,

Le magnésium marin : plongée en eaux troubles…

Cela ne vous aura pas échappé, le magnésium marin est partout ! Pharmacies, parapharmacies, magasins bio ou spécialistes… Peu de produits peuvent se targuer d’avoir conquis une telle place dans nos linéaires. Avec sa dénomination « nature », nous pourrions presque croire qu’en collant notre oreille au flacon, le doux bruit des vagues viendra bercer nos nuits… Mais ce succès commercial est-il vraiment le reflet de son efficacité ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Comme à notre habitude, nous levons le voile sur les idées reçues de notre industrie, et celle-ci fait sans conteste partie des plus tenaces ! 🧐

De quoi se compose le magnésium marin ?

C’est parti ! On attaque directement dans le dur… En étudiant la composition du magnésium marin, on va vite comprendre que c’est un produit de piètre qualité. Pour rappel, le magnésium est un ion qui a besoin d’être greffé à un transporteur pour être stabilisé et passer depuis l’intestin dans le plasma sanguin. C’est l’absorption qui fait la qualité d’un sel de magnésium et non sa teneur. Alors quels sont les fameux sels naturels du mix marin ?

  • L’oxyde de magnésium représente 80 à 90% du magnésium marin. De l’avis des spécialistes, ce transporteur est le moins efficace de tous (cf infographie magnésium). Son profil inorganique l’empêche d’être reconnu comme nutriment par l’organisme et entraîne souvent des troubles digestifs1.
  • On y trouve également du carbonate de magnésium. Ce sel est lui aussi inorganique2. Bref, peu qualitatif.
  • Vient ensuite le sulfate de magnésium. Mais là les troubles digestifs sont au rendez-vous.
  • Enfin le chlorure de magnésium est un transporteur assez qualitatif de par son absorption élevée. Mais retenons que ce sel est acidifiant et qu’il ne compose guère plus de 2% du fameux mix marin.

À ce stade, on entend déjà nettement moins le bruit des vagues… Il est clair que le magnésium marin agglomère tout ce qui se fait de moins bien en matière de transporteurs. Mauvais point donc…

« Oui mais c’est naturel… donc c’est bien, tu comprends ? » 🤔

Face à la déferlante du « naturel » et du « biologique » la manne était bien trop belle pour ne pas susciter quelques vocations ! Et c’est vrai que les lieux de production ont de quoi faire rêver : mer d’Irlande avec Marigot Ltd., mer Morte et pourtour méditerranéen (consortium d’acteurs Israéliens), mer du Pacifique avec Cargill, on sent déjà les embruns nous chatouiller les narines…

Mais la filière va plus loin et tente de s’acheter une vertu à coup d’études scientifiques. Deux d’entre elles reviennent sans cesse dans les débats :

  • Une étude clinique israélienne de 2012 qui tendrait à démontrer que l’oxyde s’absorbe mieux que le citrate3,
  • Une méta-analyse (synthèse de plusieurs études cliniques) menée en 2001 par Ranade et qui conclue sur une absorption de l’oxyde de 23%4!  Ha, ça va, on est rassuré et en plus c’est naturel ! 😅

Dans la vraie vie…

N’en déplaise aux plagistes 🏖, la littérature scientifique cherchant à légitimer le magnésium marin est un peu maigre. Nous n’allons pas énumérer ici l’ensemble des études cliniques prônant les avantages des sels dits de seconde génération, les fameux chélates (cf tableau). Citons simplement la méta-analyse conduite par Rylander en 2014 (très récente donc) et qui fait aujourd’hui référence6. Ses résultats sont sans appel : l’oxyde est inférieur aux chélates et cela malgré sa haute teneur en magnésium.

Maintenant parlons monnaie. Le tableau posté plus haut présente les prix de gros de quelques sels de magnésium. Nous constatons que l’oxyde est 3 fois moins cher que le mix marin. Est-ce justifié ? Non, car ce mix, nous l’avons vu, se compose à plus de 80% d’oxyde et que son mode de production par évaporation d’eau de mer est des plus simples. Soulignons également que des chélates bien supérieurs type malate ou citrate sont à peine plus chers. Il va de soi que cette politique tarifaire pratiquée par les grossistes augmente artificiellement le prix consommateur.

L’avis de notre équipe

Mauvaise absorption, prix élevé et dénomination léchée, vous l’aurez compris, vous ne risquez pas de voir sortir un magnésium marin NUTRI & CO 😉

1 : http://www.magnesium-ges.de/jdownloads/Literatur/Driessens/driessens_1993_on_formulas_for_daily_oral_magnesium.pdf

2 : Le carbonate de magnésium pourrait se changer en chloride de magnésium dans l’estomac. Si ce second sel est bien plus absorbable, personne n’a encore pu établir dans quelle proportion le carbonate se transformait en chlorure.

