Chute de cheveux saisonnière

Chute de cheveux saisonnière

3 solutions pour la chute des cheveux saisonnière :

  • La fatigue et le stress sont les ennemis des cheveux. Ils provoquent leur chute avec un effet retard. 
  • Plus de protéines et de vitamines B limite la chute des cheveux saisonnière
  • La nutraceutique vous permet d'apporter directement de la kératine à vos cheveux, dans des proportion efficaces

Vous l'avez peut-être remarqué, les changements de saisons, ou saisons intermédiaires comme l'automne et le printemps, entrainent parfois une perte des cheveux réactionnelle. Le printemps et l'automne sont généralement plus propices à la chute des cheveux. De plus, les changements de température ou le retour du froid automnal pourraient être impliqués dans l'apparition du trouble. Pourquoi ? Quelles solutions ?

Les articles du dossier Les Causes de l'Alopécie :

La chute de cheveux saisonnière, quelles en sont les causes ?

De manière générale, les changements de saison fragilisent la fibre capillaire. L'automne et le printemps seront donc plus propices à faire tomber les cheveux qu'en été ou en hiver. Plusieurs raisons peuvent expliquer les chutes de cheveux réactionnelles. Certains évoquent une baisse de la luminosité à l'automne, avec une exposition plus rare au soleil, entraînant une baisse de la synthèse de la vitamine D par le corps. La vitamine D étant associée à la synthèse de la kératine, une chute brutale de l'exposition à la lumière du soleil pourrait être liée à leur chute saisonnière. Cependant, il n'est pas rare que la vitamine D engrangée au printemps et en été entraîne une élévation de la testostérone chez l'homme avec un effet retard en automne, ceci pouvant peut-être expliquer cela. Pourtant, rien ne permet de l'affirmer de manière certaine. En effet, les relations de cause à effets liées aux androgènes (testostérone, DHT) ne peuvent tout expliquer. Il est également probable qu'un taux élevé de vitamine D en été induise un effet anti-inflammatoire et modulateur du système immunitaire, impliquant une régulation optimale des kératinocytes* en été, tant d'un point de vue de leur différentiation que de leur prolifération (1). La beauté et la vitalité naturelle des cheveux seraient alors préservée durant l'été.

L'effluvium télogène aigu ou chute saisonnière des cheveux n'est que peu durable et totalement réversible

Il existe d'ailleurs bien d'autres causes à l'effluvium télogène aigu, autre nom scientifique donné à la chute des cheveux saisonnière. Certaines d'entre-elles sont évidentes même si l'on y pense pas forcément. C'est par exemple le cas des vacances qui peuvent représenter une période difficile pour la santé des capillaires. Les bains de mer déposant du sel de manière excessive et répétée, la présence corrosive de sable dans les cheveux ou d'impuretés peuvent nuire à la santé des cheveux en provoquant leur chute prématurée. Relativement mal traités durant cette période, il n'est donc pas étonnant que les cheveux tombent de manière un peu précipitée après les vacances. De la même manière, un changement de rythme (retour au travail, horaires décalés...), le stress et la fatigue peuvent aggraver la perte capillaire à l'arrivée de l'automne. Cela étant, pas de panique... La perte de cheveux réactionnelle de saison ne dure que quelques mois. La repousse peut prendre entre 3 à 6 mois avant que vous retrouviez la même densité capillaire. La chute réactionnelle des cheveux est-elle cependant évitable, ou du moins, est-il possible de la réduire ?

Quelles solutions naturelles apporter à la chute de cheveux saisonnière ?

Rien ne vous oblige à subir cette perte de cheveux réactionnelle du printemps et de l'automne. A vrai dire, il est tout à fait possible d'en réduire les effets en adoptant des mesures simples et efficaces en termes de soin des capillaires. Peut-être faudrait-il tout simplement que vous commenciez par reconsidérer le shampoing, l'après-shampoing ou la lotion capillaire que vous utilisez fréquemment. En effet, il n'est pas rare qu'une formule ne soit pas adaptée au microbiome de votre cuir chevelu. Changer de marque de shampoing ou d'après-shampoing suffit parfois à réduire drastiquement leur chute. En outre, de nombreux shampoings spécifiques à la perte de cheveu pourrait vous aider à stopper le problème. De même, essayez d'éviter les formules de soins capillaires trop agressives pour votre cuir chevelu. Ce dernier est composé de tissus vivants et d'un microbiome complexe, tout comme votre peau. Il vous faudra donc du temps pour trouver le soin le plus adapté à la nature de vos cheveux. De manière similaire, rappelez-vous que votre chevelure doit pouvoir respirer librement. Dès lors, évitez de l'étouffer sous une casquette ou un bonnet si cela n'est pas nécessaire.

