Comment avoir de beaux cheveux ?

Comment avoir de beaux cheveux ?

3 minutes
Catégories : Science
3 minutes

Ce qu'il faut retenir :

  • Notre santé et notre environnement influencent la santé de nos cheveux.
  • Les agressions quotidiennes entraînent la fragilisation de nos cheveux avec un risque d’alopécie (perte accélérée).
  • Des solutions existent pour renforcer les cheveux à leur base et limiter ce phénomène.

QUOI ??!! Ça parle coiffure ici maintenant ? Eh oui, vous ne rêvez pas, une fois n’est pas coutume on va parler beauté, et plus particulièrement cheveux. Rassurez-vous, il n’est pas question de listing d’astuces coiffures ou de masques pour cheveux gras, mais bien de nutraceutique, car oui, la beauté des cheveux passe avant tout par leur santé.

Pousse, chute… les grands combats capillaires

Sur nos crânes, nos cheveux mènent leur propre vie. Celle-ci démarre depuis le follicule, sorte de petite cavité ancré dans le cuire chevelu, ou le cheveu nait puis pousse sans s’arrêter ! Il faut le dire : un cheveu pousse quasiment jusqu'à sa mort et il prend en moyenne 0,3-0,4 millimètre par jour. Sa vie dure 2 à 6 ans, et il passe les 3-4 derniers mois de son existence à s’éteindre avant de tomber. Il est donc normal de perdre des cheveux tous les jours.

Sauf que lorsque le nombre de cheveux perdus devient important - les scientifiques placent la limite à plus de 100 cheveux par jour - cela ne devient plus si normal que ça… On parle alors d’alopécie.

Attention : n’allez pas non plus récupérer UN À UN les cheveux qui restent sur la brosse tous les matins, car ce nombre est indicatif et variable. Pour détecter une alopécie, il faut être attentif à des changements perceptibles de densité, de brillance ou de force, et qui signalent une perte anormale de cheveux [1].

Nos cheveux dans tous leurs états

Tout comme notre peau, nos cheveux sont sensibles à notre état physique et mental ainsi qu’à notre environnement. La chute accélérée de cheveux est donc multifactorielle et les principales causes sont bien identifiées [2,3].

Des causes externes

  • Pollution, toxines (On ne vit pas tous au milieu des prés de la Creuse)
  • Hygiène et style capillaire (« Est-ce que j’aurais vraiment dû faire ma coloration violette quand j’avais 16 ans ? », )
  • Exposition aux UV (joli soleil d’été…)

Des causes internes

  • État de malnutrition
  • Vieillissement
  • Stress psycho-émotionnel
  • Changements hormonaux (grossesse, ménopause…)

Ces agressions entraînent la production d’espèces réactives à l’oxygène, ou radicaux-libres. Ces molécules toxiques vont altérer l’environnement du follicule pileux par l’activation d’un état d’inflammation et de stress oxydatif. La résultante : une accélération de la phase de chute du cheveu et une diminution de la phase d’activation de pousse [4]. Plus de cheveux tombent, moins de cheveux poussent, pas besoin d’un doctorat en maths pour comprendre que ça ne le fait pas.

Le cas particulier de la calvitie

Une des alopécies les plus connues et courantes est l’alopécie androgénétique. Elle est à l’origine de la fameuse calvitie. Cette alopécie héréditaire tire son origine d’une forte réactivité des hormones mâles (la testostérone principalement, n’est-ce pas les gars ? ;)), qui va attaquer la base du cheveu. Si les hommes sont les plus touchés, les femmes ne sont pas en reste ! La moitié d’entre elles seraient aussi sujettes à ce type d'alopécie mais ce phénomène se manifeste par une perte plus diffuse et donc moins visible. Pour les hommes par contre, le caractère très localisé et surtout irrémédiable car génétique, en fait une véritable fatalité. Pas étonnant qu'elle les angoisse autant, notamment ceux qui ont grandi avec l’image des crânes dégarnis et brillants de leurs pères, grands-pères, oncles… [5]. Les seules pistes dans ce cas sont les médicaments comme Propecia (mais adieu la testo…) ou le Minoxidil et les plus téméraires iront jusqu’aux implants. Notons aussi qu’il existe de très belle perruque de nos jours !

Quelles solutions pour agir ?

De façon générale, le premier réflexe est souvent de se tourner vers les soins capillaires pour garder de beaux cheveux. Mais de nos jours la Nutraceutique est aussi capable d’apporter une réponse efficace.

Vous l'avez sans doute remarqué (enfin ceux qui ont Insta), les bonbons fluos “pour cheveux” fleurissent de partout. Mais sont-ils pour autant efficaces ? Pas si sûr, car les ingrédients cliniquement étudiés ne sont pas encore formulables sous ses formes (nous l’avons testé) et les fabricants de bonbons ont encore trop souvent recours à de la kératine extraite de laine de mouton ou à la cystéine issue de plumes d’oie...

C’est dommage car la Nutra avance pourtant à pas de géant et propose aujourd’hui des actifs cliniquement documentés et 100% végétaux. C’est par exemple le cas de l’huile de millet bio et brevetée que nous utilisons dans notre formule cheveux, et qui est soutenue par deux études sur plus de 120 sujets ! Ces travaux ont entre-autres démontré qu’elle permettait une diminution de la chute ainsi qu’une amélioration de la beauté et de la brillance des cheveux.[6,7]

Alors là vous vous dites « On pourrait donc lutter efficacement contre la perte de cheveux avec des petites gélules ?! ». Peut-être pas pour les mâles avec un excès de « testo » (on se comprend ;)), mais pour tous les autres, oui c’est possible !

Millet & BiotineEn savoir plus

Publications

1. Springer, K. Common Hair Loss Disorders. 2003, 68, 10.
2. Piérard-Franchimont, C.; Piérard, G.E. LES CHEVEUX ET LEUR ENVIRONNEMENT. Rev Med Liège 2015, 70: 2, 70–72.
3. Phillips, T.G.; Slomiany, W.P.; Allison, R. Hair Loss: Common Causes and Treatment. 2017, 96, 8.
4. Sadick, N.S.; Callender, V.D.; Kircik, L.H.; Kogan, S. New Insight Into the Pathophysiology of Hair Loss Trigger a Paradigm Shift in the Treatment Approach. 2017, 16, 6.
5. Randall, V.A. Androgens and hair growth BlackwellPublishingInc. 2008, 15.
6. Boisnic, S.; Branchet, M.; Gaillard, E.; Lamour, I. Miliacin Associated with Polar Lipids: Effect on Growth Factors Excretion and Extracellular Matrix of the Dermal Papilla Hair Follicle Model Maintained in Survival Conditions. Hair Ther. Transplant. 2016, 06, doi:10.4172/2167-0951.1000143.
7. Keophiphath, M.; Courbière, C.; Manzato, L.; Lamour, I.; Gaillard, E. “Miliacin encapsulated by polar lipids stimulates cell proliferation in hair bulb and improves telogen effluvium in women.” J. Cosmet. Dermatol. 2020, 19, 485–493, doi:10.1111/jocd.12998.

Articles en relation
Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Recevez les nouveaux articles par e-mail :

En m'inscrivant, j'accepte les conditions générales et la politique de confidentialité, vous pouvez vous désinscrire à tout moment.