Beauté

Crèmes, injections, Nutra, l’acide hyaluronique sous toutes ses formes

PARTAGE
Crèmes, injections, Nutra, l’acide hyaluronique sous toutes ses formes
4 minutes

Ce qu'il faut retenir :

  • Les bienfaits de l’acide hyaluronique pour la peau sont très largement admis.
  • Il peut être apporté sous différentes formes : crèmes, injections, et bien sûr, via la Nutra !
  • En gélules, l’acide hyaluronique est très efficace sur l’hydratation de la peau et les rides.

Avec le vieillissement, l’acide hyaluronique de notre peau ne se renouvelle plus efficacement (1). Et vous voyez venir la catastrophe : adieu peau lisse et pulpeuse, bonjour rides et ridules. Mais c’est prouvé scientifiquement : en apport exogène, l’acide hyaluronique est efficace pour maintenir une peau jeune et belle ! Comment ? Et quelle forme d’apport faut-il privilégier ? Tour d’horizon des galéniques.

L’acide hyaluronique en crème

Les formules cosmétiques à base d’acide hyaluronique ont toujours eu le vent en poupe, sans doute parce que simples à envisager. Parmi elles :

  • Les hydratantes : avec un acide hyaluronique de “grande taille” qui reste en surface sans pénétrer la barrière cutanée. Elles forment alors un film lissant et empêchant l’évaporation de l’eau (2).   
  • Les régénératrices et réparatrices : leur acide hyaluronique de “petite taille” peut se faufiler jusqu’au derme, son siège, et “the place to be” pour stimuler son renouvellement (3).

Parmi le très large choix disponible, veillez avant tout à choisir une crème avec une concentration suffisante. Et si vous visez une efficacité régénérante au niveau du derme, préférez une crème avec une bonne technique de vectorisation. Pour faire simple, pour atteindre sa cible et agir, l’acide hyaluronique doit être associé à un moyen de transport qui optimise son assimilation (4). Et vous le saurez assez facilement puisque les marques en font un atout marketing majeur. Un concept bien connu aussi en Nutra : un actif efficace est un actif qui arrive sain et sauf sur son lieu d’action.

L’acide hyaluronique en injections

Rapides et localisées, les injections permettent de redessiner les volumes du visage en introduisant précisément l’acide hyaluronique dans la ride et dans le derme. Là, pas de souci de biodisponibilité ! On distingue 2 types d’injections (5) :

  • Les monophasiques : L’acide hyaluronique est sous forme réticulée : ses molécules associées entre elles forment des chaînes à l’origine d’un gel visqueux et dense dont l’efficacité et le temps d’action sont augmentés. L’idéal pour combler les rides profondes et regalber des volumes.
  • Les biphasiques : L’acide hyaluronique y est plus faiblement réticulé, et le gel moins visqueux et moins dense. Suffisant pour les ridules et fines rides.

Vous vous en doutez… Phobiques des aiguilles (“Ouch”), s’abstenir. De plus, si on oublie le temps passé en institut pour ces séances, en revanche, on ne pourra pas oublier le coût de l’intervention. Comptez environ 300 euros à renouveler plusieurs fois dans l’année. Re-“Ouch” !

L’acide hyaluronique en gélules

Et la Nutra dans tout ça ? Bonne nouvelle, la science est dithyrambique : la prise orale d’acide hyaluronique se révèle très efficace pour l’hydratation de la peau (2). Pris en gélules, il arriverait intact au niveau de l’intestin, pris en charge par les enzymes du microbiote intestinal, il passerait dans la circulation sanguine et/ou lymphatique pour être dirigé vers les différents tissus, notamment la peau. En gros, il arrive bien là où on l’attend ! Une fois dans le derme, il sait ce qu’il a à faire en stimulant l’activité des fibroblastes (cellules cutanées qui fabriquent aussi le collagène).

À noter que dans l’organisme, la taille des molécules d’acide hyaluronique varie beaucoup. Si en gélules le poids moléculaire est peut-être un détail pour son efficacité une fois arrivé dans le derme, ce paramètre veut dire beaucoup pour son assimilation en amont et constitue donc un critère d’efficacité.
Retenons qu’à l’unanimité les travaux cliniques valident sa prise orale, et notamment son efficacité (avec des doses de 37,5 mg à 240 mg par jour, dès 4 semaines pour certaines formes), sa tolérance et sa sécurité (pendant plusieurs mois de prise).

Références

1) Kawada C, Yoshida T, Yoshida H, and al. Ingested hyaluronan moisturizes dry skin. Nutr J. 2014 Jul 11;13:70. doi: 10.1186/1475-2891-13-70. PMID: 25014997; PMCID: PMC4110621.
2) Fallacara A, Baldini E, Manfredini S, Vertuani S. Hyaluronic Acid in the Third Millennium. Polymers (Basel). 2018 Jun 25;10(7):701. doi: 10.3390/polym10070701. PMID: 30960626; PMCID: PMC6403654.
3) Greco RM, Iocono JA, Ehrlich HP. Hyaluronic acid stimulates human fibroblast proliferation within a collagen matrix. J Cell Physiol. 1998 Dec;177(3):465-73. doi: 10.1002/(SICI)1097-4652(199812)177:3<465::AID-JCP9>3.0.CO;2-5. PMID: 9808154.
4) Philippe Humbert. LES ENJEUX DE LA VECTORISATION ET DE LA PÉNÉTRATION TRANSCUTANÉE POUR LES ACTIFS COSMÉTIQUES. Colloque Chimie, dermo-cosmétique et beauté, 17 février 2016, Fondation de la Maison de la Chimie
5) LAMBERT Bérengère. Prise en charge du vieillissement cutané : comment les cosmétiques s’inspirent des solutions esthétiques. Université d’Aix-Marseille, Faculté de Pharmacie. 2018.

Rester informer des sorties d’articles
L'Acide Hyaluronique
4,7/5
16 avis
Ajouter au panier
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Articles en relation