) et le ginkgo biloba sont connus pour leurs vertus anticoagulantes et antiagrégantes plaquettaires (et pour d’autres bienfaits). Ces vertus les rendent incompatibles avec la prise d’un traitement anticoagulant. En effet, ils peuvent présenter des risques d’interaction importants et renforcer l’action des médicaments anticoagulants. Leur prise est alors à proscrire tant que l’on est sous traitement médicamenteux.

Certaines enzymes et certaines vitamines

Certaines enzymes et certaines vitamines peuvent interagir avec les traitements anticoagulants. C’est notamment le cas de la coenzyme Q10, qui agit de la même manière que la vitamine K et peut ainsi altérer l’efficacité d’un anticoagulant.

C’est également le cas des vitamines et des antivitamines K qui interviennent elles-mêmes dans le processus de coagulation.

À cela s’ajoutent également les vitamines C et E, toutes deux influençant la coagulation sanguine. La première tend à renforcer la coagulation tandis que la seconde la réduit.

Les autres compléments alimentaires à éviter

D’autres aliments et compléments alimentaires sont à éviter lorsque l’on suit un traitement anticoagulant. Il s’agit notamment du dong quai, de la matricaire et de la carnitine qui possèdent d’ores et déjà des vertus anticoagulantes, ce qui augmenterait les effets d’un anticoagulant.

Il en va de même pour le saule blanc, que l’on présente très régulièrement comme étant une « aspirine végétale ». À l’image de l’aspirine, cette plante possède des vertus anticoagulantes qui peuvent alors augmenter les effets des médicaments anticoagulants.

Voir aussi les compléments alimentaires interdits aux femmes enceintes ici.




Rédigé par l'équipe Nutri&Co

Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe.