Alopécie chez les hommes : les causes possibles

Alopécie cause

3 points pour identifier la cause de votre alopécie :

  • La chute des cheveux est naturelle, le problème survient quand la chute des cheveux est plus rapide que leur repousse

  • La qualité de votre alimentation joue sur la vitesse de chute

  • La génétique, les variations hormonales, les changement de saison, certains médicaments et des coiffages trop intenses peuvent causer la chute excessive des cheveux

Les articles du dossier Les Causes de l'Alopécie :

    De nombreuses raisons expliquent pourquoi les cheveux tombent plus fréquemment ou qu'ils restent plus vigoureux en été. Avec cet article nous essaierons de déterminer la cause de leur chute afin que vous puissiez trouver des solutions à ce problème esthétique. La perte des cheveux touche plus fréquemment les hommes mais il n'épargne pas les femmes pour autant. 

    Perdre des cheveux n'est pas toujours signe d'alopécie

    Lorsque la plupart des cheveux ont fini de pousser durant la petite enfance, on peut en dénombrer jusqu'à 140000 cheveux sur une chevelure masculine ou féminine. Chaque cheveu est produit par un follicule pileux. Cependant, vos cheveux grandissent et tombent chacun sur des périodes de temps plus ou moins longues. Ceci explique pourquoi certains d'entre-eux tombent pendant que d'autres commencent juste à pousser. Ainsi, vous ne vous rendez pas compte de leur cycle de croissance, à moins qu'ils se mettent à tomber de manière plus fréquente sans être compensés rapidement par une nouvelle pousse. Vous perdez chaque jour une cinquantaine de cheveux en moyenne, parfois plus suivant la saison mais vous finirez par retrouver une chevelure bien dense au bout de quelques mois. En revanche, si vous en perdez plus d'une centaine, la perte de cheveux pourrait s'avérer plus sérieuse et on peut commencer à parler alopécie.

    Le cycle capillaire n'est pas linéaire, sa durée est influencée par la qualité de votre alimentation, par les hormones androgènes (testostérone, DHT, hormones thyroïdiennes...), la génétique héritée de vos parents, les conditions extérieures et bien d'autres facteurs encore. Mais la première cause qui pourrait précipiter la chute prématurée des cheveux est en lien direct avec votre alimentation quotidienne.

    Les causes possibles de l'alopécie

    Hormis les questions hormonales (calvitie précoce, alopécie androgénétique...), la qualité de votre alimentation est associée de près à la santé de vos cheveux. Un apport suffisant en protéines et en acides aminés soufrés dont la L-Cystéine et la L-Méthionine, permettra la synthèse de la kératine, la protéine du cheveu. De même, les vitamines du groupe B, le fer et le zinc contribuent à la vitalité des fibres capillaires. Lorsque votre organisme est bien alimenté, vos cheveux gardent toute leur vitalité et leur force plus longtemps. Mais malgré une bonne alimentation pour les cheveux, il n'est pas rare que vos cheveux tombent plus abondamment suivant la saison.

    La chute de cheveux saisonnière, une forme d'effluvium télogène aigu

    La chute de cheveux saisonnière fait partie des effluviums télogènes aigus. Autrement dit, des cheveux tombent en grande quantité sur une durée très courte. Plus précisément, elle intervient avec le changement de saison, en automne et au printemps. Plusieurs raisons l'expliquent. Tout d'abord, la fatigue de l'hiver pourrait influencer la perte des cheveux avec un effet retard sur l'arrivée du printemps. Vous constaterez d'ailleurs assez facilement que votre chevelure est plus belle en été. Ainsi, l'exposition au soleil et la vitamine D que vous synthétisez favorisent la santé des fibres capillaires. Vos cheveux gagnent en brillance et en vitalité. Mais la vitamine D entraîne aussi une augmentation de la testostérone avec un effet retard sur la période automnale. Si vous êtes sensible sur le plan hormonal, il est probable que la perte des cheveux soit liée à cette période. Les effluvium télogènes saisonniers sont cependant peu durables et totalement réversibles. En outre, les changements de rythme, la fatigue et le stress d'un retour au travail pourraient aussi accroître ce trouble des capillaires.

    Le stress et la fatigue accélèrent la chute des cheveux

    Chez la femme comme chez l'homme, le stress et la fatigue ont une responsabilité démontrée sur la perte des cheveux. Assez fréquemment, une forme de stress aiguë et durable déclenchera une réaction inflammatoire à même de perturber le cycle anagène des fibres capillaires. Une chute réactionnelle des cheveux pourrait alors se produire avec un effet retard de quelques mois. Une fatigue nerveuse, physique ou psychologique pourrait aussi favoriser ce type de trouble. Ajoutons d'ailleurs qu'une carence alimentaire sérieuse pourrait entraîner une fatigue chronique avec ces conséquences fâcheuses sur la santé des fibres capillaires.