Mais hormis la fatigue et le stress qui peuvent être réduit par quelques mesures d'hygiène de vie efficaces, l'alimentation tient un rôle essentiel en termes de santé des fibres capillaires. Un apport insuffisant en protéines complètes, surtout chez les sédentaires, pourrait s'avérer néfaste au cycle normal de croissance des fibres capillaires (2). Une alimentation plus riche en protéines ainsi qu'en vitamines du groupe B contribuera à réduire l'incidence ou la portée d'une perte de cheveux saisonnière.

Corriger votre alimentation pour maintenir la santé des capillaires

Effectivement, les carences alimentaires sont difficile à estimer, surtout que rien ne vous dit vraiment si votre alimentation manquera spécifiquement de biotine (vitamine B8) ou d'acides aminés soufrés comme la cystéine et la méthionine. Effectivement, ces deux acides aminés participent à la structure de la kératine, protéine du cheveu par excellence (3). De même, le zinc est un oligoélément nécessaire à la santé des phanères (cheveux, ongles, poils). Une alimentation apportant plusieurs milligrammes de zinc par jour contribue ainsi au maintien de leur vitalité et d'une croissance saine. Même s'il ne s'agit que d'un effluvium télogène saisonnier, une alimentation apportant, du fer, du sélénium et des vitamines du groupe B réduiront la gravité du trouble durant les changements de saison.

Un complément alimentaire spécifique à la perte des cheveux contribue à maintenir la santé des fibres capillaires

Les compléments alimentaires sont une manière simple et efficace de combler d'éventuelles carences en micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments...) et en acides aminés soufrés. De même, les nutraceutiques, des molécules qui répondent à une thématique précise, sont à même de nourrir l'organisme de manière adéquate. C'est dans cette optique que Nutri & Co a développé son complexe Cheveux et Kératine

En effet, notre complément alimentaire destiné à la santé des cheveux fait mieux que de fournir des acides aminés soufrés comme la cystéine. Il vous apporte plutôt une forme brevetée de kératine avec Cynatine®, une kératine naturelle et totalement soluble, présentant une biodisponibilité record de 95%. Ainsi, le complexe Cheveux et Kératine de Nutri & Co nourrit directement la fibre capillaire avec un nutraceutique spécifiquement choisi et testé pour son efficacité. Plusieurs études cliniques effectuées sur une durée de 90 jours ont démontré :

  • Une amélioration significative de la croissance des cheveux (phase anagène)
  • Une baisse notable de la chute des cheveux de 47%
  • Une résistance à la traction améliorée
  • Une meilleure brillance et vitalité des fibres capillaires par rapport au groupe placebo

Cynatine® a également démontré des effets positifs sur la protection antioxydante avec une augmentation significative du glutathion par les kératinocytes, un des principaux antioxydants cellulaires. En outre, l'aminogramme de Cynatine® présente une similarité très forte avec celui des cheveux d'origine humaine, facilitant son assimilation tout en renforçant son action au cœur des cellules. Chaque dose journalière du complexe Cheveux et Kératine élaboré par notre marque apporte aussi 100 microgrammes de biotine afin de renforcer le métabolisme normal de croissance des fibres capillaires.

* Kératinocytes : cellules qui synthétisent la kératine.

Sources :

  • K. Saini, V. Mysore, Role of vitamin D in hair loss: A short review, J Cosmet Dermatol. 2021 Nov;20(11):3407-3414.

  • Xu W, Xie B, Wei D, Song X., Dissecting hair breakage in alopecia areata: the central role of dysregulated cysteine homeostasis, Amino Acids. 2024 May 21;56(1):36.

  • Yu J, Yu DW, Checkla DM, Freedberg IM, Bertolino AP., Human hair keratins, J Invest Dermatol. 1993 Jul;101(1 Suppl):56S-59S.




Rédigé par l'équipe Nutri&Co

Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe.

Rejoignez l’aventure !

Inscrivez-vous à nos communications et bénéficiez de contenus exclusifs, du programme fidélité et d’offres personnalisées.
Pas plus d'un email par semaine, c’est promis !