Littérature scientifique pro mix marin

3 : http://www.navehpharma.co.il/images/products/PDF/Magnox520/magnesium-research.pdf

4 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11550076

Littérature scientifique pro chelates

6 : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.1016.7408&rep=rep1&type=pdf

,

Les cinq clés pour choisir le bon magnésium

Chlorure, citrate, oxyde, etc., il existe une offre abondante de compléments alimentaires de magnésium. Mais entre marketing chatoyant et termes scientifiques barbares, lequel choisir ? Nutri&Co vous aide à repérer les bonnes formules en cinq étapes. Suivez le guide !

1 – L’absorption avant tout 

L’assimilation est le point clé d’un bon magnésium. Pour passer la barrière intestinale, notre minéral a besoin d’un transporteur, or s’il en existe bon nombre, ils n’ont pas tous la même valeur. Nous vous conseillons les véhicules dit de haute absorption et ainsi d’éviter les sel inorganiques tel que l’oxyde, le magnésium marin ou encore le carbonate (voir infographie).

2 – Quelles substances d’accompagnement ?

Non, la vitamine B6 n’augmente pas l’absorption du magnésium ! Elle intervient toutefois avec ses sœurs du groupe B dans plusieurs réactions impliquant le minéral. Il est donc préférable de vous orienter vers un complexe de vitamines B. La taurine est également intéressante puisqu’elle augmente la rétention du magnésium.

3 – Attention aux formules laxatives 

Trop souvent, les compléments alimentaires de magnésium négligent ce point crucial. Evitez le citrate qui malgré une bonne absorption, est prescrit dans le cas de constipations aigües !

4 – Attention aux étiquettes trompeuses 

Certaines étiquettes vous garantissent 300mg de magnésium par gélule ou comprimé, voire plus ! Or ces taux sont impossibles pour les deuxième et troisième générations de transporteurs. Un bon produit demande deux à trois comprimés pour atteindre les 300mg*, ou trois à quatre gélules.

Fausse teneur sur une étiquette de citrate de magnésium : une gélule

Vraie teneur sur une étiquette de citrate de magnésium

5 – Le bon format au bon prix.

Le magnésium se prend généralement en cure de trois mois, le temps de reconstituer son stock. Les produits de 3ème génération se présentent généralement sous forme de piluliers de 90 à 180 comprimés ou gélules. Ces formats d’un à deux mois se négocient entre 15 et 22 euros.

* Ces 300mg sont les Valeurs Nutritionnelles de Référence magnésium.

,

7 astuces pour booster facilement votre taux de magnésium !

 

On considère de plus en plus le magnésium comme le minéral miracle pour l’organisme. Il favorise un bon sommeil, le tonus musculaire, des os plus solides, une meilleure hydratation et un fonctionnement optimal des enzymes.

Rien que ça !

Malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, le taux de magnésium est bien trop bas. En cause, une alimentation déséquilibrée, pas assez de légumes verts, mais aussi des conditions de vie de plus en plus stressantes. Et on ne va pas dire que la situation s’est améliorée en France ces dernières années !

Voici une liste de 7 suggestions pour booster votre taux de magnésium. Ça ira déjà mieux :

1 • Allez y doucement sur le thé noir et le café.

Consommer beaucoup de caféine va vous rendre plus stressé, or le stress élimine le magnésium de vos cellules. Conservez seulement le café du matin et d’après déjeuner et ça ira déjà mieux.

2 • Pratiquez le yoga ou la méditation.

Limitez votre stress est bénéfique à votre taux de magnésium. Pratiquer des activités anti-stress comme le yoga peut vous aider à atteindre une harmonie qui ne peut être que bénéfique.

3 • Grignotez des noix !

En plus de fournir d’excellents lipides, les noix, noisettes, amandes, noix de pécan sont très riches en magnésium. Soyez sur d’en avoir toujours une poignée à disposition.

4 • Mangez cru.

La cuisson des aliments élimine une grande partie du magnésium. Faites vous une bonne salade, mangez des bananes, des avocats. Vous tirerez plus de magnésium de ces aliments en les mangeant crus qu’en les cuisinant. Un bon compromis : la cuisson vapeur, plus douce, préserve les minéraux, dont le magnésium.

5 • Évitez l’alcool.

Sa consommation fait beaucoup baisser le taux de magnésium dans l’organisme, restez en éloignés si vous faites une cure.

6 • N’oubliez pas les vitamines !

Soyez certain de consommer suffisamment de vitamines D3, B1, B6 et E, qui sont très utiles pour absorber, utiliser et conserver le magnésium dans l’organisme.

7 • Prenez des compléments alimentaires.

C’est sans aucun doute le moyen le plus rapide et le plus facile de booster son taux de magnésium. Attention toutefois à choisir une formule efficace, comme celles à base de bisglyscinate ou de malate. Certains fabricants ajoutent même des vitamines B pour le rendre plus efficace.

 

Ces 7 astuces vous aideront à coup sûr à booster votre taux de magnésium. Dites au revoir à vos fatigues chroniques et au stress ! Place à la vitalité !