PARTAGE

La spiruline et ses dangers

spiruline et danger

Petite algue verte de forme spiralée, la spiruline est reconnue pour ses bienfaits sur l’organisme. Source de protéines, de nutriments et d’antioxydants, la consommation de spiruline est souvent recommandée. Toutefois, cette algue comporte aussi des risques si la posologie n’est pas maîtrisée. Notre article vous présente cette micro-algue et évoque les désagréments potentiels de sa consommation.

Que faut-il savoir sur la spiruline ?

Dans un premier temps, voici un petit rappel des caractéristiques de la spiruline et de ses nombreux bienfaits.

Qu’est-ce que la spiruline ?

La spiruline ou algue bleue tient son origine du latin, spirulina arthrospira platensis. Elle appartient à la famille des cyanobactéries et pousse notamment dans les lacs de l’Inde, du Mexique ou du Tchad. Il s’agit d’une plante très ancienne cultivée depuis environ 3 milliards d’années. Elle est devenue particulièrement populaire en France dès les années 1970. Elle est utilisée comme complément d’alimentation, mais peut aussi servir de colorant, grâce à sa belle couleur entre le vert et le bleu.

La micro-algue est connue pour sa grande richesse en iode, mais aussi pour les nutriments qu'elle contient, comme les protéines végétales, les vitamines B12 et E, le potassium, le fer, le cuivre, le calcium, les caroténoïdes, du phosphore magnésium et plusieurs autres encore. Malgré ce grand apport en nutriments, la spiruline est très faible en calories.

Dans le commerce, la spiruline se trouve souvent sous forme de complément alimentaire, en poudre, en comprimés ou en gélules. 

Dans quelles situations intervient la spiruline ?

La consommation de spiruline apporte de nombreux bienfaits. En effet, grâce à sa bonne concentration en acides aminés, la spiruline est un très bon antioxydant et préserve le foie. La spiruline va stimuler l’élimination des toxines et ainsi assainir le foie. Elle contribue ainsi au bon équilibre de l’organisme par le maintien du transit intestinal. 

Par ailleurs, l’algue bleue est particulièrement riche en protéines et en fer. De ce fait, elle constitue un très bon renfort pour les personnes ayant des carences en fer. Les personnes anémiques, diabétiques ou souffrant de problèmes cardio-vasculaires ont tout intérêt à suivre une cure de spiruline. Elle représente également un excellent substitut aux protéines animales, pour les végétariens.  

Par ailleurs, la micro-algue peut aussi aider à la perte de poids et renforce le système immunitaire. Elle est régulièrement consommée par les sportifs de haut niveau, car elle contribue largement au renforcement musculaire. Les femmes enceintes peuvent aussi prendre de la spiruline pendant la grossesse, mais pas sans avoir consulté un médecin au préalable. 

Quels sont les dangers de la spiruline ? 

Si une cure de spiruline regorge de bienfaits, sa consommation requiert néanmoins certaines précautions. En effet, de trop fortes doses de spiruline peuvent impliquer certains désagréments, même si cela reste rare. Par ailleurs, il existe également certaines contre-indications à respecter impérativement. Voici un rappel des effets secondaires possibles, des contre-indications et des moyens de sécuriser au mieux la posologie.

Les effets secondaires possibles  

Les effets secondaires sont rares si la posologie est bien respectée ! Une cure de spiruline doit être réalisée à faible consommation dans un premier temps avant d’évoluer progressivement vers des doses plus importantes. 

Bien souvent, les effets secondaires sont liés à un excès de consommation de spiruline ou à un surplus de ses vertus détoxifiantes. Ils disparaissent rapidement une fois la cure arrêtée. 

Parmi les effets secondaires possibles, la majorité concerne des symptômes intestinaux. En effet, l’influence excessive de la spiruline sur le système intestinal entraîne toutes sortes de désagréments tels que des nausées, des douleurs abdominales, des diarrhées et des ballonnements. Cet effet secondaire est très courant. En général, il suffit d’arrêter ou au moins diminuer le dosage pour que les déconvenues disparaissent.

Par ailleurs, il est également possible de ressentir des épisodes de migraine et de fièvre. Ces symptômes sont liés à une trop grande libération de toxines dans l’organisme et à une importante déshydratation. Des douleurs musculaires peuvent aussi survenir. En effet, si l’algue bleue préserve les muscles des crampes et autres douleurs, un surplus peut provoquer l’effet inverse. 

Enfin, un début de cure de spiruline peut provoquer l’apparition de rougeurs cutanées. Ce symptôme reste temporaire et est surtout lié à l’adaptation du corps à la consommation de spiruline. Il est fréquent que ces rougeurs s’atténuent puis disparaissent au cours de l’évolution de la cure. 

Bien entendu, ces effets secondaires sont relatifs à chaque personne, il est important de ne pas se lancer dans une cure sans les recommandations d’un médecin, ou pharmacien, et un dosage précis. Il est aussi déconseillé de consommer d’autres médicaments en plus de la spiruline, sans avis médical. 

La meilleure solution reste de consulter un médecin si les symptômes persistent même après l’arrêt de la cure. 

Les cas de contre-indication de la spiruline 

Si les effets secondaires sont rares et s’atténuent rapidement une fois la cure arrêtée, il existe certaines contre-indications à ne pas négliger.

Ainsi, les personnes souffrant de phénylcétonurie doivent impérativement éviter les cures de spiruline. Cette maladie se caractérise par un excès de phénylalanine, un des acides aminés, dans le sang, mais aussi dans le cerveau. En raison de sa forte concentration en acides aminés, la spiruline entraînerait alors un surplus impliquant une amplification considérable des risques.

Par ailleurs, les patients souffrant d’insuffisance rénale doivent également éviter de prendre trop de spiruline. En effet, l’augmentation de toxines dans le corps implique une sollicitation des reins plus importante. De ce fait, le système rénal se fatigue plus rapidement et des complications peuvent même survenir sur le long terme.

De plus, la spiruline peut aussi entraîner un surplus d’acide urique. Les personnes atteintes de goutte doivent donc rester vigilantes avec la prise de spiruline.

Enfin, la spiruline est fortement déconseillée sur les cas d’hémochromatose. Cette maladie se traduit notamment par un important excès de fer dans le sang. Ainsi, à doses trop fortes, la spiruline peut provoquer une intoxication et toucher des organes comme le foie ou le cœur. Elle peut aussi avoir un impact négatif sur les articulations. 

Les personnes souffrant de maladies telles que l’hyperparathyroïdie, la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques doivent éviter au mieux les cures de spiruline. Enfin, les patients souffrant de toutes sortes d’allergies à la spiruline doivent éviter une consommation de cette micro-algue en grande quantité. Jusqu’à présent, peu de cas d’allergies ont été signalés. Néanmoins, la prise de spiruline pour les personnes allergiques peut représenter un danger et il est fortement déconseillé d’en consommer même à petite dose. 

Pour les personnes concernées par les maladies suivantes, il est donc important d’éviter le plus possible de consommer de la spiruline. Dans le cas où une personne se reconnaissant dans les contre-indications viendrait à prendre de la spiruline, il est impératif de demander l’avis d’un médecin.

Comment éviter les désagréments engendrés par la spiruline ?

Pour éviter toutes formes de déconvenues, il est essentiel de faire attention à la qualité de la spiruline consommée. Les cultures de spiruline sont souvent réalisées sur des terrains humides et chauds. Un contexte favorisant le développement de bactéries qui pourraient contaminer la spiruline et engendrer des infections par la suite.

D’autre part, il est possible de retrouver des traces de métaux lourds dans la spiruline si l’environnement de culture n’est pas sain. Par ailleurs, les cultures de spiruline sont souvent réalisées sur des terrains humides et chauds. Un contexte favorisant le développement de bactéries qui pourraient contaminer la spiruline et engendrer des infections par la suite. Par conséquent, il est préférable de privilégier de la spiruline de qualité, cultivée en bassin fermé avec des contrôles entrants. La pureté de l’environnement de culture puis de la spiruline sont ainsi garanties.

Par la suite, restez vigilant à l’état de la spiruline après achat. Sur le long terme, il est parfois possible que la spiruline s’oxyde si l’emballage est défaillant ou que les conditions de stockage sont défavorables. La spiruline oxydée se reconnaît notamment par une mauvaise odeur. Gardez-vous d'en consommer dans ce cas de figure ! Il est essentiel de conserver une spiruline de qualité et la plus pure possible pour éviter tout risque d’intoxication. 

Par ailleurs, certaines suppositions ont parfois été faites sur la présence de microcystines dans la spiruline. Il est important de noter qu’il s’agit d’un faux débat. La spiruline ne contient pas de traces de microcystine, il n’y a donc pas de risque sur ce point.

La spiruline et le bêta-carotène

La spiruline constitue une importante source de bêta-carotène. En effet, le taux de bêta-carotène dans la spiruline peut être jusqu’à 15 fois plus élevé que dans une carotte. De ce fait, certaines interrogations peuvent survenir par rapport à cette teneur des plus conséquentes. 

Certaines études ont investigué sur les liens que le bêta-carotène pourrait avoir un rapport avec les risques de cancer pour les personnes fumeuses. Les résultats sont assez controversés, certains attestant d’un lien évident et d’autres ne trouvant pas de relation tangible entre les deux faits. Les grandes études sur cette thématique présentaient des supplémentations de 20 mg par jour sur une durée pouvant aller jusqu’à plusieurs années. Par la suite, l’EFSA (European Food Safety Authority) a affirmé en 2021 qu’un dosage en dessous de 15 mg ne constituait pas de danger potentiel pour la santé pour l’ensemble de la population, y compris les fumeurs. En France, l’INCA (étude Individuelle nationale des Consommations Alimentaires) énonce des apports quotidiens en bêta-carotène de 2,7 mg. Un dosage bien inférieur à ceux énoncés précédemment. Notre Multi, contient 0,8 mg de bêta-carotène dans 3 gélules. Il est donc largement en dessous des doses considérées sans risques.

Pour conclure, la spiruline est une plante avec de nombreux bienfaits. Personne n’est à l’abri d’effets indésirables, mais ces derniers restent rares. Le plus important est de respecter les contre-indications et d'éviter les surdosages. Si la posologie est maîtrisée, les risques sont moindres et vous n’en ressentirez que du bien-être !

 




Rédigé par l'équipe Nutri&Co

Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe.

 

Rejoignez l’aventure !

Inscrivez-vous à nos communications et bénéficiez de contenus exclusifs, du programme fidélité et d’offres personnalisées.
Pas plus d'un email par semaine, c’est promis !