Existe-t-il un magnésium haute teneur et haute absorption ?

- Catégories : Le point Science

Le point science

En matière de supplémentation, il fallait jusqu’à présent choisir entre des sels de magnésium dits organiques de faible teneur (5 à 18% de magnésium élément) mais bien absorbés par l’intestin, et des sels inorganiques de haute teneur (25 à 60% de magnésium élément) mais très faiblement absorbés. Lors du lancement de notre formule de magnésium, nous avions opté pour la première option : haute absorption et faible teneur, mais face à certains retours clients, nous nous sommes mis à la recherche d’une solution capable de concilier les deux variables de l’équation…

CE QU'IL FAUT RETENIR :

  • Les sels de première génération comme l'oxyde présentent une haute teneur en magnésium (40/60%) mais une très faible absorption,
  • La seconde génération de transporteurs comme le bisglycinate propose une haute absorption mais une faible teneur (11% en moyenne),  
  • Le magnésium liposomal est le seul à concilier haute absorption ET haute teneur (32%). 

Nous en rêvions, les italiens l’ont fait…

Si l’on savait que nos cousins transalpins étaient très en avance en matière de micro-nutrition, on était loin d’imaginer qu’ils avaient fait l’impossible : concilier teneur et absorption en matière de minéraux. En 2015, Alesco s.r.l déposait son brevet de technologie liposomale consistant à encapsuler de l’oxyde de magnésium dans un liposome. Elémentaire mon cher Watson ! Non, on blague, on vous explique le truc…

Un liposome est une petite capsule de taille nano-métrique renfermant un principe actif et composée du même matériel lipidique que la membrane de nos cellules, à savoir de phospholipides. Ça veut dire quoi ? Et bien qu’il est totalement toléré par l’organisme et ne représente aucun danger. Avec lui, on gagne à tous les niveaux :

  • Haute teneur en élément magnésium : on atteint facilement 32%.
  • Haute absorption : le magnésium peut passer facilement la barrière intestinale à n’importe quel niveau du tube digestif.
  • Biodisponibilité élevée : elle est même 20% supérieure à celle du bisglycinate de magnésium, l’une des formes les plus biodisponibles à l’heure actuelle. Encapsulé, le magnésium devient invisible pour l’organisme et reste plus longtemps dans le sang. Un vrai cheval de Troie ! Il est ensuite directement délivré dans les cellules par fusion des membranes.

Cette technologie est même plus efficace qu’une injection en intraveineuse ! Et bien plus confortable.

Libération de l'oxyde de magnésium

Mais pourquoi les liposomes n’ont pas envahi le marché ?

Le principe des liposomes est relativement simple mais leur production l’est beaucoup moins. Il faut utiliser des matières de qualité et assurer la stabilité. Très peu d’acteurs maitrisent l’ensemble de ces paramètres. Les phospholipides utilisés peuvent provenir de sources synthétiques, semi-synthétiques ou naturelles. Les formes les plus stables sont issues du soja et du tournesol. La taille du liposome est aussi un élément clef ! Plus il est petit et plus il fusionne facilement avec les cellules. Il est donc important de choisir des véhicules allant de 50 à 150 nm de diamètre. Ajoutons à cela qu’à 40€ le kilos, il peut être difficile d’intégrer cette molécule dans une formulation tout en gardant un prix consommateur cohérent.

Comparatif magnésium

Haute teneur, haute absorption et biodisponibilité record, l’occasion était trop belle pour la laisser filer ! Logique donc d’en faire l’une des molécules stars de notre multivitamines aux côtés d’autres brevets comme le Quatrefolic de Gnosis ou encore le Chromax d’Ingredia. Nous sommes également en train d’étudier le moyen de l’intégrer à notre formule de Mag sans en augmenter le prix.

Source : E. Brilli, S. Khadge, A. Fabiano, Y. Zambito, T. Williams, G. Tarantino Magnesium bioavailability after administration of sucrosomial® magnesium: results of an ex-vivo study and a comparative, double-blinded, cross-over study in healthy subjects, Eur Rev Med Pharmacol Sci 2018; 22 (6): 1843-1851.

Lien : https://www.europeanreview.org/article/14605

Produits associés

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)