    L'influence des hormones sur la santé de la fibre capillaire

    Chez l'homme, la calvitie dépend à la fois du terrain hormonal et de ses prédispositions héréditaires. De fait, nous savons que l'alopécie androgénétique est liée à la testostérone et son dérivé direct la DHT ou dihydrotestostérone. Si l'alopécie androgénétique est courante du côté masculin (70% des hommes en moyenne), elle est parfois aussi constatée chez les femmes. Là aussi, les hormones sont en cause avec notamment une baisse des œstrogènes après la ménopause ou un accouchement par exemple. Les hormones thyroïdiennes peuvent aussi faire partie du problème. Il n'en reste pas moins vrai qu'il est toujours possible de réduire ou de retarder la perte de cheveux menant à une calvitie complète ou partielle. Si l'alimentation, ainsi qu'une supplémentation éventuelle, agissent en amont contre l'alopécie aiguë, des traitements efficaces peuvent aussi retarder la perte et favoriser la repousse des fibres capillaires.

    Certaines maladies peuvent provoquer une perte de cheveux provisoire et réversible

    Certaines maladies entraînent une alopécie partielle ou totale. C'est par exemple le cas de la pelade qui se manifeste par une perte des cheveux et des poils sur l'ensemble du corps. La pelade peut être activée par le système immunitaire lui-même en tant que maladie auto-immune. De même, un stress profond et durable ou un virus peuvent en être la cause. Récupérer totalement de la pelade demande souvent des années mais elle peut être guérie. D'autres infections similaires comme la teigne peuvent entraîner une perte des cheveux localisée. Associée à un champignon infectieux, un traitement antifongique réglera le problème. De manière similaire, la syphilis peut manifester les mêmes symptômes d'alopécie. Un traitement par antibiotiques traitera la maladie et vous permettra de retrouver vos cheveux avec le temps. 

    Des médicaments peuvent-ils favoriser une perte de cheveux ?

    Certaines médications peuvent favoriser la perte des cheveux. Un nombre élevé de médicaments présentent cet inconvénient, et ils sont plus nombreux qu'on ne le pense. Par exemple, c'est le cas pour certains anti-inflammatoires, bêta-bloquants, anticoagulants, antidépresseurs, hypocholestérolémiants et autres traitements qui ciblent la thyroïde, du fait de leurs effets sur la régulation hormonale. Si vous pensez subir ce type d'alopécie médicamenteuse, parlez-en à votre médecin traitant. Ce dernier pourra modifier votre traitement en cas de chute de cheveux réactionnelle.

    Soigner ses cheveux ne vaut pas dire les martyriser !

    Certaines formes d'alopécie réactionnelles seraient liés à des excès de traction sur le cuir chevelu et les racines du cheveu. Comme vous l'avez certainement constaté assez souvent, le fait de coiffer vos cheveux avec une brosse rigide peut entraîner une perte de cheveux, surtout si la traction sur les fibres capillaires est intense. Adopter des habitudes de coiffage plus douces vous permettra naturellement d'éviter cet écueil et de préserver l'intégrité de votre chevelure. Commencer par changer de brosse est une pratique de bon sens utile à la santé de vos cheveux.

    De la même manière, des chignons abusivement tordus ou torsadés, ainsi qu'une queue de cheval trop serrée pourrait endommager la structure du cheveu et le faire tomber. Si vous le pouvez, évitez également les frisages et défrisages à répétition ou les tresses trop serrées. Rappelez-vous que cette forme d'alopécie de traction est constatée chez près de 30% des femmes ; une raison suffisante pour éviter de maltraiter votre chevelure, même si vous n'en avez pas forcément l'impression.

    Pour conclure, gardez à l'esprit qu'une alopécie peut toucher chacun d'entre-nous, quel que soit l'âge. Dans la plupart des cas, elle n'est que provisoire et peu durable avant une repousse rapide des fibres capillaires. L'alopécie androgénétique est une exception cependant. Mais si vous en ressentez le besoin, n'hésitez pas à consulter votre médecin afin de vous faire prescrire un traitement adéquat.




    Rédigé par l'équipe Nutri&Co

    Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe

    Rejoignez l’aventure !

    Inscrivez-vous à nos communications et bénéficiez de contenus exclusifs, du programme fidélité et d’offres personnalisées.
    Pas plus d'un email par semaine, c’est promis !