Magnésium marin : plongée en eaux troubles... 🌊


Ce qu'il faut retenir :

  • L’absorption du magnésium dépend du transporteur impliqué : tous les types de magnésium ne se valent pas.
  • Les sels du mix marin sont composés de transporteurs peu qualitatifs
  • La dénomination “bio” ou “naturel” ne garantit pas un meilleur produit

La dénomination “bio” ou “naturel” ne garantit pas un meilleur produitCela ne vous aura pas échappé, le magnésium marin est partout ! Pharmacies, parapharmacies, magasins bio ou spécialistes… Peu de produits peuvent se targuer d’avoir conquis une telle place dans nos linéaires. Avec sa dénomination « nature », nous pourrions presque croire qu’en collant notre oreille au flacon, le doux bruit des vagues viendra bercer nos nuits… Mais ce succès commercial est-il vraiment le reflet de son efficacité ? Comme à notre habitude, nous levons le voile sur les idées reçues de notre industrie, et celle-ci fait sans conteste partie des plus tenaces !


De quoi se compose le magnésium marin ?

C’est parti ! On attaque directement dans le dur… En étudiant la composition du magnésium marin, on va vite comprendre que c’est un produit de piètre qualité. Pour rappel, le magnésium est un ion qui a besoin d’être greffé à un transporteur pour être stabilisé et passer depuis l’intestin dans le plasma sanguin. C’est l’absorption qui fait la qualité d’un sel de magnésium et non sa teneur. Alors quels sont les fameux sels naturels du mix marin ?


  • L’oxyde de magnésium représente 80 à 90% du magnésium marin. De l’avis des spécialistes, ce transporteur est le moins efficace de tous (cf infographie magnésium). Son profil inorganique l’empêche d’être reconnu comme nutriment par l’organisme et entraîne souvent des troubles digestifs1.
  • On y trouve également du carbonate de magnésium. Ce sel est lui aussi inorganique2. Bref, peu qualitatif.
  • Vient ensuite le sulfate de magnésium. Mais là les troubles digestifs sont au rendez-vous.
  • Enfin le chlorure de magnésium est un transporteur assez qualitatif de par son absorption élevée. Mais retenons que ce sel est acidifiant et qu’il ne compose guère plus de 2% du fameux mix marin.

À ce stade, on entend déjà nettement moins le bruit des vagues… Il est clair que le magnésium marin agglomère tout ce qui se fait de moins bien en matière de transporteurs. Mauvais point donc…

"Oui mais c'est naturel... Donc c'est bien, tu comprends ?"

Face à la déferlante du « naturel » et du « biologique » la manne était bien trop belle pour ne pas susciter quelques vocations ! Et c’est vrai que les lieux de production ont de quoi faire rêver : mer d’Irlande avec Marigot Ltd., mer Morte et pourtour méditerranéen (consortium d’acteurs Israéliens), mer du Pacifique avec Cargill, on sent déjà les embruns nous chatouiller les narines… 


 Mais la filière va plus loin et tente de s’acheter une vertu à coup d’études scientifiques. Deux d’entre elles reviennent sans cesse dans les débats :


  • Une étude clinique israélienne de 2012 qui tendrait à démontrer que l’oxyde s’absorbe mieux que le citrate3,
  • Une méta-analyse (synthèse de plusieurs études cliniques) menée en 2001 par Ranade et qui conclue sur une absorption de l’oxyde de 23%4! Ha, ça va, on est rassuré et en plus c’est naturel !

Dans la vrai vie 

N’en déplaise aux plagistes , la littérature scientifique cherchant à légitimer le magnésium marin est un peu maigre. Nous n’allons pas énumérer ici l’ensemble des études cliniques prônant les avantages des sels dits de seconde génération, les fameux chélates (cf tableau). Citons simplement la méta-analyse conduite par Rylander en 2014 (très récente donc) et qui fait aujourd’hui référence6. Ses résultats sont sans appel : l’oxyde est inférieur aux chélates et cela malgré sa haute teneur en magnésium.


Maintenant parlons monnaie. Le tableau posté plus haut présente les prix de gros de quelques sels de magnésium. Nous constatons que l’oxyde est 3 fois moins cher que le mix marin. Est-ce justifié ? Non, car ce mix, nous l’avons vu, se compose à plus de 80% d’oxyde et que son mode de production par évaporation d’eau de mer est des plus simples. Soulignons également que des chélates bien supérieurs type malate ou citrate sont à peine plus chers. Il va de soi que cette politique tarifaire pratiquée par les grossistes augmente artificiellement le prix consommateur.

L'avis de notre équipe 

Mauvaise absorption, prix élevé et dénomination léchée, vous l’aurez compris, vous ne risquez pas de voir sortir un magnésium marin NUTRI & CO !


(1)http://www.magnesiumges.de/jdownloads/Literatur/Driessens/driessens_1993_on_formulas_for_daily_oral_magnesium.pdf


(2)Le carbonate de magnésium pourrait se changer en chloride de magnésium dans l’estomac. Si ce second sel est bien plus absorbable, personne n’a encore pu établir dans quelle proportion le carbonate se transformait en chlorure.Littérature scientifique pro mix marin :


(3) http://www.navehpharma.co.il/images/products/PDF/Magnox520/magnesium-research.pdf


(4) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11550076Littérature scientifique pro chelates :


(5) http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.1016.7408&rep=rep1&type=pdf

Et la star de l'article est... 

Magnésium
€19,90

Inscrivez vous à notre newsletter !

et recevez nos articles dans votre boite mail :


Cet article vous

plaît ? Partagez le !

Cela nous aide à vous proposer du contenu

de qualité

Et la star de l'article est... 

MagnésiumMagnésium
€19,90

1 commentaire


  • Sabine-Audoux Sandrine

    Je suis bien d’accord avec vous via votre article.
    Soyons attentifs à notre cure de Magnésium et à sa qualité surtout car il intervient dans plus de 325 réactions enzymatiques !!!
    Celui proposé est très intéressant.
    Praticienne en médecine chinoise


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés