Comment faire pousser mes cheveux plus vite ?

Comment faire pousser ses cheveux plus vite

A savoir pour faire pousser ses cheveux plus vite :

  • La kératine est LA protéine impliquée dans la pousse du cheveux
  • Le cheveu pousse de 1,25 centimètres par mois. L'alimentation permet d'apporter les nutriments essentiels à la pousse. En cas d'insuffisance, les cheveux poussent moins vite.
  • A l’inverse, certains facteurs ralentissent le cycle pilaire, ce qui peut entraîner la chute des cheveux.

Véritable objet de désir, nous voulons tous une belle chevelure dans laquelle passer machinalement notre main ! Peu étonnant que la perte (et donc la pousse) des cheveux comptent parmi les premières préoccupations capillaires de la population à l’échelle mondiale. Les cheveux sont vivants et meurent, ils tombent, c’est un fait. D’où, l’intérêt d’accélérer et d’optimiser leur croissance par des solutions nutritionnelles et du quotidien, pour éloigner le spectre de la perte des cheveux. Mode d’emploi pour un cheveu en bonne santé qui pousse plus, plus vite.

A lire également dans le Dossier Comment avoir de beaux cheveux

Solutions pour booster la croissance des cheveux

Stimuler la vitesse de la pousse dans l’assiette

Des protéines et particulièrement des acides aminés soufrés sont nécessaires pour augmenter la croissance des cheveux. Pourquoi ? Car le cheveu est constitué à 95 % de kératine, une protéine riche en cystéine et en méthionine, deux acides aminés soufrés. Consommer de la viande, du poisson, des œufs, du soja et des noix du Brésil présente donc un intérêt pour stimuler la pousse des cheveux.

Les œufs particulièrement sont aussi riches en vitamines B5 et B8 qui agissent en synergie en accélérant la pousse des cheveux. Leur teneur en soufre améliore leur croissance en favorisant les ponts disulfures qui lient les protéines de kératine entre-elles, tel un ciment.

Retrouvez notre article sur l'action des vitamines sur la pousse des cheveux

Du côté des minéraux, le zinc améliore l’absorption des acides aminés et le fer limite la chute des cheveux. Associé à la vitamine C, le fer est mieux assimilé et permet d’optimiser la microcirculation sanguine au niveau du cuir chevelu. Les nutriments sont alors plus facilement mis à disposition du cheveu.

C’est pour sa richesse en vitamines, en minéraux et en protéines que la spiruline est reconnue pour faire pousser davantage les cheveux. Cette cyanobactérie contient du zinc, du fer, des protéines, des acides gras, des antioxydants, etc., des éléments essentiels pour la synthèse de kératine et le maintien de la fibre capillaire.

Parmi les autres « super-aliments », la levure de bière est elle aussi réputée pour booster la pousse des cheveux grâce à sa composition en protéines, en vitamines du groupe B, en cuivre, en fer et en sélénium. Tout comme, la gelée royale qui est souvent conseillée aux changements de saison pour limiter la perte des cheveux. Sa consommation permet la régénération cellulaire des fibres capillaires et ralentit la chute des cheveux.

Chez les végétaux, le bambou a montré des effets positifs sur la croissance du cheveu. Le soja grâce à sa teneur en lysine stimule la pousse des cheveux. La myrtille également est préconisée pour activer la microcirculation.

Pousse des cheveux : des preuves scientifiques à l’appui

Face à ce fort intérêt de la population pour la santé capillaire, de plus en plus d’études scientifiques sont mises en place pour étayer les effets positifs d’ingrédients sur la pousse des cheveux et le ralentissement de leur chute. Une revue américaine (analyse d’un ensemble d’études cliniques) s’est dernièrement intéressée au sujet des compléments alimentaires oraux visant la santé des cheveux [1].

L’ingrédient issu de la laine de mouton (kératine soluble hydrolysée) a fait l’objet de plusieurs essais pour démontrer son efficacité sur la perte de cheveux. Deux études cliniques ont montré une baisse de la chute des cheveux et une optimisation de la phase anagène. C’est cet actif qui est formulé avec de la biotine (vitamine B5) dans Le Complexe Cheveux développé par Nutri&Co.

Parmi les actifs testés, les oméga-3 et 6 ont été formulés avec des antioxydants, et ont montré une diminution de la perte de cheveux pour près de 90 % des sujets, après une supplémentation de six mois. La proportion de cheveux en phase anagène a augmenté significativement par rapport au groupe témoin. Cette étude clinique randomisée a inclus 120 femmes en bonne santé [2].

Enfin, un autre complément alimentaire composé de collagène marin hydrolysé, de taurine, de cystéine, de méthionine, de fer et de sélénium a démontré son efficacité en optimisant les résultats d’un traitement médicamenteux contre la chute des cheveux. L'étude récente (2023), d’une durée de douze semaines, a montré de meilleurs résultats sur la croissance des cheveux lorsque le médicament était pris avec la supplémentation, que seul [3].

Des soins ciblés pour favoriser la croissance des cheveux

Certaines routines capillaires sont reconnues pour leur vertus en matière de pousse de cheveux. Parmi elles, l’application d’un masque à base d’œuf est recommandée pour tous les nutriments indispensables à la santé du cheveu qu’il contient. De la même façon, celui à la moutarde augmente l’afflux sanguin au niveau du cuir chevelu. Rincer ses cheveux avec une solution à base d’oignons booste la synthèse protéique, stimulant la pousse de la fibre capillaire.

Pour les huiles, l’huile de ricin est utilisée pour améliorer la microcirculation. Il est recommandé de l’appliquer directement sur le cuir chevelu de cheveux secs, de masser délicatement puis de faire glisser l’huile sur l’ensemble de la chevelure. Après un temps de pose d’une heure à une nuit, il est conseillé de se laver deux fois les cheveux à l’aide d’un shampoing doux.

Des techniques plus sophistiquées se développent en vue d’améliorer la croissance des cheveux. Réalisées en instituts spécialisés par des professionnels, il s’agit de traitements esthétiques.

Par exemple, la mésothérapie capillaire est une solution qui permet de stimuler la repousse des cheveux. Comment ? Par des injections d’actifs et de vitamines directement dans le derme du cuir chevelu pour nourrir les follicules pileux en profondeur, et ainsi apporter au cheveu tous les éléments indispensables à sa croissance.

Autre technique, la luminothérapie ou la thérapie LED revitaliserait le cuir chevelu et stimulerait la croissance des cheveux. Les couleurs de LED sont le rouge pour agir sur les follicules pileux et booster la pousse des cheveux, et la lumière jaune qui améliore la microcirculation et optimise l’oxygénation du cuir chevelu.

Et des habitudes à prendre

En parallèle d’une alimentation variée, quelques recommandations sont à suivre pour faire pousser vos cheveux plus vite !

  • Éviter tous les traitements mécaniques chauffants autant que possible ;

  • Choisir des coiffures peu serrées ;

  • Préférer un coiffage doux avec des brosses adaptées ;

  • Limiter les colorations ;

  • Et surtout, avoir une bonne qualité de sommeil !

Il a été montré que si nous dormons mal, nos cheveux restent plus longtemps en phase télogène (chute du cheveu) et moins en phase anagène (croissance du cheveu). Si besoin, la mélatonine, la passiflore, la valériane et le magnésium peuvent aider à la relaxation, favoriser de bonnes nuits et par la même occasion la croissance des cheveux !

Comment pousse le cheveu ?

Des chiffres et du rythme

La durée de vie d’un cheveu est d’environ quatre ans, au cours de laquelle il repousse jusqu’à 25 fois ! Rapporté à une vie, c’est dix mètres par cheveu qui poussent sur notre tête soit 1 000 kilomètres si on les met tous bout à bout. Le cheveu pousse de 1,25 centimètres par mois. En parallèle, nous perdons 40 à 50 cheveux par jour.

Des chiffres encore. La durée de pousse des cheveux chez une femme représente quatre à sept années ; chez les hommes, elle est réduite à deux à quatre ans.

C’est le cycle pilaire qui donne le rythme ! Concrètement différentes phases se succèdent et s’enchaînent :

  • La phase anagène : le cheveu pousse ;

  • La phase catagène : c’est une phase de repos ;

  • La phase télogène : le cheveu tombe, pour reprendre un nouveau cycle.

Le cheveu est constitué de deux parties. L’une visible, c’est la fibre capillaire (ni plus ni moins le cheveu) constituée de cellules épithéliales kératinisées.

La seconde est plantée à environ trois millimètres de profondeur dans l’épiderme du cuir chevelu, il s’agit du follicule pileux. Cette unité pilo-sébacée est vascularisée et richement innervée. C’est là que tout se joue ! Le processus de kératinisation, la formation du cheveu a lieu ici, ainsi que la production de sébum via les glandes sébacées. A la base du follicule, le bulbe capillaire est relié à la microcirculation au niveau de la papille cutanée en lien direct avec les vaisseaux sanguins, apportant les nutriments essentiels à la croissance du cheveu.

Lors de la phase télogène, le follicule est expulsé et remplacé par un autre. Une nouvelle phase anagène débute alors, le cheveu pousse.

Facteurs de trouble

Si nous mangeons bien, dormons bien, il a de fortes chances que nos cheveux poussent bien. Au-delà d’une bonne hygiène de vie, certains facteurs perturbent le cycle pilaire et ont des effets néfastes sur la croissance des cheveux.

Tout d’abord, les hormones. La testostérone sous sa forme active, la dihydrotestostérone, augmente la production de sébum au niveau des glandes sébacées. Conséquence : à terme, la croissance du cheveu est altérée pouvant mener à l’alopécie androgénique (perte de cheveu). Les hommes sont particulièrement touchés par ce phénomène : 97 % de leur perte capillaire est due aux hormones, contre 15 à 20 % pour les femmes.

Des épisodes de stress, l’anxiété ou un choc émotionnel peuvent provoquer une accélération précoce du cycle de vie des cheveux et entraver leur croissance.

Fumer altère la microcirculation au niveau du cuir chevelu, perturbant la pousse des cheveux.

Enfin, la pollution environnementale, la maladie comme l’exposition excessive au soleil peuvent modifier et mettre en péril le cycle capillaire.

Sources :

  • Internal journal of dermatology, Clinical efficacy of popular oral hair growth supplement ingredient

  • Journal of cosmetic dermatology, Effect of a nutritional supplement on hair loss in women

  • Skin Research and Technology, Efficacy and tolerability of an oral supplement containing amino acids, iron, selenium, and marine hydrolyzed collagen in subjects with hair loss




Rédigé par l'équipe Nutri&Co

Notre équipe scientifique est composée de Diététicienne et Docteure en Sciences de la Nutrition, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, Naturopathe.

Rejoignez l’aventure !

Inscrivez-vous à nos communications et bénéficiez de contenus exclusifs, du programme fidélité et d’offres personnalisées.
Pas plus d'un email par semaine, c’est promis !