Le microbiote : star de nos intestins !

Le microbiote : star de nos intestins !

3 minutes
Catégories : Science
3 minutes

Ce qu'il faut retenir :

  • Le microbiote est constitué d’un ensemble de microorganismes, dont des bactéries, qui habitent le corps humain et qui sont majoritairement présents dans l’intestin. On parle alors de microbiote intestinal, ou de flore intestinale.
  • En aidant le corps à digérer certains aliments (les fibres), il produit des petites entités bénéfiques dont l’effet santé se ressent au niveau de l’intestin mais aussi partout dans le corps.
  • Un microbiote en bonne santé, ou en « symbiose », joue un rôle de régulateur général pour votre santé. Un microbiote déséquilibré (« dysbiose ») est lui corrélé à divers problèmes de santé.
  • Aujourd’hui la nutraceutique offre différents outils pour soutenir le microbiote, donc les fameux probiotiques et prébiotiques.

Il ne se passe pas un jour sans que vous entendiez parler de votre microbiote. Cet allié santé qu’il faut à tout prix protéger pour rester en bonne santé. Mais qu'est-ce que le microbiote intestinal au juste ?

Le microbiote, cet incroyable colocataire

On parle de « bonnes » bactéries pour décrire ces bactéries qui colonisent notre système digestif, et qui, en proportions adéquates, contribuent à assurer son bon fonctionnement. Cet ensemble de microorganismes bénéfiques est aussi appelé « Microbiote intestinal », ou « flore intestinale ». Il est spécifique à chaque personne et peut varier dans le temps.

En chiffre, cela représente 10 000 à 100 000 milliards de microorganismes ! [1]. Cette flore est majoritaire dans notre côlon (ou « gros intestin ») qui est peuplé d’1 milliard à 100 milliards de microorganismes.

Le microbiote c’est 10 000 à 100 000 milliards de microorganismes qui habitent notre corps et il est aujourd’hui considéré comme un organe à part entière.

Le microbiote et le corps humain cohabitent en véritable symbiose, durable et bénéfique. Il joue un rôle physiologique clé dans de nombreuses fonctions essentielles de notre organisme : immunitaires, barrière intestinale, digestives, métaboliques et nerveuses [2]. C’est pour toutes ces raisons que la santé de notre microbiote est fondamentale et qu’il est même considéré comme un organe à part entière. C’est très simple, si votre flore intestinale va bien, alors, vous avez toutes les chances d’aller bien !

Le microbiote intestinal, support de la digestion et de la santé de nos intestins

Au niveau du côlon, notre microbiote intestinal se charge surtout de la digestion des fibres et d’autres nutriments résiduels. C’est à partir de ces composés qu’il va pouvoir produire des petites entités que l’on appelle des « métabolites bactériens », et qui vont servir de source énergétique aux cellules [3], à activer la spécialisation de cellules clés (cellules produisant des messagers pour l’organisme) [4] et à contrôler la fonction barrière et la perméabilité (contrôle de l’inflammation, défense contre les microorganismes étrangers, etc.) [5].

En digérant des fibres, notre microbiote produit des petites entités (« métabolites ») qui sont bénéfiques à notre santé intestinale, métabolique et même mentale !

Notre microbiote fait donc un super job en se chargeant des fibres que nous ne pouvons pas digérer pour en faire un véritable atout santé : « What else ? ».

Le microbiote, bien plus que des fonctions digestives

Cet incroyable colocataire joue donc un rôle-clé dans notre santé par ses fonctions protectrices pour notre organisme [6].

Mais si le microbiote intestinal est si captivant c’est parce qu’il ne se contente pas d’agir uniquement localement. Il peut s’occuper littéralement de tout : de la digestion (ça d’accord !), mais aussi de la santé métabolique, de la santé cardiovasculaire, de la santé mentale, etc. [2].

Il apparaît aujourd’hui essentiel d’avoir un microbiote riche et diversifié (en bonne santé) pour préserver son capital santé.

Nous pourrions presque dire que si votre microbiote est « équilibré », ou en « symbiose », alors vous avez plus de chance « d’aller bien » [7,8] ! A l’inverse, si cet équilibre est perturbé, on parle alors de « dysbiose », et gare aux problèmes !

Car si notre microbiote s’occupe bien de nous, on ne lui renvoie pas toujours l’ascenseur : nourriture trop transformée, pollution, alcool, tabac, médicaments… autant de « tâches ménagères » et de nuits blanches épuisantes pour notre microbiote qui essaye de mettre de l’ordre dans le bazar que l’on met ! Alors forcément, l’état du microbiote chez beaucoup de personnes ne cesse de se dégrader, et des liens entre cette fameuse « dysbiose » et l’émergence de certaines maladies commencent à être bien établis. Et on ne parle pas que des troubles digestifs comme les ballonnements ou des constipation/diarrhées, on parle aussi de troubles métaboliques voire psychiques [9,10].

SOS, mon microbiote intestinal va « mal » !

Vous l’aurez compris, notre microbiote, et notamment la flore intestinale, joue un rôle clé dans notre santé. Existe-t-il des solutions pour lui apporter un coup de pouce lorsqu’il est perturbé ? La réponse est oui [11], tout n’est pas perdu ! Et c’est probablement dans ce cadre que vous avez entendu parler des probiotiques (la base), des prébiotiques (déjà plus avancé) et des postbiotiques (niveau expert) qui sont devenus un véritable enjeu nutraceutique et santé. Autant de termes, qui bien que très liés, ne se définissent pas de la même façon. Et comment y voir clair ? Nous vous proposons d’en finir avec ce brouillard dans notre article prébiotiques et probiotiques !

Publications

1. Sender, R.; Fuchs, S.; Milo, R. Revised Estimates for the Number of Human and Bacteria Cells in the Body. PLOS Biol. 2016, 14, e1002533, doi:10.1371/journal.pbio.1002533.
2. Hills, R.D.; Pontefract, B.A.; Mishcon, H.R.; Black, C.A.; Sutton, S.C.; Theberge, C.R. Gut Microbiome: Profound Implications for Diet and Disease. Nutrients 2019, 11, 1613, doi:10.3390/nu11071613.
3. Tremaroli, V.; Bäckhed, F. Functional interactions between the gut microbiota and host metabolism. Nature 2012, 489, 242–249, doi:10.1038/nature11552.
4. Bauer, P.V.; Hamr, S.C.; Duca, F.A. Regulation of energy balance by a gut–brain axis and involvement of the gut microbiota. Cell. Mol. Life Sci. 2016, 73, 737–755, doi:10.1007/s00018-015-2083-z.
5. Canani, R.B. Potential beneficial effects of butyrate in intestinal and extraintestinal diseases. World J. Gastroenterol. 2011, 17, 1519, doi:10.3748/wjg.v17.i12.1519.
6. Kamada, N.; Seo, S.-U.; Chen, G.Y.; Núñez, G. Role of the gut microbiota in immunity and inflammatory disease. Nat. Rev. Immunol. 2013, 13, 321–335, doi:10.1038/nri3430.
7. Sekirov, I.; Russell, S.L.; Antunes, L.C.M.; Finlay, B.B. Gut Microbiota in Health and Disease. Physiol Rev 2010, 90, 46.
8. Shanahan, F. The colonic microbiota in health and disease: Curr. Opin. Gastroenterol. 2013, 29, 49–54, doi:10.1097/MOG.0b013e32835a3493.
9. Mondot, S.; de Wouters, T.; Doré, J.; Lepage, P. The Human Gut Microbiome and Its Dysfunctions. Dig. Dis. 2013, 31, 278–285, doi:10.1159/000354678.
10. Rinninella, E.; Raoul, P.; Cintoni, M.; Franceschi, F.; Miggiano, G.; Gasbarrini, A.; Mele, M. What is the Healthy Gut Microbiota Composition? A Changing Ecosystem across Age, Environment, Diet, and Diseases. Microorganisms 2019, 7, 14, doi:10.3390/microorganisms7010014.
11. Gagliardi, A.; Totino, V.; Cacciotti, F.; Iebba, V.; Neroni, B.; Bonfiglio, G.; Trancassini, M.; Passariello, C.; Pantanella, F.; Schippa, S. Rebuilding the Gut Microbiota Ecosystem. Int. J. Environ. Res. Public. Health 2018, 15, 1679, doi:10.3390/ijerph15081679.

Articles en relation
Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Recevez les nouveaux articles par e-mail :

En m'inscrivant, j'accepte les conditions générales et la politique de confidentialité, vous pouvez vous désinscrire à tout moment.